Culture populaire: Pédagogie critique du Hip-Hop

Certains courants de la pédagogie critique utilisent comme base la culture populaire des médias de masse comme point de départ pour initier un travail de pédagogie critique. C'est le cas par exemple dans les ouvrages Popular Culture and Critical Pedagogy (2000) ou  dans un sens peut être encore plus critique, l'ouvrage d'Henry Giroux, Disturbing Pleasures: Learning Popular Culture (1994). 

 

La pédagogie du hip-hop critique est un courant de la pédagogie critique aux Etats-Unis qui entend s'adresser aux jeunes racisés noirs et latinos des centre villes paupérisés. La pédagogie du hip-hop critique s'appuie sur le fait que le rap est une musique très largement écoutée aux Etats-Unis par les jeunes noirs et latinos. Les séances de pédagogie critique s'appuient entre autres sur le Rap conscient. Mais proposent également une critique de la violence, de la misogynie et des logiques commerciales promues au sein du Rap.  

 

 

Chanson de Rap sur l'immigration illégale portugaise aux Etats-Unis. La communauté lusitanienne comprend près de 1,5 millions de personnes. Les portugais sont souvent assimilés aux latinos, mais c'est un sujet de débat aux Etats-Unis. Le rappeur Sandro G est d'origine açorienne.

 

Traduction d'un article paru sur le site Radio Guérilla en 2009.

 

Les luttes qui touchent les jeunes de couleurs du centre ville résultent du désintérêt des cultures dominantes à s'attaquer de manière crédible aux inégalités sociales qui constituent les expériences de ces jeunes, reflétant leur traitement dans le système scolaire public. En débit des expressions « grand égalisateur » et « aveugle », le système scolaire public n'a pas pris en charge le racisme systémique explicite et caché qui existe en son sein. L'insuffisance de l'éducation et les taux faibles de diplôme, les expulsions, les suspensions, les programmes spéciaux sont justifiés et légitimés en blâmant les élèves pour leurs manque d'effort, ainsi qu'en rejetant la faute sur leur environnement culturel.

 

Henry Giroux a qualifié la jeunesse d'aujourd'hui de génération assiégée, bombardée d'une culture de la violence qui masque les vrais problématiques de race et de classe. Cela est en partie dû à la construction par les médias populaires de la jeunesse de couleur comme étant plus « naturellement » sujette à la violence. Giroux considère cette construction négative de la jeunesse comme la racine de la méfiance, de l'aliénation, de la misogynie, de la violence, de l'apathie et du développement des cultures informelles. La violence des gangs est construite comme étant une chose culturelle résultant d'une mauvaise parentalité et d'un mauvais environnement culturel. Ladson-Billings établit un parallèle entre les faibles taux d'éducation et les taux d'incarcération chez les adultes et fait valoir que les écoles sont des camps de « détenus en formation » pour les jeunes de couleur.

 

En essayant d'être neutre et sans couleur, le système éducatif ne parvient pas à s'attaquer aux formes d'oppression qui ne nouent dans le système scolaire et dans la société dans son ensemble. La fonction de la scolarité n'est pas d'enseigner à ces jeunes les compétences dont ils ont besoin pour survivre, parce que les écoles font partie active d'une société qui s'engage dans le racisme ambiant, la brutalité policière, le profilage racial. Les écoles ne peuvent pas aider les jeunes de couleur à apprendre à passer la victimisation et à faire face à des conditions sociales et économiques injustes.

 

Paulo Freire soutient qu'au lieu de remettre en cause, les écoles maintiennent et reproduisent l'ordre social existant, en utilisant la «méthode bancaire de l'éducation» (Freire, 1970). Cette approche conduit les étudiants à être des réceptacles passifs attendant que les enseignants transmettent des connaissances (Freire, 1970). Les élèves se sentent comme si leurs pensées et leurs idées n'étaient pas assez précieuses pour justifier un dialogue avec l'enseignant (Freire, 1970). Les élèves deviennent dépendants de leurs enseignants pour apprendre (Freire, 1970). Plutôt que de voir l'éducation institutionnelle comme un lieu pour pratiquer la liberté et pour que les élèves développent une conscience critique, les écoles deviennent un lieu qui reproduit les inégalités sociales (Freire, 1970).

 

Ce qui est nécessaire pour affronter les défis auxquels sont confrontées les jeunes urbains de couleur est une approche pédagogique qui favorise le développement de la conscience critique et confronte l'ordre social injuste. Cette pédagogie devrait être enracinée dans les fondements théoriques de la pédagogie critique, la méthode de problèmatisation utilisée par Freire et la théorie critique de la race .

