La France, un modèle démocratique en déclin ?

 

Le discours national tend à faire de la France un modèle universel, le pays des droits de l’homme. Les Français tendent à considérer que leur pays se situe à la pointe de la défense des droits humains et constitue une démocratie modèle. Que nous disent les comparaison internationales sur ce point ?

 

Nous allons montrer ci-dessous que lorsque l’on soumet la France à une comparaison fondée sur plusieurs indicateurs internationaux, celle-ci est loin de constituer un modèle.

 

L’illusion tient au fait que, bien évidemment, comparativement à des pays qui ne sont pas des démocraties, la France peut se présenter comme un modèle. Mais, il n’en est plus du tout de même lorsqu’on la compare avec des pays qui sont considérés également comme des démocraties.

 

L’Indice de démocratie (The Economist):

 

Si l’on s’intéresse à l’indice de démocratie, en 2015, la France est classée 27e sur 167 pays. Ce qui en fait une démocratie imparfaite. 20 pays sont considérés comme des démocraties pleines, la tête de liste étant occupée par des pays scandinaves. Quand on voit que les Etats-Unis sont 20e sur le classement, il y a de quoi s’inquiéter encore plus...

Voir: http://www.yabiladi.com/img/content/EIU-Democracy-Index-2015.pdf

 

L’indice de concrétisation des droits de l’enfant:

Selon cet indice, la France est classée 22e, là encore, principalement derrière de nombreux autres pays européens (Voir: http://www.humanium.org/fr/classement-icde-pays-monde/ )

 

Classement des droits de l’homme dans les 27 pays de l’UE:

La France est classée 9e (devancée par plusieurs pays nordiques)

Voir:FIDH.ORG

;https://www.fidh.org/fr/themes/mondialisation-droits-humains/responsabilite-des-entreprises/investissement-socialement-responsable/Classement-droits-de-l-Homme-des

 

Classement de la liberté de la presse (RSF):

La France est classée 45e

Voir: https://rsf.org/fr/classement

 

Inégalités scolaires (Classement PISA 2016):

En France on en est (...) pratiquement à deux années d'écart entre les élèves défavorisés et favorisés. Aucun des 72 pays participant à Pisa ne connaît un écart plus important.”

URL: http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2016/12/06122016Article636166071950318866.aspx

 

Concentration des richesses:

 

La France est le 3e pays où les patrimoines sont les plus élevés dans le monde. La France est le 3e pays où l’on compte le plus de millionnaires après les Etats-Unis et le Japon.

URL: http://www.inegalites.fr/spip.php?article1393

 

Inégalités hommes/femmes:

La France se classe en 15e position, dans le classement mondial, là encore après des pays scandinaves particulièrement. Aucun pays néanmoins ne connaît une égalité parfaite.

URL: https://fr.news.yahoo.com/la-france-15e-du-classement-egalite-homme-femme-181106978.html

 

Racisme:

Le Conseil de l’Europe, dans son 5e rapport sur le racisme en France, s’alarme en particulier des propos du personnel politique qui stigmatisent les populations d’origine étrangère.

URL: http://www.coe.int/t/dghl/monitoring/ecri/Library/PressReleases/208_2016_03_01_France_fr.asp

 

Homophobie:

Durant la période des manifestations contre le “mariage pour tous” (2012-2013), il y a eu une augmentation des violences homophobes, mais celles-ci seraient revenues à leur niveau antérieur en 2015.

URL: http://www.europe1.fr/societe/homophobie-en-france-ou-en-est-on-2772332

 

Cela montre sans doute que l’attitude dans le débat public, en particulier du personnel politique, peut avoir un effet sur la banalisation des actes violents à l’égard des minorités. Ainsi, depuis l’élection de Donald Trump aux Etats-Unis, il y a eu une augmentation du nombre de violence à caractère raciste (URL: http://www.midilibre.fr/2016/11/29/etats-unis-pres-de-900-actes-racistes-ou-xenophobes-depuis-l-election-de-trump,1433078.php )

 

Conclusion:

 

Il est possible d’ajouter que les comparaisons internationales s’avèrent précieuses dans la mesure où en France, où nous sommes persuadés d’être un modèle de démocratie et d’universalité des droits humains, certains indicateurs de mesure de discriminations et des inégalités ne sont pas mis en oeuvre. Ainsi, la France refuse le terme d’islamophobie (utilisé par le Conseil de l’Europe) ou les statistiques ethniques, qui existent entre autres aux Etats-Unis.

 

Le “mariage pour tous”, l’introduction de la notion de “genre” à l’école, le port du voile à l’école ou encore le burkini, deviennent des affaires publiques en France sur fond de déclarations injurieuses et d’actes de violence.

 

Il est sans doute temps de sortir d’un regard auto-centré et narcissique pour regarder la réalité à la lumière des comparaisons internationales avec des pays qui sont comparables au nôtre en terme de niveau de vie et d’institutions.

 

On peut, à cet égard, remarquer que les pays scandinaves ne se caractérisent pas seulement par une situation sociale plus égalitaire et respectueuse des droits humains, mais également par des politiques publiques, et en particulier éducatives qui promeuvent l’égalité: éducation non-genrée, pédagogie critique de la norme…

 

Ainsi, dans son rapport le Conseil de l’Europe écrit en 2016:

 

Les autorités françaises devraient lutter efficacement contre la prévalence des stéréotypes et préjugés raciaux et homo/transphobes pour mieux résoudre les questions concrètes que pose le vivre ensemble dans un monde interculturel. A cette fin, les curricula scolaires et les programmes de formation des personnels pédagogiques devraient être revus de manière à ce qu’enseignants et élèves puissent mieux comprendre les questions sociétales en lien avec les religions, les convictions ainsi que les incidences de l’immigration.

(URL: http://www.coe.int/t/dghl/monitoring/ecri/Country-by-country/France/FRA-CbC-V-2016-001-FRE.pdf )

 

La grande difficulté, c’est qu’en France, on refuse de reconnaître que nous sommes dans une société multiculturelle, du fait de l’immigration post-coloniale, et donc de mettre en place des politiques scolaires interculturelles.

 

A cet égard le Conseil de l’Europe dans son rapport précise:

 

Enfin, [le Conseil de l’Europe] observe que l’intégration des femmes musulmanes passe également par leur représentation dans les manuels scolaires, ainsi qu’elle l’avait déjà noté dans son 4ème rapport, que cette question touche d’ailleurs très largement l’ensemble des groupes vulnérables constitués de personnes provenant d’anciennes colonies, et considère que des réponses à ces questions renforceront ses recommandations précédentes en matière d’éducation “

 

 

L’ECRI rappelle encore une fois sa recommandation concernant la lutte contre les stéréotypes dans le système éducatif et estime que la lutte contre les stéréotypes homo/transphobes devrait être incluse dans un effort général de lutte contre les discriminations”

Écrire commentaire

Commentaires : 0