Inégalités scolaires et immigration - Comparaison entre les portugais-canadiens et les franco-portugais -

 

 

Le Canada se distingue au sein des études PISA par son haut niveau de performance scolaire et d'équité sociale et migratoire. Dès les années 1990, les autorités canadiennes de la province de l'Ontario se sont inquiétés du faible taux de réussite scolaire des élèves issus de l'immigration portugaise. Un intérêt qui contraste avec la situation française...

 

La situation des portugais-canadiens

 

En France, la situation des immigrés d'origine portugaise semble occuper un état intermédiaire entre l'immigration asiatique et l'immigration africaine. Les portugais partagent avec l'immigration asiatique l'image de communauté invisible et laborieuse. Mais le niveau de poursuite d'étude des beaucoup plus faible que celui des immigrés d'origine asiatique et plus proche de celui de l'immigration africaine. Néanmoins, à la différence de cette dernière, ce qui est souvent pointé dans les études concernant l'immigration portugaise, c'est le peu de mobilisation vers la poursuite d'étude des parents d'origine portugaise.

 

De son côté, une étude commandée par les autorités suisses en 2010, souligne que les enfants d'origine portugaise se caractérisent par un très faible niveau de poursuite d'études dans différents pays: en Suisse, au Canada, en France… Ce qui étonne entre la situation de la France, du Canada et de la Suisse, c'est que les mêmes situations ne produisent pas les mêmes commentaires : les portugais en Suisse sont présentés comme « peu intégrés » et au Canada comme « marginalisé ». Or avec les mêmes caractéristiques (faible niveau d'étude, spécialisation dans des emplois peu qualifiés, faible participation politique), les portugais sont jugés, dans le discours officiel des élites politiques en France, comme intégrés.

 

Le Canada compte une diaspora portugaise numériquement plus faible qu'en France, celle-ci provient en particulier des Açores et se concentre plus spécifiquement dans la province anglophone de l'Ontario. Il s'agit d'immigrés faiblement qualifiés se spécialisant dans les métiers de la construction pour les hommes et des services à la personne pour les femmes. En ce sens, l'immigration portugaise en France et au Canada ne diffère pas par son profil sociologique et sa structure d'emplois.

 

La prise en compte de la situation scolaire des immigrés portugais par les autorités canadiennes

 

Néanmoins, en dépit du fait que les portugais soient moins nombreux au Canada qu'en France, les autorités de Toronto, où est situé Little Portugal, ont commandé des études spécifiques dès le milieu des années 1990 où elle se sont intéressées à la question de la réussite scolaire des élèves portugais. Cela sans doute facilité par la reconnaissance par la société canadienne de son caractère multiculturel.

 

Fernando Nunes a en particulier essayé de mettre en lumière les éléments qui rendent difficile la réussite scolaire des enfants portugais. Le premier tient au fait que les parents ont centré leur énergie sur l'accès à la propriété. En France, également on constate que les portugais, avec l'immigration à asiatique, sont ceux qui ont le plus fort taux d'accès à la propriété. De même, si les parents peuvent souhaiter la réussite scolaire de leurs enfants, ils peuvent implicitement avoir des attitudes qui vont à l'encontre de cela. Les enfants d'origine portugaise ont grandi dans un milieu ouvrier sans modèle d'identification de réussite scolaire par les études. L'accès aux études suppose une double rupture liée une identité ethnique et de classe sociale.

 

Fernando Nunes essaie d'inverser la causalité d'analyse : ce n'est pas parce que les familles portugaises valorisent la réussite sociale par les filières professionnelles courtes que leurs enfants font peu d'études, mais parce que la société ne leur donne à voir que cette image sociale d'eux-mêmes par manque de visibilité politique.

 

Amélia Libertucci par un travail d'entretiens qualitatifs avec des élèves issus de l'immigration, des enseignants et des membre des associations portugaises a essayé de comprendre les origines des difficultés. Elle pointe les mêmes éléments que Fernando Nunes. Elle ajoute néanmoins les faibles attentes des enseignants concernant la réussite des élèves d'origine portugaise dont ils anticipent la reproduction sociale. Pour remédier aux difficultés ont été mises en place des bourses spécifiques d'étude, des programmes de mentorats et de tutorats. Ces programmes ont eu pour objectif en particulier de lutter contre le stéréotype de « parents portugais ne se souciant pas de la réussite scolaire de leurs enfants » et pour améliorer la communication entre les familles et l'école.