 

Dans Pédagogie des opprimés , Freire préconise un modèle d'éducation qui développe une praxis sociale qui aide les élèves à prendre conscience des contradictions sociales, politiques et économiques auxquelles ils sont confrontés et à lutter contre les éléments oppressifs de leur réalité. Ce en quoi ce modèle éducatif se différencie de la «méthode bancaire» est l'importance du dialogue entre l'enseignant et l'étudiant comme un espace pour le développement de la conscience critique. Dimitrardis et McCarthy soulignent l'importance du dialogue dans ce type de pédagogie:

 

"Le dialogue ... nous invite à faire et refaire nos propres pratiques éducatives émancipatrices. Il nous invite à repenser les discours dans lesquels nous opérons et les langues que nous utilisons pour façonner l'éthique de notre vie professionnelle. Elle nous demande de regarder au-delà de notre manière héréditaire de penser et d'agir, à des pratiques pédagogiques nouvelles, inexplorées et peut-être même dangereuses.Le rôle de l'éducateur ne peut pas être facilement contenu aujourd'hui »(2001, p.10).

 

Alors que le modèle bancaire de l'éducation, la relation entre l'étudiant et l'enseignant est enracinée dans «la réception, le remplissage et le stockage des dépôts» (Freire, 1970). La pédagogie freirienne vise à créer une «praxis critique» à travers la méthode problématisante, dans laquelle les élèves identifient un problème, l'analysent, élaborent un plan, mettent en œuvre un plan d'action et évaluent ce plan d'action (Freire, 1970).

 

La pédagogie pour la jeunesse urbaine de couleur doit également être fondée sur la théorie critique de la race. La théorie critique de la race remet en question les paradigmes, les textes et les théories traditionnels utilisés pour expliquer les expériences des étudiants de couleur (Solórzano & Bernal, 2001). Elle affirme que le racisme est profondément ancré dans le tissu de la culture américaine et que l'idéologie libérale ne parvient pas à s'attaquer à ce racisme (Pulido, 2009). Selon la Théorie Critique de la Race , le racisme doit être historiquement contextualisé et l'analyse doit se concentrer sur les voix (Pulido, 2009, p.72) et la connaissance expérientielle des étudiants de couleur (Solórzano et Bernal, 2001). La théorie critique de la race adopte une approche transdisciplinaire. Dans l'engagement envers la justice sociale, la théorie critique de la race reconnaît l'intersectionnalité d'autres formes d'oppression autres que la race et le racisme (Solórzano & Bernal, 2001).L'objectif de la théorie de la race critique est l'élimination de toutes les formes d'oppression.

 

La pédagogie critique du hip hop est une méthode importante qui devrait être utilisée dans la mise en œuvre de cette pédagogie dans la praxis. Le hip hop est un domaine où nous voyons ensemble la théorie et la pratique. La musique de hip hop est celle qui a été développée à la fin des années 1970, en grande partie comme une réponse à l'exclusion socio-économique et politique, à la négligence et à l'isolement vécus par les jeunes de couleur du centre-ville (Pulido, 2009). Les quatre éléments essentiels de la culture Hip Hop sont le DJ (deejay, turntablism), le MC (Emcee), l'art du graffiti et le break-dance. Le Hip hop est né à New York, bien que certains tels que Davey en ont localisé les origines sur le chemin du retour à l'Afrique. « Le hip-hop est le milieu dans lequel baignent de nombreux étudiants urbains. C'est la musique qu'ils écoutent, leurs traditions, la langue qu'ils parlent, les vêtements qu'ils portent, la façon dont ils interagissent dans les rues » (Bruce et Davis, 2000, p.122). Ce type de pédagogie se développe "comme une méthode pour organiser les jeunes autour des questions qui sont importantes pour leur survie » (Hamilton, 2004).

 

Pour Akom, ce qui est fondamental dans la Pédagogie du Hip Hop critique, c'est qu'elle est participative, axée sur les jeunes et coopérative. Les contributions des étudiants y sont traitées équitablement (Akom, 2009, p.56). Pour que cette pratique reste pertinente, les étudiants doivent être en position à la fois de sujets et d'architectes de la recherche (Akom, 2009, p.57). Les élèves apportent avec eux une grande diversité de connaissances expérientielles qui doivent être utilisées.

 

Les questions de race, de racisme, de genre et d'autres axes de différences sociales sont mises en avant en reconnaissant l'intersectionnalité de la différence (Akom, 2009, p.56). La pédagogie du hip hop critique doit faire partie d'un discours qui reflète les conditions et les expériences réelles des personnes de couleur. La pédagogie critique du hip hop permet aux étudiants de tendre un miroir à la société, de nommer des problèmes, d'établir des liens entre les problèmes et de ré-imaginer des solutions à ces problèmes grâce à une résistance transformationnelle (Akom, 2009, p.62). La pédagogie critique de Paulo Freire est pertinente pour l'enseignement de la jeunesse urbaine comme une méthode pour éradiquer les écarts racistes, ainsi que pour rendre l'éducation pertinente pour résoudre bon nombre des problèmes de vie et de mort auxquels sont confrontés de nombreux jeunes urbains (Akom, 2009) . Il doit y avoir un équilibre entre la pensée critique, la réflexion, l'analyse et l'action pour que la pédagogie du hip hop critique réussisse.

