Caucasien mais pas blanc: la race et les Portugais à Hawaii

 

 

Dans les années 1870, de nombreux portugais, en particulier de Madère, sont sollicités pour immigrer à Hawaii, après l'arrêt de la traite négrière, pour travailler dans les champs de canne à sucre. En effet, les habitants de Madère ont l'habitude de ce travail. Encore, aujourd'hui se maintiennent à Hawaii des traditions alimentaires et religieuses issues de la communauté madérienne à Hawaii.

 

Mais les madériens ont été classifiés comme des "caucasiens non-blanc" alors même que la notion de blanc caucasien englobe l'Afrique du Nord et moyen-orient.

 

La référence à la notion de race telle qu'elle est utilisée dans le texte ci-dessous est fortement marquée par le contexte états-uniens où les statistiques publiques recensent la population en classifiant leur origine ethnique et raciale. Les hispaniques (ou latinos) constituent ainsi dans cette classification un groupe ethnique sub-divisée en plusieurs races (blanc, noirs, métisses).

Récemment une enquête a été menée dans la communauté portugaise nord-américaine pour savoir comment ils préféraient être classés comme hispaniques.  Les portugais interrogé ont refusé majoritairement d'être classés comme hispaniques considérant que c'était comme classé des français dans la catégorie allemands. 

Il faut dire également que la classification hispaniques ne convient pas non plus exactement aux brésiliens. De leurs côtés les hispaniques ont répondu à un fort pourcentage être d'une autre race que le choix présentés par le recensement : considérant n'être ni blanc, ni noir, mais "autre race".

 

Traduction d'un article Melody Lassalle publié dans The Genealogy Research Journal en juillet 2016.

 

Comment caractériseriez-vous vos ancêtres portugais qui sont allés à Hawaï? Vous pouvez commencer par les appeler açoriens, madériens ou portugais. Les considérez-vous comme étant de race blanche ? Mais, pouvons-nous les appeler Blancs? Ceux qui contrôlaient l'activité de Hawaii et les intérêts politiques dans les années 1870 ne l'ont pas fait. Les Portugais qui sont allés à Hawaï ont été officiellement classés comme « Caucasiens, mais pas blanc ».

 

Comment est-ce possible? Ne sont-ils pas des Caucasiens blancs ?

 

Pour répondre à ces questions,  nous devons revenir aux années 1870.  Le dictionnaire en ligne Webster, définie la race blanche comme « constituant ou caractérisant d'une race de l' humanité originaire d'Europe, d' Afrique du Nord et d'Asie du Sud-Ouest et classés selon les caractéristiques physiques – Cette dénomination est utilisé en particulier en se référant à des personnes d'origine européenne ayant généralement une peau claire. »

 

Notez dans la définition le passage « ayant la peau généralement claire ». C'est important.

 

Aujourd'hui, nous avons tendance à parler des questions de race en terme de comme Noir, Blanc, Latino, Asiatique. Mais, dans les années 1870, c'était plus compliqué. Par exemple, en Amérique, les Européens de différents pays étaient divisés en groupes.  Souvenez-vous de vos grands-parents qui vous disaient qu'ils vivaient dans la partie française ou irlandaise d'une ville? C'est parce que chaque nationalité avait sa propre communauté. Mon père a grandi dans le quartier français d'Oakland alors que ma mère a grandi dans le quartier portugais.  C'était la même chose à Hawaii.

 

Examinons la question de la pigmentation de la peau de plus près.

 

Le Cap-Verdiens d'abord

 

Le Portugais qui se sont en premier installés à Hawaii étaient les marins cap-verdiens qui disaient avoir quitté leur navire juste au large des côtes du Royaume.  A la fin des années 1870, les premiers travailleurs contractuels qui sont arrivés étaient madériens, suivis peu après par les Açoriens, et plus tard sont venus les portugais du continent.