 

Le discours « classiste » des autorités portugaise et française

 

Pour les autorités françaises et portugaises, la communauté portugaise en France est bien intégrée.

 

L'attitude des autorités portugaises reflète l'ambiguïté classiste de son discours. Lors de la période de modernisation du pays durant les années 1990-2000, les émigrés portugais en France ont été encouragés à ne pas retourner dans leur pays d'origine de peur de compromettre le redressement économique de leur pays.

 

Pendant ce temps là, en France, le discours de modernisation, en particulier porté par l'association CAP Magellan, était à une ringardisation de la culture de l'émigration économique et à une mise en avant du luso-descendant qui avait fait des études supérieures et se lançait dans la création entrepreneuriale. Ce discours masquait la persistance de la reproduction sociale au sein de l'immigration portugaise en France

 

Durant la crise des années 2010, les portugais ont été encouragés par le gouvernement à émigrer. Les médias ont mis en avant l'émigration qualifiée vers les anciennes colonies portugaises. Mais, ils ont oblitéré le fait que la grande masse des portugais qui émigrent sont faiblement qualifiés et que la principale destination reste la France.

 

Le Portugal en dépit de l'amélioration spectaculaire de ses résultats dans les études PISA conserve un système peu équitable et une des populations les moins qualifiées d'Europe. Le Portugal se caractérise traditionnellement par une forte reproduction sociale.

 

Les autorités portugaises, issus des classes sociales aisées, entretiennent un rapport instrumentale à leur émigration. Il s'agit certes de maintenir des liens avec une diaspora qui peut par sa réussite économique continuer d'envoyer des fonds au Portugal. Mais, en même temps, cette émigration économique de zone de la semi-périphérie, est occultée car renvoyant l'image d'un pays fournissant à l'Europe une main d’œuvre peu qualifiée.

 

La sociologue Irène Dos Santos souligne la déformation médiatique de la réalité de l'émigration au Portugal. En réalité, depuis le XIXe siècle, le Portugal a été structurellement un pays d'émigration. Les années 1990-2005 n'ont été qu'une parenthèse conjoncturelle. L'émigration sert de variable d'ajustement social en particulier pour la population non-qualifiée.

 

De même, l'historien Victor Pereira reproche aux sociologues Lopes et Teixeira de n'aborder l'émigration portugaise en France depuis la crise de 2008 qu'au prisme de l'émigration qualifiée en omettant la persistance structurelle d'une immigration non-qualifiée, qui est en réalité la plus massive.

 

Le discours des autorités françaises n'est guère différent. Les immigrés portugais sont parfaitement intégrés. En effet, ils fournissent, depuis plusieurs générations, une main d'oeuvre s'orientant vers des métiers peu qualifiés : une « communauté  invisible », avec un très faible taux de chômage, et peu mobilité sociale par les études, se caractérisant par une faible participation politique. Voilà qui ne dérange personne : cela en dit sans doute beaucoup plus sur l'idéal de l'immigré intégré ou du « bon immigré » pour les élites sociales que sur la réalité de l'intégration des portugais en France. On peut en effet se demander si c'est véritablement cela que d'intégrer une population et de la considérer comme composée de citoyens socialement égaux.

 

Quant à la sociologie française des migrations appliquée à l'éducation, elle se contente d'analyser la situation en termes de faible désir des parents portugais de promotion par les études et à leur préférence pour les filières professionnelles. Voilà non plus qui ne risque pas d'aider à promouvoir l'équité éducative en France, un des pays les plus inégalitaires de l'OCDE en la matière et qui se caractérise en particulier par la très forte inégalité entre les très bons élèves et les élèves les plus en difficultés scolairement.

 

Conclusion :

 

La question d'une meilleure équité scolaire, croisant origine socio-économique et migratoire, concernant les élèves issus de l'immigration portugaise, comme nous le montre le cas du Canada, ne pourra être véritablement prise en charge que lorsque le discours officiel sur leur trajectoire scolaire aura dépassé le discours sur le faible intérêt des parents issus de l'immigration portugaise pour la mobilité sociale par les études au profit de l'intégration par le travail et la réussite économique.

 

La question de la faible poursuite d'étude des élèves issus de l'immigration portugaise est fortement liée à la question de la classe sociale. Or les autorités portugaises invisibilisent leur immigration faiblement qualifiée et l'école française reproduit fortement les inégalités sociales de classe.