 

La pédagogie du hip hop critique doit capitaliser sur l'implication locale et communautaire. «Les dialogues communautaires devraient servir de « centres communautaires virtuels » qui renforcent les habitudes de lecture des jeunes, leur engagement social et politique et leur désir de participer à notre émergente cyber-civilisation en tant qu'agents du changement social » (Akom, 2009). Les communautés de couleur sont des bases arrières qui devraient être utilisés. Elles ne doivent pas être considérés comme des communautés avec des «problèmes», des «pathologies» et des «poisons», mais plutôt comme des communautés dotées d'atouts, d'organisations et d'aspirations émergents (Akom, 2009). Il doit y avoir une collaboration avec des universitaires et des musiciens du hip-hop, qui profitent également du dialogue car cela leur donne la possibilité d'apprendre des étudiants. Il faut une approche dans laquelle le développement éducatif de la jeunesse urbaine devient synonyme de développement communautaire (Akom, 2009, p.63).

 

La pédagogie du hip hop critique doit être transdisciplinaire en utilisant un large éventail de méthodologies, dans une variété de disciplines académiques. Le hip hop permet des critiques féministes, marxistes, structuralistes, psychanalytiques et postmodernes (Morrell & Duncan-Andrade, 2002). La pédagogie critique du hip hop a été utilisée dans le développement de l'estime de soi émotionnelle et la culture de l'alphabétisation critique dans la salle de classe en anglais. Elle a été utilisé dans le développement de la conscience critique par le biais de contre-narrations dans les cours de sociologie et d'histoire. La pédagogie du hip hop critique doit être utilisée pour aider les jeunes de couleur à mieux comprendre l'échec du système éducatif, pour leur fournir les compétences dont ils ont besoin pour survivre. Cette pédagogie peut même être utilisée pour porter un regard critique sur elle-même en examinant la musique et la culture hip hop. La pédagogie critique du Hip Hop est l'une des meilleures façons d'inciter les étudiants de couleur à «envisager un ordre social qui soutient leur pleine humanité» (Stovall, 2006).

 

Pour que la pédagogie du hip hop critique soit mise en œuvre avec succès, les enseignants doivent d'abord réexaminer leurs idées fausses et leurs connaissances stéréotypées sur le hip hop. Le hip hop est «souvent associé au domaine du loisir et de l'anti-intellectualisme» (Akom, 2009). La panique morale entourant le «gangsta rap » résultant d'une réputation de langage explicite, de violence et de misogynie ne doit pas être confondue avec la culture du hip hop dans son ensemble. La criminalisation, la pathologisation et la caractérisation de la musique hip hop comme féroce, ignore le fait que la culture populaire américaine en général est également patriarcale, violente et misogyne (Pulido, 2009). Robin Kelly cherche à démystifier la stigmatisation associée au «gangsta rap» en arguant que ces rappeurs ne glorifient pas seulement la violence des gangs et qu'ils ne prennent pas de positions partisanes à l'appui d'une bande particulière (Kelley, 1996). Il poursuit en disant que beaucoup de ces paroles violentes ne sont pas destinées à être prises littéralement, mais qu'elles doivent plutôt être considérées comme une plaisanterie métaphorique et comme des défis artistiques pour les concurrents sur le microphone (Kelley, 1996).

 

La mise en œuvre de la praxis pédagogique du hip hop critique, qui sera examinée en premier lieu, est le travail effectué par Bruce et Davis pour freiner l'épidémie de violence à laquelle de nombreux étudiants de couleur participent et dans laquelle ils meurent. Ils veulent utiliser le pouvoir de la parole écrite et parlée dans la salle de classe anglaise, «afin que les gens cessent de se tuer» (Bruce et Davis, 2000). Les médias de masse blâment souvent les enseignants et les écoles publiques pour la montée de la violence urbaine chez les jeunes, tout en les voyant paradoxalement comme la solution (Bruce et Davis, 2000).

 

Le hip hop est le terme pour la créativité urbaine et l'expression de cette culture. Le rap est le style utilisant des mots rythmés avec de la musique. La salle de classe anglaise peut être un espace de «rédaction du monde» (Freire, 1970). Les mots aident à construire la réalité; Ils ont un effet puissant sur les personnes réelles. L'expression par le hip hop pour les jeunes favorise le développement d'un vocabulaire émotionnel qui facilite chez les jeunes le fait de penser et de parler de leurs pensées et de leurs sentiments complexes, affaiblissant l'emprise de la colère et de l'hostilité qui est à la racine de leurs réactions violentes. Pour les jeunes femmes, la violence structurelle et systémique qui résulte de la vie dans une société patriarcale est souvent interiorisée et se manifeste sous la forme de la dépression, des troubles de l'alimentation et de la violence envers elles-mêmes et non comme une violence à l'égard des autres (Bruce et Davis, 2000). Le hip hop aide les jeunes à identifier, à clarifier, à exprimer et à canaliser leurs sentiments plutôt que de réagir intérieurement ou extérieurement à la violence.

