Une critique de la pédagogie critique

 

 

L'article de Katherine Kersten (1) traduit ci-dessous présente des critiques assez classiques de la pédagogie critique. Il s'attaque en particulier à un sous-courant de la pédagogie critique, « la pédagogie culturellement pertinente » (2).

 

La critique de l'auteure mêle deux points qui doivent être dissociés pour analyser sa critique : a) l'école doit former des citoyens économiquement productifs b) pour cela l'école doit faire entrer les élèves dans la culture scripturale.

 

Sur le premier point, l'auteure reproche à la pédagogie critique de constituer une « pédagogie de l'opposition » au lieu de faire en sorte que les élèves soient avant tout des citoyens productifs. Il est possible sur ce point de constater que nous sommes plutôt ici en présence d'une opposition de valeurs. Il n'y a pas de consensus sur le fait de savoir si l'école doit avant tout viser l'employabilité ou former des citoyens critiques.

 

Pour l'auteure, il n'y a pas de doute. L'école doit doter les élèves de compétences qui leurs permettent de réussir économiquement dans la société américaine, de vivre le rêve américain.

 

Le second point de tension porte sur l'importance de la culture scripturale-scolaire dans la formation des élèves. Doit-on considérer que l'école ne doit pas viser nécessairement à faire rentrer les élèves dans la culture scripturale-scolaire ?

 

On peut s'interroger sur la soutenabilité d'une telle thèse. Il serait possible de soutenir qu'au nom de l'égal dignité de toutes les cultures, il n'y a pas de raison de privilégier la culture scripturale-scolaire à l'école. Mais cette thèse aboutie à deux critiques : a) les cultures pratico-orales n'ont pas besoin de l'école pour être apprises : elles se transmettent traditionnellement de manière informelle b) dans une société où l'écrit a pris une place centrale, l'école doit avoir pour fonction de garantir que tous les élèves aient les mêmes chances d'accéder à la culture scripturale-scolaire qui exige un apprentissage explicite et structuré.

 

Néanmoins, il faut remarquer sur ce point que l'auteure déforme les positions des pédagogues critiques. Si comme l'auteure l'affirme Paulo Freire refusait la culture scripturale-scolaire comme étant la culture des oppresseurs, on ne voit pas pourquoi il aurait développé un programme d'alphabétisation.

 

De même, l'auteure à l'air de poser une opposition entre pédagogie culturellement pertinente et savoirs académiques. Or il semble plutôt qu'en général les pédagogues critiques cherchent plutôt une articulation entre les deux approches. Par exemple, Douglas Kellner (3) explique comment dans son programme d'enseignement il confronte des œuvres de la culture classique et des œuvres d'auteurs appartenant à des groupes minoritaires.

 

La pédagogie culturellement pertinente, telle qu'elle a été développée par Gloria Ladson-Belling, vise à favoriser la réussite scolaire des élèves les plus éloignés socialement de la culture scripturale-scolaire en s'appuyant sur la reconnaissance de leur appartenance culturelle communautaire.

 

Ce qui est enfin assez curieux c'est que l'auteure semble supposer qu'étudier au cours du cursus le patrimoine de la culture hispanique semble contraire à l'acquisition par les élèves de compétences en lecture et en écriture comme si seule la culture anglo-américaine permettait un accès à la culture scripturale.

 

La pédagogie «culturellement pertinente» limite les étudiants issus des minorités

 

Traduction d'un article de Katherine Kersten paru en mai 2016 sur le site de l'Institut Fordham, qui promeut l'excellence en éducation et affirme combattre la médiocrité.

 

Ce devrait être une excellente nouvelle: les taux d'obtention d'un diplôme par les étudiants noirs et hispaniques du Minnesota - qui ont longtemps été en retard par rapport au taux des étudiants blancs - sont à la hausse.

 

Mais que savent réellement ces nouveaux diplômés? Quelles compétences ont-ils maîtrisé? En d'autres termes, quelle est la valeur de leur diplôme d'études secondaires ?

 

MinnPost.com a récemment présenté  un nouveau programme intitulé «Patrimoine espagnol» à l'école secondaire de Roosevelt auquel le directeur Michael Bradley attribue le fait d'avoir augmenté le taux d'obtention d'un diplôme des hispaniques d'environ 15 points en 2015. Le programme propose une «pédagogie culturellement pertinente» et se concentre sur le développement du sentiment d'identité culturelle des étudiants hispaniques.

 

Qu'est-ce que les étudiants apprennent exactement dans le programme du Patrimoine espagnol? L'article explique que les élèves «se reconnaissent dans le curriculum», «trouvent leur voix» et «deviennent leurs propres défenseurs». Mais l'on ne sait pas très bien s'ils acquièrent les connaissances et les compétences nécessaires pour devenir des citoyens bien informés et productifs.

Pourquoi est-ce important? En parcourant le site Web du ministère de l'Éducation du Minnesota, j'ai découvert un fait déconcertant: bien que le taux d'obtention de diplômes des hispaniques de Roosevelt ait augmenté à près de 75 % en 2015, seulement 6 % des élèves hispaniques de l'école étaient compétents en lecture et seulement 10 % en mathématiques.

 

La présentation sur MinnPost se terminait par un poème étudiant dont le ton me parut profondément aliéné. Quelle est cette «pédagogie culturellement pertinente» qui a contribué à construire une telle identité culturelle négative?

