Réseau pédagogies radicales: Flux RSS


Portail des flux RSS des membres du réseau pédagogies radicales:


Aggiornamento hist-geo

Communiqué commun Aggiornamento-APSES (mer., 17 juil. 2019)
Les projets de programme de Terminale de la spécialité histoire-géographie, géopolitique, sciences politiques, présentés au Conseil Supérieur de l’Education le 11 juillet, ont été fortement modifiés par le ministère sans consultation préalable.  Le thème portant sur les “inégalités » y a été remplacé par un thème sur le “Patrimoine”. Cette disparition des inégalités dans un programme qui se veut présenter les enjeux du monde contemporain est extrêmement problématique pour plusieurs raisons : – cela envoie le signal que les “inégalités” sont un problème secondaire en France et dans le monde ; – cela réduit encore plus […]
>> Lire la suite

Haro sur les sciences sociales : ça continue (Tue, 16 Jul 2019)
Par le collectif Aggiornamento histoire-géographie Les programmes de Terminale présentés au CSE ce 11 juillet ont été rendus publics par le SNES la veille. Autant le dire d’emblée, ils battent tous les records d’indignité. Et pourtant, la barre était placée haut. Le collectif Aggiornamento histoire-géographie avait proposé une analyse critique de la nouvelle mouture des programmes de Seconde et Premières générales et technologiques. Nous avions démontré à quel point ils étaient indigents et dangereux pour des disciplines dont les finalités intellectuelles et éducatives ne […]
>> Lire la suite


Centre numérique de documentation francophone Paulo Freire

Entre Exil et Brésil : Conversations avec Paulo Freire (Sat, 02 Mar 2019)
Ce livre numérique intitulé Entre Exil et Brésil : Conversations avec Paulo Freire édité par le CNDF-PauloFreire regroupe six entretiens accordés par Paulo Freire lors de son exil en Europe et lors de son... L’article Entre Exil et Brésil : Conversations avec Paulo Freire est apparu en premier sur Centre numérique de documentation francophone Paulo Freire.
>> Lire la suite

Que pensait réellement Paulo Freire des exposés magistraux ? (Sat, 09 Feb 2019)
Références : « Que pensait réellement Paulo Freire des exposés magistraux ? », IRESMO 26 janvier 2019. Note : il s’agit d”extraits de l’ouvrage Pedagogia da esperança: um reencontro com a pedagogia do oprimido. Rio... L’article Que pensait réellement Paulo Freire des exposés magistraux ? est apparu en premier sur Centre numérique de documentation francophone Paulo Freire.
>> Lire la suite


Institut bell hooks – Paulo Freire

Lien cagnotte financement Forum social éducation dans le cadre du forum mondial Paulo Freire en 2020: (Mon, 20 May 2019)
Forum social de l’éducation – dans le cadre du XIIe Forum mondial Paulo Freire Lien de la cagnotte: https://www.leetchi.com/c/forum-social-de-leducation-dans-le-cadre-du-xiie-forum-mondial-paulo-freire L’évènement aura lieu le 19 et 20 septembre (normalement à la Bourse du travail de...
>> Lire la suite

E-book Histoire des idées de Paulo Freire (en portugais) (Wed, 17 Apr 2019)
Publication en ligne d’un e-book gratuit avec le lien de 30 videos sur l’oeuvre de Paulo Freire sur l’histoire des idées de Paulo Freire (en portugais): A nova edição em E-book é gratuita e, dentro dela,...
>> Lire la suite


Pour une éducation populaire d'auto-organisation

Plongée critique dans « Rules for Radicals » de Saul Alinsky (Sun, 14 Jul 2019)
Les éditions Le Poing – Presse Libertaire nous proposent une brochure extrêmement argumentée intitulée « Quelles règles pour les radicaux ? Plongée critique dans Rules for Radicals de Saul Alinsky ». Analysant la posture d’entrepreneur politique, de professionnel de la radicalité, l’auteur va chercher dans l’ouvrage d’Alinsky Rules for Radicals de quoi analyser l’idéologie et les pratiques … Continuer la lecture de Plongée critique dans « Rules for Radicals » de Saul Alinsky → Cet article Plongée critique dans « Rules for Radicals » de Saul Alinsky est apparu en premier sur Pour une éducation populaire d'auto-organisation .
>> Lire la suite