 

La façon dont cette forme de Pédagogie, le pédagogie du Hip Hop critique, est mise en pratique en utilisant une combinaison de poésie et d'art de la performance qui est aussi connue comme Slam. Une enseignante d'anglais, Heather Bruce, a utilisé le Slam pour contrecarrer les gémissements typiques qu'elle a reçus lors du cours de poésie. Les poèmes de Slam comme celui de Saul Williams parlent de l'amour, de la colère, de la joie et de la douleur de la pauvreté émotionnelle et matérielle vécue par la jeunesse urbaine (Bruce et Davis, 2000). Les éléments du hip hop "se fondent sur les concepts de flux, de superposition, de répétition et de ruptures en ligne (Bruce et Davis, 2000, p.123): « Les jeunes jouent avec les mots, triturant le langage avec des rythmes riches et des sons ».

 

Le slam permet aux jeunes urbains de grandir dans la confiance et la fierté de pouvoir partager leurs sentiments avec leurs pairs et leurs communautés. L'utilisation du slam dans la salle de classe aide les jeunes urbains à développer une plus grande tolérance et le respect de l'autre, ainsi que pour leurs enseignants. Les enseignants doivent s'efforcer de reconnaître, de comprendre, d'honorer et de légitimer les identifications linguistiques et culturelles des élèves (Bruce et Davis, 2000, p.126). Le programme de poésie slam, préconisé par Heather Bruce pour être utilisé dans les cours d'anglais, est conçu pour être développé en partenariat avec la communauté locale, les organisations et des poètes.

 

D'autres types de travaux, tels que la promotion de la création de l'alphabétisation critique, peuvent se faire dans la classe d'anglais en milieu urbain. Pour Freire, les opprimés ne peuvent se libérer de l'idéologie oppressive qu'après avoir développé la conscience critique qui est également requise pour l'alphabétisation critique (Morrell & Duncan-Andrade, 2002).Le hip hop peut être un pont entre les rues et le milieu universitaire. Le commentaire social dérivé de certains hip hop peut conduire à des discussions de sensibilisation, des essais et des projets de recherche. Beaucoup de musiciens de hip hop comme KRS qui utilisent souvent le nom «The Teacher» se considèrent comme des éducateurs.

 

Les textes de hip-hop peuvent être utilisés pour aider les élèves à mieux comprendre l'ironie, le ton, la diction et le point de vue, ainsi que des analyses du thème, du motif, de l'intrigue et du développement des personnages. Le travail de Morrell & Duncan-Andrade a révélé qu'il était important que l'enseignant mette la musique hip-hop en lien avec d'autres périodes historiques et des poèmes afin que les élèves puissent utiliser le genre de poésie qu'ils connaissaient pour examiner d'autres œuvres littéraires (2002, p. 90). Le hip-hop peut être utilisé comme un outil pour combler le fossé entre le programme scolaire du district et les cultures urbaines.Un exemple de ceci serait d'amener les élèves à présenter un poème classique à côté d'un texte de hip-hop. Un groupe dans cette étude de cas a déclaré que le Grand Message de Maître Flash et le "Cantique d'amour de J. Alfred Prufrock" de TS Eliot étaient des représentations d'une société en déclin et utilisent des images de «terres en friche» (Morrell et Duncan-Andrade, 2002 , p.91). Ce projet était conforme aux principes de la Pédagogie Critique en ce qu'il était axé sur les expériences existentielles des étudiants par opposition à celles de l'enseignant.  Il appelait à un dialogue critique et à un engagement critique avec le texte littéraire et à lier ces textes à des questions sociales et politiques plus vastes.


La pédagogie du hip-hop critique peut être utilisée comme un outil éducatif pour cultiver la conscience critique à travers le développement de contre-narrations pour la jeunesse urbaine de couleur. La pédagogie critique du hip-hop aide les jeunes marginalisés à prendre conscience de la façon dont leur vie est façonnée par des institutions plus importantes comme le système scolaire. Grâce à l'élaboration d'un « programme contre-hégémonique axé sur la culture et la résistance des jeunes, l'identité raciale et la reproduction sociale, et les contre-récits, les étudiants de couleur sont en mesure de fournir des explications alternatives de l'inégalité scolaire et de gagner simultanément une perspective critique de leur monde »(Akom, 2009, p. 55). C'est pour aider les étudiants à devenir ce que Gramsci appelle «les intellectuels organiques (Gramsci, 1971) » dans un effort pour créer un changement positif dans leurs communautés. La pédagogie critique du Hip Hop met les étudiants au centre afin de les aider à « identifier et nommer les problèmes sociétaux et systémiques auxquels sont confrontés les étudiants face à la couleur, analyser les causes des problèmes et trouver des solutions aux problèmes (Smith-Maddox et Solorzano, 2002), Les récits contradictoires, d'après la théorie critique de la race, sont les histoires racontées par des personnes de couleur submergées dans une société racialement hiérarchisée (Delgado & Stefancic, 2000). La pédagogie critique du hip-hop doit être utilisée comme un outil pour éclairer les problèmes auxquels font face de nombreux jeunes urbains tels que la pauvreté, la brutalité policière, le patriarcat, la misogynie, l'incarcération, la discrimination raciale, mais aussi les questions d'amour, d'espoir et de joie. La pédagogie critique du hip-hop est le processus d'enseignement que bell hooks désigne comme le «catalyseur qui appelle tout le monde [les enseignants et les étudiants] à devenir de plus en plus engagés et à devenir des participants actifs à l'apprentissage» (hooks, 1994, p.11) .