 

Une pédagogie de l'opposition

 

La pédagogie culturellement pertinente est le fruit de Gloria Ladson-Billings, professeur d'éducation à l'Université du Wisconsin-Madison. Elle a inventé le terme en 1992 et dit qu'il décrit «une pédagogie de l'opposition.» Un des buts principaux de son approche, dit-elle, est que «les étudiants doivent développer une conscience critique par laquelle ils contestent le statu quo de l'ordre social actuel. "

Ladson-Billings souligne que Paulo Freire est l'auteur dont la vision de l'éducation sous-tend une pédagogie culturellement pertinente. Significativement, le poème de l'étudiant de Roosevelt nomme ou cite Freire pas moins de cinq fois.

 

Freire était un activiste brésilien et un éducateur qui a travaillé avec les paysans latino-américains, privés de droits, dans les années 1950 et 60. Dans son ouvrage de 1968, Pédagogie des opprimés , il enseignait que toutes les sociétés étaient divisées entre «oppresseurs» et «opprimés» et appelait au renversement révolutionnaire de l'hégémonie capitaliste. Freire a rejeté l'apprentissage académique comme une simple «connaissance officielle» que les oppresseurs utilisent pour rationaliser l'inégalité dans les sociétés capitalistes. Comment une approche pédagogique fondée sur une telle perspective peut-elle préparer les étudiants américains à réussir en 2016?

 

Aujourd'hui, de nombreux éducateurs supposent que les étudiants noirs et hispaniques ne peuvent réussir à l'école que s'ils «se reconnaissent dans le programme». Mais les grands penseurs du passé avaient une vision très différente.

 

Douglass, Du Bois et Addams

 

Prenez Frederick Douglass, le grand orateur et anti-esclavagiste américain. Douglass, un ancien esclave, a écrit que c'était un discours parlementaire du dramaturge irlandais blanc, Richard Brinsley Sheridan qui l'a outillé et l'a inspiré pour lancer sa croisade anti-esclavagiste. Le discours puissant de Sheridan «mit des mots à des pensées intéressantes de mon âme, qui avaient souvent jailli dans mon esprit et moururent faute d'énoncé», écrivait Douglass. La lecture de la «puissante défense des droits de l'homme» de Sheridan lui a permis «de formuler mes pensées et de répondre aux arguments avancés pour soutenir l'esclavage», a-t-il déclaré.

 

WEB Du Bois, un autre grand réformateur social noir, a exprimé une conviction semblable dans The Souls of Black Folk en 1903. «Peut-il y avoir une solution possible » au défi de l'avance sociale noire « autre que par l'étude, la réflexion et l'appel à la riche expérience du passé? " a-t-il demandé. Du Bois s'est inspiré de penseurs allant de Shakespeare et d'Aristote au romancier français Balzac. [...]

 

La réformatrice sociale Jane Addams, fondatrice de la Maison de Hull à Chicago, a employé les visions de Douglass et de Du Bois sur l'éducation comme «le meilleur de ce qui a été pensé et dit» pour élevé des enfants immigrés indigents dans la culture américaine mainstream de début du vingtième siècle.

Addams aurait rejeté avec dédain l'idée que la clé pour garder ses pauvres élèves siciliens et bohèmes engagés à l'école, il fallait les immerger dans une étude des cultures de leurs ancêtres. Dans la Maison de Hull, elle a écrit que celle-ci était «une protestation contre cette conception restreinte de l'éducation.» Au lieu de cela, Addams a développé l'esprit de ses étudiants en enseignant l'histoire du monde, la botanique et «les grandes inspirations et solitudes » des chefs-d'œuvre littéraires de l'histoire. Ainsi dôtés, ces jeunes ont continué à remplir les promesses d'une vie meilleure qui avait attiré leurs parents en Amérique.

 

Un digne successeur

 

Cristo Rey High School à Minneapolis est un digne successeur à Addams Hull House. L'école est l'un des trente lycées jésuites dans tout le pays qui reçoivent des étudiants à faible revenu, principalement les Hispaniques.

 

Cristo Rey est un «collège et une école préparatoire à la vie professionnelle » où les élèves doivent passer des tests de niveau avancé en lecture / littérature, mathématiques, histoire et sciences pour passer d'une année à l'autre. L'école ne cherche pas à développer chez ses élèves une «identité culturelle» qui les distingue des autres Américains. Au contraire, les élèves fréquentent la classe quatre jours par semaine et travaillent un jour par semaine dans une entreprise - y compris General Mills, Allianz Life et Cargill - pour gagner de l'argent pour payer leurs frais de scolarité et développer des compétences précieuses et commercialisables. Chaque membre de la classe de Cristo Rey en 2015 a été accepté au collège.

 

La pédagogie «culturellement pertinente» peut être bien intentionnée. Mais sa vision multiculturelle empêche les étudiants des minorités «d'utiliser la culture existante de la société autour d'eux pour avancer », selon l'économiste noir Thomas Sowell. «Le multiculturalisme, comme le système des castes, dit-il, tend à figer les gens où l'accident de la naissance les a placés ».

 

Je souhaite bonne chance aux étudiants du programme du Patrimoine espagnol de Roosevelt. Mais je ne peux m'empêcher de souhaiter qu'ils aient eu l'opportunité de fréquenter une école qui - au lieu de les enfermer dans la boîte de la «pédagogie culturellement pertinente – les dotent des connaissances et des compétences dont ils ont besoin pour saisir les occasions qui attendent à leur porte en Amérique .

 

(1) Katherine Kersten est chercheuse principale au Center of the American Experiment.

 

(2) Sur la pédagogie culturellement pertinente : https://iresmo.jimdo.com/2017/02/19/l-enseignement-culturellement-adapt%C3%A9/

 

(3) Entretien avec Douglas Kellner : https://iresmo.jimdo.com/2017/01/27/un-cours-de-philosophie-de-l-%C3%A9ducation-%C3%A0-ucla-%C3%A0-l-%C3%A8re-num%C3%A9rique/

 

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0