Techniques pour distribuer la parole dans un groupe (Fri, 28 Jun 2019)
La coopérative d'éducation populaire La Braise a réalisé une vidéo pour donner quelques pistes pratiques en termes de distribution de la parole. À voir pour s'en inspirer ! Cet article Techniques pour distribuer la parole dans un groupe est apparu en premier sur Pour une éducation populaire d'auto-organisation .
>> Lire la suite


Questions de classe(s)

Caisses de grève ()
Les cagnottes participatives permettent aux personnels mobilisés contre la loi Blanquer de ne pas trop souffrir des retenues de salaires inhérentes aux jours de grèves.
Vous souhaitez apporter votre soutien aux personnels grévistes de l'éducation nationale ? Retrouvez sur le site Bloquons Blaquer les liens vers différentes caisses de grève :
Cagnotte nationale des collectifs contre les réformes blanquer
Cagnotte parisienne 1er degré + aesh
Caisse de grève du Lycée Galilée Cergy
Caisse de grève (...) - Sélection de la rédac
>> Lire la suite

2019, les vacances, ce n'est toujours pas pour tous ! ()
Au départ 1936 Au lendemain de la victoire électorale du 3 mai 1936, la réflexion sur les « congés payés » n'est pas une priorité du Front populaire qui est surtout préoccupé par le chômage, les conditions de travail et le pouvoir d'achat des ouvriers. Le gouvernement se met au travail, mais il faut attendre un mois avant la constitution du gouvernement de Front populaire, et un mois c'est long pour ceux et celles qui espèrent tant ! Simone Weil, jeune philosophe, le 10 juin 1936 : « Pourquoi les (...) - Sélection de la rédac
>> Lire la suite


SUD Éducation 93

Guide du RDV de carrière / PPCR ()
Vous trouverez ici le guide de SUD éducation concernant les rendez-vous de carrière et le PPCR :
Cette année encore, nous avons été contactés par de nombreux collègues faisant part de leur mécontentement à propos du déroulement des « rendez-vous de carrière » et des compte-rendu reçus.
Parallèlement le ministère vient de prendre un nouvel arrêté publié au JO le 6 juillet qui modifie la procédure du rdv de carrière pour la rentrée 2019, notamment concernant les questions de délais et de forme. Ces (...) - Carrière et mouvement dans le 1er degré / ,
>> Lire la suite

Le rectorat est en faute et pourtant ils s'entêtent à sanctionner les enseignant-e-s syndicalistes du collège République ! ()
Hier s'est tenue la Commission Administrative Paritaire d'étude des « mutations dans l'intérêt du service » pour deux enseignantes syndicalistes du collège République de Bobigny. Les élu-e-s syndicaux ont montré qu'il s'agissait en réalité d'une sanction déguisée de niveau 2, c'est-à-dire d'un déplacement d'office. L'administration s'est néanmoins entêtée dans l'erreur et a maintenu sa proposition de mutation à l'issue de la CAPA.
SUD éducation 93 dénonce l'acharnement du rectorat dans cette procédure, et ce malgré (...) - Luttes locales
>> Lire la suite