 

Grâce à l'utilisation de paroles de chansons, David Stovall soutient que le hip hop comme un élément de la culture populaire peut être utilisé pour développer la pédagogie critique dans le programme d'études sociales secondaires. La jeunesse urbaine est souvent blâmée pour les maux de la société tels que la criminalité, la consommation de drogues, la délinquance et l'apathie. Les enseignants agissent en tant que facilitateurs en encourageant les élèves à créer et à recréer leurs expériences d'apprentissage comme moyen de mieux favoriser la conscience critique. Il en résulte que chaque atelier est une expérience unique (Stovall, 2006, p 586). Les chansons sont utilisées pour fournir un contexte historique et social. L'expérience d'apprentissage est dans un état constant d'évolution avec des étudiants fournissant des commentaires pour améliorer la façon dont le hip hop a été utilisé comme un outil pour développer la conscience critique.

 

Stovall utilise la chanson "Four Women" de la chanteuse et pianiste Nina Simone qui raconte l'histoire de quatre expériences de femmes pendant l'esclavage (Stovall, 2006). Ceci a mené à un dialogue dans lequel les étudiants ont réalisé que le programme d'histoire et d'études sociales ne reflétait pas leurs expériences vécues aux Etats-Unis. Howard Zinn's Une histoire populaire des États-Unis a ensuite été utilisé comme un pont pour présenter aux élèves des enregistrements historiques alternatifs au lieu de ceux qui leur ont précédemment été enseignés. Dans le chapitre de Zinn intitulé «L'esclavage sans soumission, émancipation sans liberté», il met en lumière les contributions des abolitionnistes tout en démystifiant Lincoln comme le grand émancipateur (Stovall, 2006).

  

 

Le KRS-One, également connu sous le nom de «The Teacher», a critiqué l'eurocentrisme intégré dans les programmes scolaires publics américains et son impact sur les enfants et les jeunes Noirs (Akom, 2009, pp. 53-54). Dans "You Must Learn", KRS-One fait des rimes au sujet des Noirs qui ne sont pas inclus dans les livres d'histoire:

 

"Personne ne vous a parlé de Benjamin Banneker, un homme noir brillant (qui a créé un) almanach ... Granville Woods a fait le talkie-walkie, Louis Latimar amélioré sur Edison, Charles Drew a fait beaucoup pour la médecine, Garret Morgan a fait le feu, Harriet Tubman a libéré les esclaves la nuit »(KRS-One, 1989).

 

La pédagogie critique du hip hop en tant que forme de pratique libératrice découle de la longue histoire des luttes de la liberté noire et de la quête de l'autodétermination des communautés opprimées dans le monde (Akom, 2009, p.53). La pédagogie du Hip Hop critique vise à permettre aux jeunes économiquement et socialement marginalisés de devenir les leaders intellectuels dans la salle de classe. Les élèves sont formés dans le cadre d'une communauté et non comme des individus isolés. Les expériences réelles des jeunes sont une partie légitime du programme. Dans la pédagogie du hip-hop critique, les étudiants et les enseignants sont conscients du fait qu'ils sont des entités politiques engagées dans une lutte collective contre le statu quo (Stovall, 2006).

 

 

Rap dénonçant la stigmatisation des latinos par Donald Trump:

 

Delgado et Stefancic ont examiné la relation entre la musique hip-hop, les latinos et l'éducation en interrogeant 20 jeunes mexicains et porto-ricains vivant dans la région de Chicago. Les jeunes urbains sont confrontés à plusieurs défis dans le système éducatif : un programme d'études de bas niveau, des enseignants non qualifiés ou peu attentifs, le manque de ressources et leur mauvais niveau d'anglais qui est leur langue seconde. Les attentes académiques et les conceptions individualistes de la réussite sont construites à partir d'interprétations normatives et culturelles blanches (Pulido, 2009). Les identités, les cultures et les langues des jeunes latinos sont systématiquement marginalisées par le système éducatif. Il y a une dévaluation de la langue espagnole, du Mexique, de la culture mexicaine, et toutes les choses mexicaines (Pulido, 2009). Raul, un étudiant mexicain âgé de dix-neuf ans, se réfère au hip-hop comme «la musique pour nous, les minorités» (Pulido, 2009, p.73). La musique de hip hop comble la fracture ethnique entre les Latinos et les Afro-Américains en dessinant un espace commun grâce à une compréhension collective des luttes partagées.

