La pédagogie critique: une pédagogie non-alignée

 

 

La pédagogie critique constitue un mouvement qui rompt avec un ensemble de dichotomies et qui entend se situer en dehors de celles-ci.

 

1. Contre la pédagogie conservatrice et la pédagogie libérale

 

Dans un ouvrage daté de 1997, le pédagogue états-unien Henry Giroux distingue entre la pédagogie conservatrice, la pédagogie libérale et la pédagogie radicale (ou pédagogie critique).

 

Il écrit au sujet de la pédagogie conservatrice: “Le discours éducatif conservateur présente souvent une vision de la culture et de la connaissance dans laquelle les deux sont traités comme faisant partie d'un ensemble constitué en canon [...] Dans une telle forme de pratique pédagogique, la voix des étudiants est réduite à l'immédiateté de sa performance, existant comme quelque chose à mesurer, administré, enregistré et contrôlé”.

 

Mais, il effectue également une critique de la pédagogie libérale: celle-ci sous prétexte de se rapprocher des besoins et des intérêts des élèves cherche en réalité à contrôler les jeunes de milieux populaires et à entériner les logiques de reproduction sociale en les enfermant dans des enseignement de seconde zone.

 

Henry Giroux qualifie la pédagogie conservatrice et la pédagogie libérale de discours dominant sur l’éducation. Il oppose à cela une alternative qui critique radicalement le système, à savoir la pédagogie radicale.

 

2. La pédagogie critique: théorie de la reproduction et théorie de la résistance

 

La pédagogie critique intègre la sociologie française de la reproduction, en particulier les théories de Pierre Bourdieu. L’école est un espace de reproduction des inégalités sociales de classe sociale.

 

Mais les pédagogues critiques se sont intéressés également au courant anglais de l’ethnographie de l’école, incarné en particulier par Paul Willis, avec son ouvrage, A l’école des ouvriers. Dans cet ouvrage, l’auteur développe l’idée que les élèves de milieux populaires ne subissent pas seulement l’échec scolaire, mais expriment une culture anti-école. Néanmoins, paradoxalement, cette culture de rébellion contribue à renforcer la reproduction sociale.

 

L’école n’est alors pas seulement un espace de reproduction sociale, mais un espace de lutte des classes pour les pédagogues critiques. L’enseignant y doit jouer le rôle de l’intellectuel transformateur. Son action est en particulier de favoriser le fait que la résistance des élèves ne renforce pas la reproduction sociale, mais soit orientée vers la transformation sociale.

 

Autre point d’apport de la pédagogie critique, c’est qu’elle ne s'intéresse pas seulement à la classe sociale économique, mais également aux rapports sociaux de sexe et de racisation.

En cela, l’approche des pédagogues critiques peut être rapprochée du travail de Shamus Kahn, intitulé Privilege: The Making of an Adolescent Elite at St Paul (traduit en français sous le titre: La nouvelle école des élites).

 

De nombreux travaux de pédagogues critiques actuels s’inscrivent dans la théorie du privilège et s’orientent vers une critique intersectionnelle de la kyriarchie (système croisé de privilèges).

 

3. Par delà la controverse entre matérialisme et postmodernisme.

 

Les approches actuelles de la pédagogie critique peuvent prétendre à se situer par delà la controverse entre matérialisme et postmodernisme dans la mesure où elles intègrent des approches intersectionnelles qui se situent au-delà de cette controverse.

 

La pensée décoloniale latino-américaine avec la notion de pluriversalime entend dépasser l’opposition entre universalisme et relativisme. Il s’agit de continuer l’idéal d’émancipation des Lumières tout en admettant qu’en fonction des aires culturelles cet idéal puisse prendre des formes différentes. Au-delà, Boaventura de Sousa Santos propose un hermeneutique diatopique qui se propose de construire des concepts communs.

 

Le queer of color entend proposer une approche matérialiste et intersectionnelle où sont intégrées les questions LBTI combinées à d’autres problématiques telles que le féminisme, le racisme, la classe sociale et le handicap.

 

Références:

 

Boaventura de Sousa Santos, “Épistémologies des Sud” (2011). URL: http://etudesrurales.revues.org/9351

 

Giroux Henry, Pedagogy and the politics of hope (1997). URL: http://www.osea-cite.org/class/SELT_materials/SELT_Giroux_Pedagogy-Politics_Hope_ch4-5.pdf

 

Giroux Henry, Theorie de la reproduction et de la résistance dans la nouvelle sociologie de l’éducation: une analyse critique (1983) - URL: http://www.pedagogica.edu.co/storage/rce/articulos/17_07pole.pdf

 

McLaren Peter (Entretien), “L’éducation comme une question de classe” (2014). URL: http://iberoamericasocial.com/la-educacion-como-una-cuestion-de-clase-entrevista-peter-mclaren/

 

Noyé Sophie, “Pour un féminisme matérialiste et queer”. URL: https://www.contretemps.eu/pour-un-feminisme-materialiste-et-queer/

 

Numéro des cahiers du CEDREF sur le Queer décolonial (2011).

 

URL: https://cedref.revues.org/667

Écrire commentaire

Commentaires : 7