Du « portos » au « guesh » : l'identité masculine immigrée populaire stéréotypée comme ressort d'un humour communautaire

 

 

Si le film « La cage dorée » (2013) constitue une des rares expressions grand public de l'humour portugais issue de l'immigration, il existe une déclinaison plus communautaire de cet humour. Le ressort en repose principalement sur les clichés liés à la masculinité populaire des immigrés portugais.

 

Stéréotypes et humour : la réappropriation du stigmate

 

S'il existe une scène humoristique issue de l'immigration africaine en France (Maghreb ou Afrique noire (1)) , il n'existe pas d'équivalent grand public issue de l'immigration portugaise.

 

A l'inverse, il n'est pas rare que les luso-descendants se plaignent des clichés et des stéréotypes liés aux portugais et qui constituent un ressort de l'humour des « français » à l'égard des immigrés portugais : la portugaise femme de ménage ou concierge, le portugais maçon, la pilosité... Nombre de vidéos en ligne de luso-descendants sont consacrés à la critique de ces clichés (1).

 

Néanmoins, les descendants de l'immigration portugaise en France ont développé un humour caricaturant les portugais issus de l'immigration en France. Cependant, il est possible de remarquer que la figure centrale de cet humour est une masculinité populaire.

 

Du père « portos » ...

 

La figure du père issu de l'immigration de la première génération est le personnage central récurent chez le duo d'humoriste Ro et Cut (3). Le duo qui s'est formé en 2009 est composé d'un franco-portugais et d'un franco-algérien.

 

Nombre de leurs vidéos reposent sur le personnage récurent d'Antonio (joué par Rodolphe Ferreira Rebelo), une caricature du père immigré de la première génération.

 

La première vidéo, en 2009, Carglouch connaît un buzz et lance ainsi le duo sur la toile. Leurs videos dépassent souvent le million de vues et la vidéo Carglouch en totalise plus de 6 millions.

 

Le personnage d'Antonio n'est pas éloigné du stéréotype du portugais en France : ouvrier (dans différents secteurs selon les épisodes), travaillant parfois au noir, amateur de vin, fan de son équipe nationale de foot, macho avec sa femme… Mais les vidéos fonctionnent également parce qu'elles reposent sur une connaissance fine de la vie de la communauté immigrée de milieu populaire en France qui dépasse le simple cliché extérieur. Elles adoptent le point de vue distancié d'un descendant d'immigrés qui est capable de souligner certains détails typiques.

 

Les vidéos abordent des thématiques telles que : les vacances au Portugal, la relation du père à l'école française, le travail, le football, Noël...

 

Sont souvent mis en scène comme personnages secondaires : le meilleur copain « arabe » d'Antonio, sa femme Maria, son fils « Tiago » qui selon les épisodes est plus ou moins âgé.

 

Ce n'est que dans une autre série de vidéos intitulées Les gardiens (2013), mettant en scène un protagoniste d'origine maghrébine et une autre d'origine portugaise, que la figure de la gardienne d'immeuble portugaise est abordée comme ressort humoristique.

 

Lorsque le fils apparaît dans les vidéos du duo Ro et Cut, c'est souvent pour le mettre en scène quelque peu gêné, honteux, de l'attitude exubérante de son père immigré portugais de milieu populaire.

 

au fiston « guesh »

 

Mais la figure du père "Portos" n'est pas la seule qui soit caricaturée par les descendants de l'immigration portugaise, l'autre personnage mis en scène est le jeune « Guesh ». Il s'agit cette fois de la figure d'un jeune d'origine portugaise, issu de la deuxième ou de la troisième génération, reproduisant le destin ouvrier de son père, fier de ses origines portugaises, en particulier de son équipe de football.

 

Le blog « Miki-le-toss ou comment reconnaître un guesh en quelques leçons... » (2005) met en scène la figure du jeune guesh en essayant d'en tracer un portrait robot (4) : la coupe de cheveux, la tenue vestimentaire, les loisirs en boîtes de nuit et dans les associations portugaises, les vacances au Portugal, le football, la fierté d'être portugais…Néanmoins comme le souligne Martine Fernandes dans un article qu'elle a consacré à ce sujet, il est sans doute significatif que le blog ait été animée par une jeune luso-descendante capable de prendre de la distance avec une identité qui pour les jeunes garçons est vécue au premier degré. 

