Expériences ethno-raciales en France

 

 

L'expérience ethno-raciale ne peut être pleinement appréhendée sans prendre en compte de nombreuses micro-interactions qui sont à peine perceptibles, mais qui pourtant en forge la conscience. C'est pourquoi sans doute, elle passe inaperçue à la plupart des personnes, y compris parfois à la sociologie...

 

Quelques exemples :

 

 

 

Perceptions ethniques :

 

Mon père : accent, teint mate, cheveux noirs frisés, moustache. Souvent identifié comme turc.

 

Ma mère : accent, peau claire, cheveux noirs, grande. Identifiée comme étrangère. Mais les gens ne savent pas trop d'où.

 

Ma sœur (la plus claire de peau, cheveux ondulés) : Souvent prise pour une maghrébine, souvent marocaine, y compris par des maghrébins. Quand elle leur explique qu'elle est portugaise, ils ne la croit pas, lui reproche de renier ses origines.

 

Moi : pas de remarques sur mon type. Pourtant je suis plus mate de peau qu'elle.

 

Ma sœur (la plus foncée de peau, le type de la « latina » dans les médias) : on lui demande souvent si elle est espagnole ou italienne.

 

Souvenirs familiaux :

 

Injonction maternelle : ne pas trop bronzer avant d'aller en vacances à Madère d'où sont originaires les parents. Etre trop foncé de peau est mal considéré.

  

Scène maternelle : Reproches pour avoir mis sur ma carte d'étudiante une photo où je suis bronzée : « j'ai l'air d'une immigrée ».

 

Souvenirs d'école :

 

En maternelle, dernière année:  Election présidentielle. Je dis que mon père aussi est allé voté. L'enseignante rétorque devant tout le monde qu'il faut que j'arrête de dire n'importe quoi. Mon père n'est pas français. Il ne vote pas.  

 

En primaire, un personnel scolaire : « - Tes parents sont portugais ? » Je réponds que oui. « Ils pourraient lâcher un de leur boulot au noir pour venir te chercher à l'heure ».

 

Collège 4e, exposé sur un pays d'Europe : Reproches d'un prof parce que j'ai pris l'Autriche et pas le Portugal.  

 

Lycée, 1ère: Enseignant qui demande aux élèves d'origine immigré s'ils ont l'intention de prendre la nationalité française. 

 

A la fac (1ere année): Prof d'espagnol le premier cours, qui fait toute une leçon de prononciation sur mon nom de famille, et en rajoute un couplet sur la morue. 

 

Année de stage d'enseignante: On évalue que je ne maîtrise pas le français pour enseigner et communiquer. Incompréhension de mes parents. Leur réaction: "Mais pourtant, tu as bien tous les diplômes français".  

 

Ma sœur : les enseignants lui disent que ses difficultés scolaires sont dues au fait qu'elle est immigrée. La preuve elle aurait un accent chantant. Pourtant, elle est née en France, et parle à peine le portugais.

 

Expérience courante:

 

Rester stoïque pendant les blagues sur les portugais :

 

- Les métiers : les femmes de ménage ou les concierges, les hommes maçons ou plombier. Genre : « Que fait une portugaise à l'université ? Le ménage ».

  

- Les caractéristiques qui permettent de les identifier : la pilosité, la moustache des femmes et le mono-sourcil des hommes. Genre : « Qu'est-ce qu'un singe avec un casque de chantier ? Un portugais ».  

 

Administration: Problème des noms qui ne coïncident pas dans les papiers portugais et français. Faire attention à ne pas se tromper sinon difficultés administratives pour rétablir la situation.  

Écrire commentaire

Commentaires : 0