iresmo.jimdo.com Blog Feed

Réflexions sur la pensée validiste (Tue, 09 Jul 2019)
    Comme il y a une pensée straight (Monique Wittig), il y a une pensée validiste. Mais en quoi consiste-t-elle ? Quels en sont les ressorts ?   Work in progress   La pensée validiste est celle des personnes valides et plus largement des sociétés validistes. Elle s'impose comme une évidence impensée. Son évidence même est rendue par l'étrangeté du terme « validiste » qui montre à quel point tout ce qui concerne les valides, leur idéologie et leur domination n'est pas interrogée. Si en tant que valide, on peut s'interroger sur la pensée validiste, cette interrogation n'est sans doute jamais achevée dans la mesure où elle est toujours susceptible de laisser poindre des biais validistes. Le texte ci-dessous n'en sera d'ailleurs peut-être pas exempt dans la mesure où les valides se constituent comme tels face à une pluralité d'autres situations qu'ils et elles renvoient à des marges qu'ils et elles désignent par le terme « handicap ».   1- La naturalisation   Comme dans d'autres oppressions sociales, la pensée validiste tend à naturaliser la situation des opprimé-e-s. On peut sur ce point faire un parallèle avec la situation des femmes dont l'oppression sociale est naturalisée. Si les femmes sont socialement inférieures, cela tiendrait à une supposée infériorité intellectuelle ou physique. Si on n'ose guère aujourd'hui évoquer l'infériorité intellectuelle, on continue à la chercher dans une infériorité relative à la force physique ou plus généralement dans le dysmorphisme sexuel qui entrainerait des différence psychologiques par exemple émotionnelles.   On trouve la même dimension à l’œuvre dans la pensée validiste qui se matérialiste par l'opposition entre le « modèle médical » et le « modèle social » du handicap. Le modèle médical du handicap considère que la situation de handicap trouve son fondement dans une source biologique.   Le modèle social du handicap, sans nier l'existence d'une réalité biologique, n'en fait pas le fondement et la légitimation de la situation sociale du handicap. C'est pourquoi par exemple, il met en avant la notion d'accessibilité. C'est l'organisation sociale qui créée avant tout la situation de handicap.   En réalité, le mécanisme qui est à l'oeuvre dans cette naturalisation des inégalités sociales avait déjà été mis en lumière par Jean-Jacques Rousseau dans Le discours sur l'origine et les fondements de l'inégalité parmi les hommes. Les différences naturelles ne fondent pas les inégalités sociales. En effet, l'inégalité est une valeur politique et non pas un fait naturel. Tous les individus sont différents, c'est le droit et la politique qui décident de les traiter de manière égale.   2. L'essentialisation   Le deuxième mécanisme de la pensée validiste, c'est l'essentialisation. Cela consiste à attribuer une essence commune aux opprimé-e-s. On retrouve par exemple également ce mécanisme dans l'oppression des femmes. Il y aurait « LA FEMME », l'éternel féminin.   Dans le cas du handicap, il y aurait les « handicapés », comme si les personnes en situation de handicap n'avaient comme autre point commun que d'être désignés de cette manière là par les valides.   On trouve le même mécanisme avec les immigrés. Cette catégorie réunit des personnes qui ont pour seul point commun que d'être classés par opposition aux nationaux.   Ainsi, le rapport social de pouvoir se manifeste dans la capacité même à pouvoir constituer une catégorie générique où tous les autres, ceux et celles qui sont altérisés, sont enfermés sans distinction de ce qui les caractérisent en propre : handicap physique, handicap sensoriel, handicap psychique, handicap cognitif, handicap mental…    3. Les dominants comme catégorie impensée   Une caractéristique des dominants, c'est qu'ils catégorisent les autres, mais refusent d'être catégorisés. Les dominants n'ont pas de couleur : ils ne veulent pas qu'on les appellent les blancs. Les dominants sont dans l'évidence de l'étalon majoritaire. L'homosexualité est une catégorie problématique, l'hétérosexualité est une catégorie tellement évidente que la plupart du temps elle n'a pas à se nommer en tant que catégorie. On ne fait pas de coming out hétérosexuel à ses parents.   