 

La musique hip hop contribue à la connaissance et à la conscience de soi de la jeunesse urbaine. Gabriela, âgée de 23 ans, en est venue à comprendre les questions plus profondes de la gentrification à Chicago à travers les paroles de Common dans sa chanson Cabrini Green (Pulido, 2009, p.74). Le lien de Gabriela avec les paroles l'a aidée à comprendre comment Reaganomics a affecté certaines populations comme la sienne plus que d'autres (Pulido, 2009, p.74).

 

 

 

Immortal Technique dans « Misère de la philosophie » explore la façon dont l'immigration latino-américaine aux États-Unis est une conséquence de l'impérialisme, du racisme et du capitalisme qui a eu un impact négatif sur l'Amérique latine. En outre, la chanson traite de la contradiction entre les discours anti-immigration et anti-latino avec la politique étrangère des États-Unis et la demande de travailleurs migrants à bas salaire qui a alimenté les modèles de migration (Pulido, 2009). Les sentiments anti-immigration et latinos ont un impact réel sur les jeunes, et plus de 50% craignent qu'un membre de la famille proche ou un ami ne soit expulsé (Pulido, 2009). La pédagogie critique du hip hop fournit une cohésion entre les jeunes urbains à travers une perspective racialisée historique et contextuelle sur l'inégalité qui est au cœur des paroles de la musique hip hop.

 

Alesandra, âgée de 15 ans, parle de la manière dont le système scolaire ne nous apprend que ce qu'ils veulent que nous apprenions (Pulido, 2009). Elle cite la caractérisation de Fidel Castro « horrible », mais l'incapacité de mentionner comment Castro ne veut pas qu'un gouvernement fantoche contrôlé par les Etats-Unis soit imposé au peuple cubain (Pulido, 2009). Alesandra conclut que les écoles ne fournissent pas des perspectives multiples ou contradictoires parce qu'elles menaceraient leur rôle de machine de reproduction sociale (Pulido, 2009, p.81). La pédagogie critique du hip hop l'aide à voir ses expériences quotidiennes comme résultant de représentations et de réalités matérielles liées à des processus locaux, nationaux et mondiaux (Pulido, 2009, p.81).

 

La pédagogie critique du hip hop rend les jeunes marginalisés fiers de leurs identités culturelles (Pulido, 2009, p.76).En histoire, un étudiant latino a commenté que les Mexicains n'étaient même pas mentionnés «jusque dans les années 80 ... c'était comme s'ils n'existaient pas» (Pulido, 2009).

 

Pendant trop longtemps, la sous-réalisation de la jeunesse de couleur a été expliquée comme des pathologies individuelles ou un manque d'adaptation culturelle, qui découle de la désorganisation sociale de leurs communautés ou d'un manque d'effort individuel (Akom, 2009). Malgré ce que prétend le système scolaire, il n'est ni neutre ni aveugle. La conception reposant sur les capacités inférieures des personnes de couleur ne fourni aucune analyse de la façon dont le racisme se manifeste en termes de langue, de culture et de statut d'immigration pour les jeunes Latinos. Il y a aussi le racisme structurel du système scolaire. Ainsi Frank, âgé de dix-neuf ans, raconte la force excessive utilisée par l'école pour empêcher certains élèves de participer à un rassemblement pro-immigration. Beaucoup de ces étudiants ont ensuite été suspendus pour leur participation à la manifestation (Pulido, 2009, p.76). La musique hip hop relie les étudiants à ces attitudes racistes systémiques, structurelles et quotidiennes envers les latinos.

 

La Pédagogie critique du Hip Hop permet de développer une sphère publique contre-hégémonique dans laquelle les élèves déconstruisent des normes profondes sur la race, la classe, le genre, la culture, la langue. Les contre-récits doivent tenir compte du fait que le système éducatif a joué un rôle actif dans la violence structurelle et systémique envers les jeunes de couleur. La pédagogie critique du hip hop défie la manière dont les écoles reproduisent simplement les inégalités sociales. Cela se fait souvent à travers un curriculum caché et officiel, qui favorise l'hégémonie de la classe dominante et des pédagogies qui dévaluent les voix et les origines des étudiants urbains de couleur (Akom, 2009, p.63). Les jeunes de couleur utilisent les discours du hip hop pour mieux comprendre leur position dans les hiérarchies raciales et ethniques et aussi la façon dont le système scolaire public institutionnel n'intègre pas leurs identités ethniques et culturelles racialisées dans le dialogue officiel et les programmes scolaires.