 

Parce que les Cap-Verdiens ont été les premiers à migrer, les Portugais ont été définis à partir d'eux. Bien que les Madériens et Açoriens n'ont pas carnation aussi sombre que les Cap-verdiens, ils étaient plus sombres que les français, britanniques, irlandais, écossais, et les américains qui possédaient la plupart des intérêts commerciaux de la nation.

 

A l'époque où les plantations de sucre étaient en plein essor, le classement par la race était fermement organisé. Les Portugais ont alors été définis comme « caucasiens, mais pas blanc ».

 

Pourquoi ce classement a-t-il eu lieu ?

 

Pourquoi est-ce si important? Après tout, c'était juste un terme. Si la race était importante en Amérique, elle l'était encore plus à Hawaii où les détenteurs du pouvoir ont essayé de garder un contrôle strict de la taille des groupes ethniques, de l'organisation du travail, et de la descendance des travailleurs. Le système à Hawaii était hiérarchique et fondé sur la race et l'origine ethnique. Un travail égal ne recevait pas un salaire égal. Les emplois que vous pouviez avoir et le salaire que vous receviez été déterminés par la race.

 

Regardons le système de plantation de sucre à titre d'exemple. Une personne blanche de pays les États-Unis, la Suède ou l'Allemagne avaient plus de possibilités sur la plantation et une meilleure rémunération. Ils pouvaient travailler partout dans les champs, dans le traitement du sucre et les bâtiments de fabrication, dans les bureaux, et occuper des postes de direction. Leur salaire était fixé de manière plus élevée à tous les niveaux en raison de leur statut « privilégié ».

 

Les asiatiques, d'autre part, étaient considérés comme nécessaires, mais indésirables. Il y avait une peur profonde que le groupe asiatique devienne trop nombreux dans les îles. Avant 1900, ils ne pouvaient occuper que des emplois dans les champs ou les usines de fabrication. En 1900, certains ont été autorisés à travailler dans les bureaux comme commis ou comptables. Mais, ils ne pouvaient pas assurer tout les types de poste de supervision. Ils étaient strictement ouvriers. Et, bien qu'ils ils étaient sur les mêmes lignes de production que leurs homologues allemands, ils ne gagnaient qu'une fraction de leur salaire.

 

D'où vient cette catégorisation des Portugais?

 

Les Portugais ont été classés entre les deux. Leurs salaires étaient fixés plus bas que les Caucasiens blancs, mais plus élevé que les Asiatiques et les Latinos. Ils ne pouvaient pas occuper des postes de haute direction, mais ils pouvaient travailler dans des postes de supervision. Durant la première décennie, ils ne pouvaient pas prétendre à beaucoup, mais au moins à surveillant. Ces limitations se étaient moins restrictives à partir de1910, bien que certains postes est été encore hors de leur portée.

 

Je ai utilisé le terme « préféré ». Car je ne veux pas dire que les Portugais étaient indésirables. Au contraire ! Les Açoriens et les Madériens avait été repérés et recommandés en raison de certains traits.

 

Comme le montre cette citation du rapport du commissaire du travail et de l' industrie à Hawaï: 1902 » (p. 22-23), la présence des Portugais à Hawaï était la bienvenue:

 

« Les Portugais étaient largement employés dans les professions semi-qualifiées des plantations, bien que 1183 des 2663 sur les listes de paie soient répertoriés comme travailleurs dans les champs. Ces personnes sont des bons éléments pour la population. Ils sont à la fois laborieux et frugaux, et leurs vices ne sont pas de sorte à nuire à leur efficacité en tant que travailleurs. Ils font de bons citoyens, et bien que ceux de la première génération soient généralement analphabètes et opposés à envoyer leurs enfants dans les écoles publiques, ils s'américanisent rapidement » .

 

Ils étaient ainsi souhaitables en tant que travailleurs et en tant que membre de la communauté, ce qui ne veut pas dire qu'ils pouvaient épouser les filles de bonnes familles. Avec le système paternalises en place dans de nombreuses plantations, les Portugais étaient considérés un peu comme les bons enfants obéissants.