De même, les valides ne se nomment pas comme valides. Ils nomment les autres comme handicapés. Les valides sont dans la norme. Ils sont la normalité. De ce fait, ils n'ont pas besoin de se catégoriser.   4. L'infériorisation   Une autre caractéristique de la pensée de la domination, c'est que non seulement elle créée des catégories d'altérisation, mais en outre, elle désigne comme inférieure ces catégories. La différentiation s'accompagne d'une hiérarchisation. C'est le cas par exemple de la dyade « hommes/femmes » où la différenciation s'accompagne d'une infériorisation.   On trouve le même mécanisme dans la pensée validiste. Non seulement les personnes en situation de handicap se trouvent altérisées, mais en outre elles sont caractérisées par un supposé manque ou défaut par rapport au valide.   Les personnes en situation de handicap ne sont pas seulement différentes, mais ils ou elles manqueraient d'un attribut qui constituerait le valide comme perfection : la santé, la raison, les cinq sens, une complétude physique… Pour la pensée validiste, la personne en situation de handicap serait un être incomplet, « déficient », ou encore « dysfonctionnel » relativement au valide.   5. L'insulte   La pensée validiste, comme d'autres pensées de la domination, ne se contente pas d'altériser et d'inférioriser, mais elle constitue les catégories ainsi crées comme des insultes.   C'est le cas par exemple pour l'homosexualité en particulier masculine, mais c'est le cas également à plus d'un titre pour les situations de handicap qui sont souvent utilisées comme des insultes considérées comme dégradantes pour les valides.   En cela, la pensée validiste montre comment non seulement elle se constitue par différenciation et infériorisation d'autres catégories, mais également comment elle considère ces catégories comme avilissantes.   6. Les paradoxes de la visibilité et de l'invisibilité   Comme dans le cas d'autres pensées de la domination, la pensée validiste entretient une relation complexe à la visibilité et à l'invisibilité.   Les opprimé-e-s sont souvent invisibilisés : elles sont sous-représentées dans l'iconographie, sous-représentées dans les espaces de pouvoir, invisibilisées dans leurs apports à l'histoire de l'humanité.   Cela s'explique d'autant plus que les catégories dominées ne sont pas traditionnellement pleinement considérées comme des êtres humains, qu'elles sont renvoyées à une sous-humanité par rapport à l'étalon majoritaire qui est l'homme blanc hétérosexuel, cisgenre, valide, de classe moyenne supérieure ou de classe sociale supérieure.   Mais à l'inverse, lorsque les catégories socialement dominées tentent d'acquérir de la visibilité, elles sont taxées de communautarisme : communautarisme gay, communautarisme musulman…   De même, la pensée validiste tend à invisibiliser dans ses représentations les situations de handicap visibles. A l'inverse, elle demande des gages aux personnes ayant un handicap invisible. Car pour être considéré comme handicapé, il faudrait avoir l'air handicapé. La situation de handicap doit être conforme à l'idée que s'en font les valides.   7. Intégration et diversité   La pensée validiste, comme d'autres formes de pensée de la domination, demande à ce que les catégories altérisées se conforment à son modèle. Elles les constituent comme « autres », mais elle leur demande d'intégrer son modèle. C'est le cas pour les immigrés, les homosexuel-les….   La pensée validiste exige des personnes en situation de handicap qu'elles se conforment à leur modèle de société. Elle les constituent comme différentes et les marginalisent, et ensuite leur impose de s'intégrer, de rentrer dans le moule social qu'elle définie comme la norme.   En réalité, la diversité est comme cela a été souligné auparavant un fait. Il existe une diversité d'êtres humains qui se repartissent dans un continuum entre les deux catégories binaires qui désignent socialement le sexe masculin et le sexe féminin.   De même, il existe en réalité un continuum entre ce que la société décide de considérer comme valide et comme handicapé. Ce ne sont pas des catégories étanches, ni des catégories qui sont fixes tout au long de l'existence d'un même être.   