L’intelligence, des intelligences

Les tests de QI, et même le système scolaire, tendent à donner une vision réductrice de ce qu’on appelle l’intelligence. Nous allons essayer de dégager des types d’intelligence différents et de montrer même comment les types d’aptitudes auxquels ils renvoient peuvent se contredire. Nous allons en particulier montrer comment Aristote définit plusieurs types d’intelligence.


- L’intelligence des tests de QI:

L’intelligence selon les tests de QI mesure la rapidité des individus à retrouver une règle implicite. Il s’agit pas exemple, à partir d’une série de chiffres, d’être capable de trouver la ou les règles générales implicites qui commandent la logique de cette série.
Afin de rendre quantifiable l’intelligence, l’autre critère qui est pris en compte est la capacité à retrouver la règle rapidement.

- L’intelligence scolaire:  

L’élève qui paraîtra le plus intelligent à un professeur de mathématiques sera celui qui, sous la diversité des exercices proposés, saura reconnaître la ou les règles apprises en cours et les appliquer pour résoudre le problème mathématique.
L’intelligence est ici définie différemment de ce que nous avons vu précédemment. Dans le premier cas, il s’agit de trouver une règle implicite. Dans le second cas, il s’agit d’être capable de l’appliquer quelle que soit la diversité des situations.

- L’intelligence comme équité

Aristote définit, dans l’Ethique à Nicomaque, l’équité comme la vertu du juge. Celle-ci consiste à être capable d’adapter une règle générale à un cas particulier.
ll ne s’agit pas seulement, comme dans l’intelligence scolaire, de reconnaître la règle qui s’applique, mais d’être en mesure de la rendre adéquate à chaque situation particulière.

- L’intelligence comme prudence

Aristote détermine encore un autre type d’intelligence, qui est celle de l’individu prudent. Cette intelligence consiste à trouver les moyens les plus adaptés à la situation pratique. Il s’agit de raisonner en fonction des conséquences. Si je veux obtenir tel effet pratique, quelle règle va-t-il falloir que j’utilise ?
L’individu prudent doit lui même trouver la règle adaptée à la situation singulière. Il est producteur de règle. Cela demande généralement de l’exercice et de l’expérience.

- L’intelligence intellectuelle

A cela, Aristote oppose un autre type d’intelligence, qui est celle du savant. Celui-ci doit trouver la règle générale commune à toutes les situations. Cette règle est commune, mais comme nous l’avons vu, la situation étant toujours particulière, elle nécessite ensuite de faire preuve d’équité pour l’appliquer.

Conclusion:  Ces exemples, nous permettent de montrer qu’il y a différents types d’intelligence mais aussi que les exigences de ces différentes intelligences ne sont pas les mêmes. Certaines supposent d’appliquer une règle générale, d’autres d’adapter la règle. Certaines de ces intelligences supposent une production de règles (induction) tandis que d’autres supposent une application de la règle (déduction). Lorsqu’il y a production de règle, il peut s’agir d’une règle générale ou singulière.

Écrire commentaire

Commentaires : 0