Synthèse : Matière, vivant et esprit.

 

Synthèse : Matière, vivant et esprit.

 

1. Aspects théoriques :

Théories

Finalisme

(ex : Aristote)

Matérialisme réductionniste

(ex : La Mettrie)

Dualisme

(ex : Descartes)

 

Hylozoisme

/Vitalisme

(ex : Nietzsche)

Rapport matière/Esprit : La rationalité peut-elle réduire l’esprit à la matière ?

L’intentionnalité de l’esprit (capacité de l’esprit à viser un objet, une fin) peut-il être réduit à la causalité efficiente ?

Il existe quatre causes expliquant le réel :

1)la matière et la forme (la forme détermine la différence entre un minéral, une plante, un animal ou un être humain).

La science moderne depuis Galilée a éliminé les causes finales de l’étude de la matière. Il n’y a pas de principe de mouvement dans la matière. Le mouvement se transmet par la causalité efficiente.

Suppose l’existence d’un autre principe que la matière, l’esprit.

Dieu comme cause première.

L’esprit humain a des propriétés spécifiques, en particulier de penser sous forme de finalité et de raisonner.

Hylozoisme : Conception qui consiste à considérer qu’il y a une continuité entre la matière inerte, la matière vivante et la matière pensante.

Conception du vivant :

La rationalité scientifique peut-elle réduire l’esprit à la matière ?

L’âme (= forme du vivant) est un principe d'organisation qui distingue les êtres vivants de la matière.

2) La cause efficiente (« pourquoi ? ») et cause finale (« pour quoi ? » = le but).

Les êtres vivants sont organisés selon un principe de finalité. Chaque organe a une fin (ex : des yeux pour voir)

Dans cette conception, le vivant aussi bien que l’esprit pourraient être réduits aux lois de la physique mécanique (principe de causalité efficiente)

En revanche, dans cette théorie l’animal n’a pas d’esprit et peut être réduit à un mécanisme naturel. Il est une machine.

Le vitalisme suppose qu’il existe un principe spécifique la vie qui explique les propriétés du vivant. Néanmoins la vie n’est pas organisée selon la finalité, mais elle est une force aveugle.

Points faibles de la théorie :

1) Finalisme : Comment un effet qui se trouve après pourrait être la cause de ce qui se trouve avant lui ? 2) L’âme : pourquoi un être se meut, parce qu’il a un principe de mouvement (cercle vicieux).

1) vivant : ne permet pas d’expliquer le fait que les organes vivants paraissent organisés en vue d’une fin 2) Esprit : ne permet pas d’expliquer les propriétés spécifiques de l’esprit humain

1)Esprit : comment l’esprit peut agir sur la matière, s’il n’est pas de la matière (problème : corps/esprit) 2) Vivant : les êtres vivants différents de machines (reproduction, mort…)

1) Hylozoisme : conduit à l’animisme (tout est vivant) – contraire aux théories scientifiques modernes 2) Vitalisme : même problème que pour l’âme.

 

 

Synthèse : Matière, vivant, esprit

 

2. Conséquences pratiques :

 

 

Finalisme

Dualisme

Matérialisme réductionniste

Hylozoisme/

Vitalisme

(ex : Nietzsche)

Epistémologiques

(philosophie des sciences)

Spécificité de la biologie par rapport à la physique.

Spécificité de la psychologie (= étude de l’esprit humain) par rapport à la physique.

La psychologie et la biologie pourraient être réduites à la physique.

Tendance à remettre en cause les principes rationalistes de la science moderne

Un exemple - Le problème des machines : Les machines pensent-elles ?

 

Les machines ne peuvent pas penser. L’intelligence artificielle n’a rien à voir avec l’intelligence humaine. Les machines appliquent des règles formelles, mais penser suppose des intuitions et la finalité.

Les machines pourront un jour penser comme les êtres humains.

 

Religieuses :

Les débats entre la science et les religions.

permet de maintenir la thèse d’une intention divine à l’œuvre dans sa création.

 

maintient l’idée d’une âme qui distingue les êtres humains des autres êtres vivants.

Remet en cause l’idée de l’existence d’une marque de l’intention divine dans la nature.

(Ex : place du hasard chez Darwin)

permet de penser la spécificité de la vie et de la pensée sans faire intervenir Dieu.

Ethiques (morales) :

Peut-on faire des expériences sur les êtres humains, sur les êtres vivants comme sur des choses ?

 

Maintien une spécificité des êtres humains par rapport aux êtres vivants et aux choses matérielles comme les machines. On ne peut pas faire des expériences sur les êtres humains comme sur les autres êtres vivants et les machines.

Il existe un problème pour maintenir la différence morale entre les êtres humains, les êtres vivants et les choses. Pourquoi alors ne pas traiter les êtres humains comme des choses ? Le matérialisme réductionniste peut-il échapper à ce problème ?

Le vitalisme permet de penser la spécificité des êtres vivants. Mais alors doit-on traiter exactement de la même manière tous les êtres vivants, y compris les êtres humains ?

 

 

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0