Comme d'autres pensées de la domination, la pensée validiste a besoin de classer les êtres dans des catégories sociales binaires au lieu d'accepter l'existence factuelle de la diversité au sein de la société.   8. Portée d'une critique du validisme   La critique de la pensée validiste est d'autant plus important que le validisme est sans doute l'une des formes de pensée de la domination les plus profondes.   Elle établie sur la situation de handicap une chape de plomb qui rend encore plus difficile de penser le handicap comme une condition sociale et la possibilité de mouvements sociaux contre l'handiphobie et le validisme.   En effet, pour les valides, le handicap est une fatalité naturelle. La pensée validiste enferme les individus dans ce que Paulo Freire appelle une conscience fataliste.   La pensée validiste, comme d'autres pensée de la domination, considère que les dominé-e-s doivent accepter leur sort, qu'ils et elles ne doivent pas se révolter et accepter ce qu'on leur donne en étant reconnaissant.   Néanmoins, comme la montré Monique Wittig, les pensées de la domination ne sont que l'effet d'une réalité plus profonde, le rapport social en tant que réalité socio-politique. Dans le cas de la pensée straight, il s'agit du régime politique de l'hétéropatriarcat.   Dans le cas de la pensée validiste, celle-ci se fonde sur une organisation sociale plus profonde qui considère les personnes en situation de handicap comme des êtres improductifs et donc qui seraient socialement inutile. Comme les homosexuels seraient des êtres improductifs dans l'ordre du travail reproductif.   La pensée validiste trouve son fondement dans une organisation sociale matérielle et non pas dans de simples représentations mentales. Il ne s'agit pas seulement de changer les mentalités, il s'agit de combattre l'organisation socio-politique de la société validiste.   De ce fait, la critique du validisme va plus loin qu'une simple revendication néolibérale de pluralisme et de diversité, elle implique une abolition même des catégories et des classes sociales qu'implique le validisme en tant que rapport socio-politique. Car le handicap n'est pas seulement une catégorie de pensée, mais il constitue une classe économico-politique. Une classe marginalisée et exclue par les valides de l'essentiel de l'organisation socio-politique de la société.   La situation de handicap renvoie à une discrimination sociale structurelle touchant le travail, le logement, l'éducation, les transports….   On saisit la profondeur de la pensée validiste et du rapport social validiste quand on constate qu'un système aussi complet de discrimination structurelle peut perdurer en suscitant aussi peu de réflexions critiques, de dénonciations et de luttes sociales de masse soutenues par des allié-e-s.     NB : Albert Memmi, dans Portrait du colonisé, précédé du Portrait du colonisateur, défini une condition particulière qui se caractérise par le fait d'être à cheval entre la condition d'oppresseur et d'opprimé. C'est le cas par exemple des personnes non-binaires, qui sans être cisgenres peuvent ne pas être non plus transgenres. C'est le cas également aussi des personnes qui ont par exemple un « trouble spécifique de l'apprentissage » (type trouble dys-) sans reconnaissance de handicap… Ces positions sociales sont généralement des bons observatoires car la personne expérimente les privilèges des dominants et certaines expériences sociales qui sont celles des dominé-e-s.   Bibliographie :   Delphy, Christine. Classer, dominer: qui sont les" autres"?, Paris, La fabrique éditions, 2008.   Eribon, Didier. Réflexions sur la question gay, Paris, Flammarion, 1999.   Guillaumin Colette, "Sexe, race et pratique du pouvoir. L’idée de nature." Paris, Côtéfemmes , 1992.   Marissal, Jean-Pierre. « Les conceptions du handicap : du modèle médical au modèle social et réciproquement… », Revue d'éthique et de théologie morale, vol. 256, no. HS, 2009, pp. 19-28.   Memmi Albert, Portrait du colonisé, précédé du Portrait du colonisateur, Paris, Payot, 1973.   Rousseau, Jean-Jacques. Oeuvres politiques: Discours sur l'origine et les fondements de l'inégalité parmi les hommes. Discours sur l'économie politique. Écrits sur l'abbé de Sain-Pierre. Du contrat social. Bordas, 1989.     Wittig Monique La pensée straight. Éditions Balland, Paris, 2001.
>> Lire la suite