 

Le football constitue une thématique privilégiée pour mettre en scène la figure de la masculinité populaire dont parfois on ne sait plus si elle caricature le portos ou le guesh. Ainsi dans Portugal Allez !, Brouno Louguesh chante en français avec un accent portugais en décrivant les manifestations de liesse footballistiques qui peuvent être également celle du guesh (5). Brouno Louguesh réalise des parodies "portugaises" de titres à la mode. Il arbore une imitation d'accent portugais. Mais les paroles mettent en réalité plutôt en scène le fils ouvrier immigrés de la première ou de la troisième génération.

 

L'humour comme reflet des avatars d'une masculinité populaire issue de l'immigration

 

L'humour portugais communautaire reprend comme beaucoup d'humours issus de l'immigration une caricature des stéréotypes attachés à la figure de l’immigré (6) se situant ainsi entre clichés et description d'une réalité sociale. En effet, comme l'a souligné Ines Espiritu Santo dans sa thèse de doctorat, le père ouvrier et la mère employée dans le service à la personne ne sont pas qu'un cliché, ce sont également des réalités sociales: 1/2 pour les hommes, 1/3 pour les femmes.

 

Il est néanmoins possible de distinguer comme l'on a vu deux générations d'immigrés portugais et de masculinités.

 

La première correspond à la figure de la masculinité issue de l'immigration massive des années 1960/70, qui s'est poursuivie encore dans les années 80 et 90. L'identité portugaise de l'immigré de la première génération est caricaturée comme une identité qui lui est inhérente (« essentielle »). Par exemple un des ressorts de cet humour est l'accent dont le personnage ne peut se départir. Ressort repris également hors de la communauté portugaise par l'humoriste D'jal (7).

 

La seconde est l'identité du garçon d'origine portugaise immigré de milieu populaire de la seconde ou de la troisième génération. Son identité portugaise est cette fois caricaturée en tant qu'elle est revendiquée. L'humour caricature alors ce qui constitue la revendication d'une identité qui est déjà une construction stéréotypée. Mais si cette construction est stéréotypée, elle constitue également une construction originale d'une nouvelle identité : ce qui passe par exemple par l'utilisation du français comme langue vernaculaire dans ce type d'humour. Le guesh se revendique « 100 % Portugais », mais il le revendique en français.

 

Le « guesh » n'a plus honte de son père « portos » au contraire il revendique haut et fort sa filiation.

 

A l'inverse, les personnages féminins sont nettement moins présents. La femme portugaise immigrée de la première génération apparaît principalement dans Les gardiens et la fille portugaise de deuxième et troisième génération n'est guère mis en scène.

 

Cela renvoie sans doute au destin scolaire différentié des deux groupes. Les garçons et les filles portugais sont ceux qui ont un écart de trajectoire scolaire le plus important de l'ensemble des groupes issus de l'immigration : les garçons s'orientent précocement vers la filière professionnelle, tandis que les filles portugaises ont une poursuite d'étude équivalente aux filles d'origine française. Néanmoins, les descendants d'immigrés portugais s'orientent peu vers le troisième cycle sans doute parce qu'il s'agit d'une option qu'ils jugent peu rentable professionnellement.

 

Ainsi, se dessine probablement deux figures de l'immigration portugaise : la fille luso-descendante occupant une profession intermédiaire, image de l'intégration de la communauté portugaise, et le fils revendiquant son identité de « guesh » réfractaire au modèle d'assimilation française par les études et donc la culture française.

 

Référence:

Koven, M. and Simões Marques, I. (2015) ‘Performing and evaluating (non)modernities of Portuguese migrant figures on YouTube: The case of Antonio de Carglouch’, Language in Society, 44(2), pp. 213–242. doi: 10.1017/S0047404515000056.

 

(1) Quemener Nelly, « Stand-up ! L’humour des minorités en France », Terrain, n°61, septembre 2013, pp. 129-140. 

 

(2) Une recherche avec les mots clés « clichés sur les portugais » sur Youtube laisse apparaître un ensemble de videos produites par des jeunes issus de l'immigration portugaise visant à déconstruire ces clichés. URL :https://www.youtube.com/results?search_query=clich%C3%A9+sur+les+portugais

 

(3) Chaîne Youtube de « Ro et Cut » - URL : https://www.youtube.com/user/RoetCutTV

 

(4) Blog de Miki-le-toss . URL : http://miki-le-toss.skyrock.com/

 

(5) Euro 2016 : Portugal Allez (Brouno Louguesh). URL : https://www.youtube.com/watch?v=w8T5oNIvw2g

 

(6) On peut penser par exemple à Popeck caricaturant l'immigré yiddish.

 

(7) D'jal, Le prof de BTP portugais (2012) - URL: https://www.youtube.com/watch?v=nemAR8TpzOQ

 

 

Écrire commentaire

Commentaires : 7