Ni blanc, ni noir : Moreno.

 

 

Dans les pays hispanophones ou lusophones, il existe une catégorie intermédiaire entre la peau claire (blanche) et la peau noire, il s'agit de la couleur « morena ». Une catégorie très utilisée dans le langage populaire, mais qui a une acception très large.

 

Colorisme au Brésil

 

Au Brésil, le recensement de la population comprend six catégories : blanc, noir, métis, indien ou sans déclaration.

 

Néanmoins, une étude menée auprès de la population brésilienne visant à demander aux personnes interrogées de décrire leur propre couleur de peau de manière auto-déclarative révèle que plus d'une centaine d'expression différentes sont utilisées pour désigner les nuances de tonalité.

 

A cela, il faut ajouter que des études montrent également que la manière dont les personnes s’auto-déclarent dans les recensements et la manière dont elles sont perçues par les autres diffèrent. Certaines personnalités qui se qualifient comme noires ou de blanches, ne sont pas perçues comme telles par la majorité de la population brésilienne.

 

Le recensement utilise la notion de « prado » que l'on traduit en français par métis. Il existe en outre différents termes au Brésil pour désigner les personnes selon qu'elles sont métisses blanc/indien, blanc/noir ou noir/indien.

 

Cette catégorie de "prado" vient de l'ère colonial espagnol. Au début, les espagnols utilisent les catégories des noirs, indiens, métis et blancs. Par la suite, ils ajoutent les catégories de jaune et d'olivâtre. Cette dernière catégorie faisant référence au type méditerranéen, région où l'on cultive l'olivier.  

 

Dans le langage courant, ce n'est néanmoins pas le terme de « prado » qui est utilisé en général, mais la notion de « moreno » ou « morena ». Mais, ce terme a une acception très large. Il désigne toute personne qui a les cheveux noirs et une peau mate. Cela va des personnes blanches qui ont une peau naturellement bronzée aux personnes que l'on qualifierai de métisse.

 

Les articles de maquillage pour femmes au Brésil sont à cet égard un bon indicateur. Ils distinguent généralement : blanc (peau claire), morena clara, moreno oscura (foncée) ou mulatre, preta (noire). Les personnes indiennes ou asiatiques apparaissent selon leur tain de peau comme morena clara ou morena oscura.

 

Il est d'ailleurs intéressant de constater qu'alors que le dernier recensement au Brésil indique que la majeur partie de la population s'auto-déclarent comme noire, ces articles de maquillages mettent en avant comme canon de beauté majoritaire au Brésil, la couleur « moreno clara ».

 

Les enjeux sociaux de la catégorie « morena »

 

Le recensement au Brésil demande également aux personnes d'indiquer leur origine : ont-elles une ascendance européenne ? Africaine ? Asiatique ? Indienne ? de quel pays ?

 

Nombre de personnes sont incapables de répondre à ce type de questions et indiquent seulement « brésilienne ».

 

Ce qui fait que l'indicateur principal constitue la perception visuelle qu'ont les individus de vous dans la société, à savoir le fait d'avoir la peau, les cheveux, plus ou moins clairs…(à cela bien évidemment, il faut également ajouter des indicateurs sociaux de classe sociale).

 

Il est possible de comparer cela à un test qui était utilisé aux Etats-Unis appelé, le test du sac en papier. On prenait un sac de papier kraft et si la personne était plus claire : elle était considérée comme blanche, sinon elle était considérée comme noire.

 

A la différence des Etats-Unis qui avait une vision binaire de la « race » - noir ou blanc -, les brésiliens percevaient la race comme un continuum.

 

Les personnes qui ont une couleur de peau « morena » contrairement aux personnes qui ont une peau claire bronzent facilement.

 

Traditionnellement, c'était un enjeu social pour ces personnes d’apparaître comme le plus clair de peau et d'éviter de s'exposer trop au soleil. La couleur plus foncée de la peau pour ces personnes était un double indicateur : leur possible ascendance noire, mais également leur statut de travailleur/se manuel exposés au soleil toute la journée.

 

Conclusion :

 

De quel couleur sont les blancs ? invitait à s'interroger un livre en 2013. Le problème c'est que certains sont considérées comme moins blancs que d'autres. Ainsi, aux Etats-Unis, on classifie dans « Blanc » aussi bien les personnes d'origine européennes que les personnes d'origine du Maghreb ou du Moyen-Orient. Tandis que, par exemple, dans ethnie, les espagnols figurent dans la catégorie « hispanique » avec les latino-américains. On peut néanmoins supposer que la perception sociale de l'ensemble de ces groupes n'est pas toujours la même. En revanche, le statut des portugais et des brésiliens n’apparaît pas clairement dans les recensements Etats-uniens. Les açoriens connaissent régulièrement des problèmes d'immigration clandestine comme l'explique le chanteur Sandro G.

 

La rappeuse chilienne Ana Tijoux commence une de ses chansons par: “Por mi piel morena borraron mi identidad /me sentí pisoteado por toda la sociedad” [A cause de ma peau foncée, ils  ont effacé mon identité/ je me suis senti opprimé par toute la société ].

 

En France, cela renvoie à tous ces termes utilisés pour désigner les personnes à la peau plus foncés sans être noires: basané, mates, olivâtre, bistre, de type méditerranéen...

 

Références :

 

Hervé Théry, « Les populations du Brésil, disparités et dynamiques », Espace populations sociétés [En ligne], 2014/2-3 | 2015, mis en ligne le 01 décembre 2014. URL : http://eps.revues.org/5733

 

COSTA, Sérgio. A construção sociológica da raça no Brasil. Estud. afro-asiát. [online]. 2002, vol.24, n.1 [cited  2017-04-15], pp.35-61. Available from:

<http://www.scielo.br/scielo.php?script=sci_arttext&pid=S0101-546X2002000100003&lng=en&nrm=iso>.

 

Composiçao etnica do Brasil

- https://pt.wikipedia.org/wiki/Composi%C3%A7%C3%A3o_%C3%A9tnica_do_Brasil

 

Cor de pele humana - https://pt.wikipedia.org/wiki/Cor_da_pele_humana 

 

Recensement Brésil 2011- https://fr.globalvoices.org/2011/11/26/89459/

Écrire commentaire

Commentaires : 0