 

Dead Prez qui s'appuit sur des combattants de la liberté noire comme Malcolm X et Carter G. Woodson, critique le système éducatif eurocentique et anglocentré qu'ils considèrent comme une incarcération mentale dans la chanson "They Schools." Dans "They Schools", ils soutiennent que le système scolaire traditionnel échoue stratégiquement dans les communautés de couleur en les préparant à des emplois de la classe ouvrière. Selon Dead Prez:

 

«Les écoles ne peuvent pas nous apprendre merde. Mon peuple a besoin de la liberté, nous essayons d'obtenir tout ce que nous pouvons obtenir ... Dis-moi l'homme blanc tes mensonges de droite. Les écoles ne nous apprennent pas ce qu'il faut savoir pour survivre, les écoles n'éduquent pas, tout ce qu'elles enseignent au peuple, c'est du mensonge »(C. Gavin, 2000).

 

La pédagogie du Hip Hop critique vise à aborder les idéologies profondément enracinées ainsi que les inégalités sociales en utilisant le hip hop comme outil de justice sociale dans la formation des enseignants. L'élimination des normes de performance traditionnelles aide les élèves à participer honnêtement, sans crainte d'être réduits au silence (Akom, 2009). La musique hip hop crée des espaces où les jeunes peuvent défier les rapports de force et les discours hégémoniques au sein du système éducatif (Pulido, 2009). La pédagogie critique du hip hop fournit une lentille d'interprétation pour les jeunes afin d'analyser et de critiquer le système scolaire à travers la perspective plus large des inégalités raciales et leurs liens intersectionnels avec de multiples formes d'oppression.

 

Grâce à la pédagogie du hip hop, des étudiants latinos comme Luis développent une lentille d'interprétation pour l'aider à comprendre que les écoles ne sont pas là pour servir ses intérêts (Pulido, 2009, p.79). Luis commente que les écoles regardent leurs populations mexicaines avec haine parce qu'elles sont les boucs émissaires de bon nombre des problèmes du pays (Pulido, 2009, p.79). Il s'inspire des textes hip hop pour donner un sens aux discours locaux et nationaux, et il relie les écoles à la reproduction sociale (Pulido, 2009).

La pédagogie critique du Hip Hop peut être utilisée pour projeter transformer un objectif critique sur la musique hip hop en ce servant de ce média populaire qui doit également être discuté, interrogé et critiqué. Ces projets pourraient examiner en particulier le consumérisme, l'homophobie, la misogynie, la violence et la glorification de la culture de la drogue présente dans le hip hop traditionnel. Toutes les formes de hip hop ne sont pas émancipatrices, révolutionnaires ou résistantes. Certains sont exactement le contraire (Akom, 2009, p.54). Mais même le hip hop qui est considéré comme glorifiant la violence est utile dans la mesure où il reflète les réalités vécues des étudiants urbains. La réflexion centrée sur les expériences vécues par les élèves devrait créer un dialogue que l'enseignant pourrait faciliter, mais ne devrait pas être utilisé pour convaincre les élèves de leur propre façon de penser (Stovall, 2006). Le hip hop souligne encore plus comment la diminution des opportunités pour les jeunes de couleur combinée à la restructuration économique, l'érosion des droits civiques et une éducation de plus en plus hiérarchique font de la musique hip hop un discours éducatif viable pour de nombreux jeunes urbains.

 

Un étudiant latinos nommé, José tourne sa perspective critique sur les artistes hip hop eux-mêmes, par exemple, il était très déçu de voir comment Common avait commencé à faire des publicités pour Gap et SUV pour Lincoln Navigator (Pulido, 2009). Les observations de José sont révélatrices du fait que les jeunes ne sont pas seulement des récepteurs passifs qui consomment de la musique hip hop, mais sont capables de tourner d'avoir un regard critique sur les artistes et la musique elle-même.

 

Stovall a demandé à sa classe si les artistes de rap possédaient effectivement l'argent, les voitures et les bijoux de leurs clips (Stovall, 2006). Stovall a ensuite présenté à la classe la chanson «Les voleurs dans la nuit», par Black Star, une collaboration entre les deux artistes solo Mos Def et Talib Kweli. La chanson évoque des images de la façon dont l'industrie de l'enregistrement contrôle et manipule les artistes pour être vendus comme des marchandises au grand public souvent sans leur consentement. Cela a crée un dialogue à partir duquel les étudiants ont découvert que les images grandioses projetées dans ces vidéos de hip hop ne reflétaient pas les vies que vivent beaucoup d'artistes (Stovall, 2006, p.593). Après cet exercice, Stovall a présenté aux étudiants l'auteur James Baldwin pour une discussion au sujet de son essai «si la langue noire n'est pas une langue, qu'est-ce qu'elle est ? » :

«Un enfant ne peut être enseigné par quiconque le méprise et un enfant ne peut se permettre d'être berné. Un enfant ne peut pas être enseigné par quelqu'un dont la demande, essentiellement, est que l'enfant répudie son expérience (Baldwin, 1985). 

