Pratiquer la pédagogie critique à l’université

 

 

Comment est-il possible de mettre en oeuvre une pédagogie critique à l’université ?

 

(texte de présentation écrite de la pédagogie critique dans le cadre du stage “Pédagogie dans le supérieur”, organisé par Sud éducation, les 13 et 14 mars 2017, à la Bourse du travail de Paris)

 

Origine et développement de la pédagogie critique dans le monde:

 

Méconnue en France, la pédagogie critique est issue de l’oeuvre du pédagogue brésilien Paulo Freire et s’est développée dans différentes aires géographiques hors de l’école et à l’école, à tous les niveaux du système d’enseignement et dans toutes les disciplines scolaires et universitaires.

 

Depuis les années 1980, la pédagogie critique a connu de multiples développements dans les pays de langues ibériques et anglaise suivant en cela les débats académiques et militants. Dans ces langues, se présenter comme un pédagogue critique ou ajouter “critique” à une approche théorique et/ou pédagogique signifie une prise de parti de l’enseignant en faveur d’une analyse critique radicale et contestataire.

 

Influencée à ses débuts par le marxisme de l’école de Francfort, la pédagogie critique a entretenu un dialogue fructueux avec le féminisme. Par la suite, elle a su intégrer des critiques venant du postmodernisme, du multiculturalisme, de la pensée décoloniale, queer, de l’intersectionnalité…

 

Le contexte universitaire:

 

Mettre en oeuvre une pédagogie critique à l’université est plus aisé sans doute en TD que dans un cours magistral en amphi.

 

La pédagogie critique nécessite d’abord une réflexion sur soi - sur sa propre position sociale - et sur les profils sociologiques des étudiants, de manière à lutter contre les privilèges sociaux, la reproduction des inégalités sociales et contre les discriminations.

 

Une séance reposant sur la pédagogie critique favorise l’interaction entre l’enseignant et les étudiants et également entre les étudiants eux-mêmes.

 

- L’expérience sociale vécue: un point de départ

 

La pédagogie critique prend souvent appui, comme point de départ, sur l’expérience vécue des sujets, que ce soit celle de l’enseignant-e ou celle des étudiant-e-s. Cette expérience sociale porte en particulier sur des situations vécues de discriminations sociales.

 

- La problématisation: la construction d’un rapport critique au savoir

 

La fonction de l’enseignant-e consiste en particulier à problématiser cette expérience vécue et ainsi à favoriser un rapport au savoir critique de la part des étudiant-e-s

 

- La découverte de savoirs critiques et la contextualisation sociale

 

La pédagogie critique favorise la mise en contact des étudiants avec des approches critiques. Celles-ci sont en particulier orientées vers la contextualisation sociale des savoirs. Ce sont des approches qui permettent aux étudiant-e-s de mieux comprendre le monde qui les entoure, de faire des liens entre les savoirs académiques et la réalité sociale.

 

- L’échange dialogique: sortir de la culture du silence

 

Une pédagogie critique à l’université encourage les étudiant-e-s à sortir de la culture du silence: poser des questions, formuler des objections…

 

- Au-delà de l’espace de la classe: l’enquête de conscientisation

 

La pédagogie critique invite à réaliser des exercices qui permettent la mise en lien des savoirs académiques et de la réalité sociale. Cela peut consister à mener de petites recherches, des enquêtes ou des observations sur des situations de la vie sociale en lien avec les savoirs académiques.

 

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0