Expérience de pensée et dilemmes éthiques en éducation (Thu, 04 Jul 2019)
  Les expériences de pensée sont des situations fictives qui simplifient la réalité afin de pouvoir raisonner sur un problème complexe.  Les dilemmes éthiques sont des situations dans lesquels des valeurs sont en conflit.   Dans les situations ci-dessous qui sont présentés comme des dilemmes éthiques, il s'agit de favoriser une clarification de valeur. Cela signifie s'interroger sur deux valeurs qui peuvent entrer en contradiction celle qui nous apparaît la plus importante:   1) Dilemme efficacité/dignité de la personne humaine.   Des travaux scientifiques montre que les problèmes de gestion de classes sont souvent le fait des garçons. Des travaux montrent qu'il est plus efficace pour gérer une classe d'effectuer un plan de classe alternant une fille/ un garçon.   Option: a) vous le fait car c'est une méthode efficace b) vous refusez de le faire parce que les filles ne sont pas des instruments de gestion de classe.   NB: Il est interessant de remarquer que dans les faits cette méthode de gestion de classe est souvent pratiquée par les enseignant-e-s.    [Il est possible également d'utiliser cette video pour analyser les tensions entre efficacité et dignité de la personne: https://www.youtube.com/watch?v=K0zbq0F3bXQ   2) Dilemme: élèves en difficulté et différenciation pédagogique:   L'expérience de pensée consiste à imaginer deux enseignants: "A" et "B".  "A": a pour principe de faire progresser tous les élèves. Il accorde autant de temps à tous les élèves quelque soit leur niveau. "B": a pour principe de faire progresser en priorité les élèves en difficulté. Il accorde plus de temps et d'attention aux élèves en difficultés.   Selon vous quelle pratique vous semble la plus juste "A" ou "B".   NB: Il est à remarquer que "A" augmente les inégalités socio-scolaires et que "B" les réduit.   3) Dilemme: élèves en difficulté, progression du groupe, condition matérielle.   Dans une classe, il y a des élèves en difficulté:   a) j'accorde la priorité à ce que le maximum d'élèves aient compris quitte à ralentir le groupe.   b) j'avance car je ne peux pas me permettre de ralentir le groupe.   c) je souhaiterai m'occuper des élèves en difficultés, mais j'ai trop d'élèves et pas assez d'heures.   NB: Le cas C permet d'introduire une réflexion sur la manière dont les conditions matérielles pèsent sur les choix éthiques individuels.   4) Dilemme: science et dignité de la personne humaine   On vous propose de choisir entre deux écoles pour votre enfant:   a) La première est une école basée sur les principes des neurosciences. Elle a été jugée scientifiquement efficace. Elle s'appuie sur des recherches qui considèrent que l'enfant est un super-ordinateur.   b) La deuxième école est une école qui n'est pas basée sur des principes scientifiques. Les enseignants appliquent avant tout un principe moral à savoir le respect de la personne de l'enfant.   Quelle école choisissez vous ? et pourquoi ?   5) Dilemme: excellence, bien-être ou lutte contre les discriminations et les inégalités.    Vous êtes parent et l'on vous propose de choisir entre trois écoles:   a) la première promeut un enseignement d'excellence visant à intégrer les classes préparatoires aux grandes écoles.   b) la deuxième est orientée vers le bien-être et le développement personnel de l'enfant.    c) La troisième est orientée vers la lutte contre les discriminations et les inégalités sociales.   Quelle école choisissez vous et pourquoi ?   6) Vous êtes étudiant et vous avez le choix entre trois cours à suivre:   a) Un cours d'amphithéâtre en droit pour préparer des concours administratif ou pouvoir avoir une base en droit.   b) Un cours d'amphithéâtre en sociologie critique: inégalités sociales, rapports sociaux de genre...   c) Un cours participatif et collaboratif avec des méthodes pédagogiques innovantes en économie d'entreprise.   Quel cours choisissez vous et pourquoi ?    
>> Lire la suite