Cela a ensuite été suivi d'un exercice d'écriture dans lequel les élèves ont été invités à décrire une société juste. Dans l'analyse critique des thèmes consuméristes, sexistes et misogynes du hip hop, les étudiants doivent examiner comment ces thèmes existent dans leur vie quotidienne ainsi que dans la société dans son ensemble (Stovall, 2006). La même approche critique doit également être tournée sur la pédagogie du hip hop critique elle-même. Cela se fait en partie grâce à une rétroaction régulière des enseignants et des étudiants pour réévaluer et modifier l'approche pédagogique.

 

Dans l'utilisation future de la pédagogie du hip-hop critique, Stovall soutient que plus de supports devraient être choisi par les étudiants au lieu du facilitateur et un équilibre plus égal entre les artistes masculins et féminins utilisés devrait être utilisé (Stovall, 2006, p. 598-9). Il y a aussi un grand potentiel dans l'implication de la communauté hip hop locale par des programmes de mentorat. La culture hip hop a également été utilisée pour introduire l'Amérique blanche au reste de la société qu'elle ne voit jamais. Soixante-dix pour cent des albums hip hop sont achetés par des hommes blancs de banlieue (Morrell & Duncan-Andrade, 2002, p.88)

 

La pédagogie critique du Hip Hop est un outil très précieux pour les enseignants radicaux et progressistes qui travaillent avec des jeunes urbains de couleur. L'utilisation de la pédagogie critique et de la théorie critique de la race rend l'éducation pertinente pour ces jeunes parce qu'elle leur parle dans leur langue et respecte d'où ils viennent. Elle peut aider les jeunes de couleur à développer une conscience critique et une alphabétisation critique. La pédagogie critique du hip hop offre aux étudiants les compétences nécessaires pour apporter des changements significatifs en eux-mêmes et dans leurs communautés. 

 

Un exemple possible d'application avec du Rap conscient issu de l'immigration portugaise et maghrébine en France: 



Ouvrages cités :


Akom, A. A. (2009, March). Critical Hip Hop Pedagogy as a Form of Liberatory Praxis. Equality & Excellence in Education , pp. 52-66.
Baldwin, J. (1985). The price of the ticket: Collected nonfiction 1948-1985. New York: St. Martin's.
Bruce, H. E., & Davis, D. B. (2000, May). Slam: Hip-Hop Meets Poetry -- A Strategy for Violence Intervention . The English Journal, Vol. 89, No. 5, A Curriculum of Peace , pp. 119-127.
C. Gavin, L. A. (Composer). (2000). They Schools. [M.-1. (. stic.man, Performer, & d. p. Hedrush, Conductor] United States of America.
Delgado, R., & Stefancic, J. (2000). The Latino condition: A critical reader. Temple University Press .
Dimitriadis, G., & McCarthy, C. (2001). Reading and Teaching the Postcolonial: From Basquiat and Beyond. New York: Teachers College Press.
Friere, P. (1970). Pedagogy of the oppressed. New York: Herder and Herder.
Gramsci, A. (1971). Selections from the Prison Notebooks. London: Lawrence and Wishart.
Hamilton, K. (2004). Making some noise: The Academy's hip hop generation. Black Issues in Higher Education Vol. 21 No. 5 , pp. 34-35.
hooks, b. (1994). Teaching to transgress. New York: Routledge.
Kelley, R. D. (1996). Race rebels: Culture, politics, and the Black working class. New York: Free Press.
KRS-One. (1989). You Must Learn. In On Getto Music: The Blueprint of Hip Hop. New York: Jive Records.
Ladson-Billing, G. (2001). America Still Eats Her Young. In W. Ayers, B. Dorhn, & R. Ayer, Zero Tolerance: Resisting the Drive for Punishment in our Schools (pp. 77-85). New York: The New Press.
Morrell, E., & Duncan-Andrade, J. M. (2002, July). Promoting Academic Literacey with Urban Youth through Engaging Hip-Hop Culture. The English Journal Vol. 91 No. 6 , pp. 88-92.
Pulido, I. (2009, March). "Music fit for us minorities": Latinas/os' Use of Hip Hop as Pedagogy and Interpretive Framework to Negotiate and Challenge Racism. Equity & Excellence in Education , pp. 67-85.
Smith-Maddox, R., & Solorzano, D. (2002). Using Critical Race Theory, Paulo Freire's Problem-Posing Method, and case study Research to Confront Race and Racism in Education. Qualitative Inquiry Vol. 8 No. 1 , pp. 66-84.
Solórzano, D. G., & Bernal, D. (2001). Examining transformational resistance through a critical race and LatCrit theory framework: Chicana and Chicano students in an urban context. Urban Education Vol. 36 No. 3 , pp. 121-136.
Stovall, D. (2006, November). WE CAN RELATE Hip-Hop Culture, Critical Pedagogy, and the Secondary Classroom. Urban Education Vol. 41, No. 6 , pp. 

 

 

 

 

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0