 

Prendre en compte la question de la qualification des élèves issus de l'immigration portugaise, nécessiterait sans doute de valoriser l'image de l'immigration économique et des classes ouvrières en France tout encourageant la poursuite d'étude des élèves issus des classes ouvrières, en particulier immigrés. Il est ainsi sans doute nécessaire de dépasser le dualisme entre valorisation d'une culture ouvrière immigrés et reproduction sociale d'un côté et de l'autre implication dans la scolarité conduisant inévitablement à une rupture avec la culture d'origine.

 

Si l'on prend modèle sur le Canada, il serait sans doute souhaitable pour intégrer le nouvelle vague d'immigration portugaise des années 2010 en France de mettre en place des programmes de co-éducation entre les enseignants et les familles d'origine portugaises. C'est également un élément mise en avant par le rapport produit par la Suisse qui pointe les malentendus entre les familles d'origine portugaise de milieux populaires et l'école.

 

Références :

 

Dos Santos Irène, « L’émigration au Portugal, avatar d’un pays “semi-périphérique”, métropole postcoloniale », Hommes et migrations [En ligne], 1302 | 2013, mis en ligne le 17 septembre 2013, consulté le 12 février 2017. URL : http://hommesmigrations.revues.org/2510

 

Libertucci Amelia, « Schooling in little Portugal : The portuguese experience », Thesis, University of Toronto, 2011.

URL :https://tspace.library.utoronto.ca/bitstream/1807/29478/11/Libertucci_Amelia_20116_MA_thesis.pdf

 

Nunes Fernando , « Marginalisation, social reproduction and academic underachievement: the case of the Portuguese community in Canada », University of Luton, may 2003. URL : http://psych.brookes.ac.uk/portuguese/book/7-Chapter-Nunes.PDF

 

Presley Amie and Brown Robert S., « Portuguese-speaking Students in the TDSB: An Overview », Toronto District School Board , 2011.

 

CNESCO, « Comment l'école amplifie les inégalités sociales et migratoires ? », 2016. URL : http://www.cnesco.fr/wp-content/uploads/2016/10/brinbaum.pdf

 

France Stratégie, « Jeunes issus de l'immigration : quels obstacles à leur insertion économique ? », Mars 2015. URL :

http://www.strategie.gouv.fr/sites/strategie.gouv.fr/files/atoms/files/na26_27022015_bat12_0.pdf

 

INED, Etudes TeO – Trajectoire et origines, 2016. URL : http://teo.site.ined.fr/fr/donnees_et_resultats/publications/

 

ODM, « Les portugais en Suisse », 2010. URL : https://www.sem.admin.ch/dam/data/sem/publiservice/publikationen/diaspora/diasporastudie-portugal-f.pdf

 

OECD Economics Survey – Portugal – Février 2017. URL : http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/economics/oecd-economic-surveys-portugal-2017_eco_surveys-prt-2017-en#.WKA1UTvhDIU

 

OCDE PISA - L'excellence et l'équité dans l'éducation, 2015. URL : http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/education/resultats-du-pisa-2015-volume-i_9789264267534-fr#.WKAUlTvhDIU#page1

 

 

Controverse :

 

João Teixeira Lopes, Rute Teixeira, « “Geração Europa?”: um estudo sobre jovem emigração qualificada para França », A Nova Vaga da Emigraçao Portuguesa, Populaçao e Sociedad, 2014.

 

Victor Pereira, « Geraçao Europa? Um Estudo sobre a Jovem Emigração Qualificada para França by João Teixeira LOPES, Análise Social, Vol. 50, No. 216 (2015), pp. 668-671.

 

João Teixeira Lopes , « Onde Pereira vê hierarquias, eu proponho relações. A propósito da recensão de Victor Pereira sobre a minha obra Geração Europa? Um Estudo Sobre a Jovem Emigração Qualificada para França, Anál. Social  no.217 Lisboa dez. 2015. URL : http://www.scielo.mec.pt/scielo.php?pid=S0003-25732015000400015&script=sci_arttext&tlng=es

 

Videos :

Chanson du rappeur Sandro G sur l'immigration açorienne en Amérique du Nord-

URL : https://www.youtube.com/watch?v=NWK-1_BIIeE

 

Video humoristique reflétant l'image des portugais en Ontario :

https://www.youtube.com/watch?v=myRrHac-gDs

 

Proud to be a Portuguese-Canadian

https://www.youtube.com/watch?v=8cuGkNZ-ks0

 

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0