 

Une classification officielle

 

Cela pourrait vous surprendre de savoir que c'était un classement officiel : « du Caucase, mais pas blanc ». Il était appliqué dans les écoles, le recensement, les demandes d'emploi, et dans tout autre cas où vous deviez cocher une case pour la race. Il a fallu attendre les années 1950 pour que ce classement disparaisse.

 

Vous verrez de petites distinctions entre la façon dont les classements en Amérique continentale et sur le territoire de Hawaii ont été constitués. Jetez un coup d'oeil au Recensement fédéral des États-Unis de 1940 et vous verrez la différence. Alors qu'en Amérique continentale « W » abréviation de blanc a été utilisé pour les Européens Américains de toutes sortes, y compris les Portugais, cela n'est pas le cas sur le territoire d'Hawaii.  C'était l'abréviation de Câu pour Caucase.

 

Dans la légende en bas, vous remarquerez que pour le territoire d'Hawaii, Blanc n'est pas une option, alors que dans le document en Amérique continentale, Caucasien, n'est pas une option. Il y a probablement une explication dans les annales du recensement pour expliquer pourquoi ils ont décidé d'avoir les deux termes différents pour les mêmes personnes.

 

Il est important de comprendre cela pour comprendre nos ancêtres et de leur époque. Comment devaient-ils se sentir d'être classés comme moins que les autres Européens simplement sur la base de leur couleur peau ? J'imagine qu'ils étaient beaucoup trop surchargés de travail pour y penser particulièrement. Mais, quand ils ont fait la queue et ont montré leur reçus afin d'obtenir leur salaire mensuel, il devaient avoir conscience qu'il y avait des limites à ce qu'ils pouvaient réaliser dans le système de la plantation. Il ont dû se sentir un peu comme les Asiatiques qui travaillaient aussi dur mais qui gagnaient beaucoup moins.

 

Cela aide à comprendre pourquoi certains de nos ancêtres esquivaient un peu lorsqu'on leur a demandaient d'où ils venaient. Si vous étiez un Philippin, mais que vous pouviez passer pour un espagnol ou un Portugais qui pouvait passer pour un français, c'était mieux pour avoir de meilleurs emplois et de meilleurs salaires. Vous pouviez être en mesure de mettre plus de nourriture sur la table, d'acheter des vêtements et des chaussures pour vos enfants, et de consulter un médecin de la plantation lorsque vous ou un membre de la famille étaient malades. Vous pouviez être en mesure d'envoyer votre enfants dans une une meilleure école où ils leur donne des compétence pour avoir un travail hors des champs. Je ne renie pas un ancêtre vivant à cette époque qui l'aurait fait, car cela pouvait signifier une vie meilleure pour ses enfants.

 

Les choses étaient beaucoup plus compliquées nous nous en rendons compte. La à Hawaii, c'était Noir, Blanc, Latino et Asiatique et d'autres situations encore...

 

Pour en savoir plus:

  1. “Pau Hana: Plantation Life and Labor in Hawaii, 1835-1920” by Ronald Takaki

  2. “Hawaii Pono: A Social History” by Lawrence H. Fuchs

  3. “A Shoal of Time: A History of the Hawaiian Islands” by Gavan Dawes

  4. “Hawaii, A History: From Polynesian Kingdom to American Statehood” by Ralph S. Kuykendall.

  5. “Peopling of Hawaii” by Eleanor C. Nordyke.

Juin 2016: "O exodo da Madeira".  Article faisant état d'une grande recherche financée par l'Europe qui va être lancée sur la racialisation de l'immigration madérienne au XIXe et qui va durer 5 ans. URL: http://www.academia.edu/25912013/O_Exodo_da_Madeira_-_artigo_de_divulga%C3%A7%C3%A3o_no_Super_Interessante_Junho_2016_por_J_P_Lobato

 

 Annexe:

 Arrêt de la cour suprême de 1923 qui classe les immigrants qui viennent d'Inde dans la catégorie "caucasiens, mais pas blancs". URL: http://historymatters.gmu.edu/d/5076/

Écrire commentaire

Commentaires : 0