Pédagogie queer of color et théorie critique de la race

 

 

L'article ci-dessous se situe au croisement de deux courants des Critical studies appliquées à la pédagogie : la théorie critique de la race et le queer. La théorie critique de la race (CRT) est un courant de recherche qui met en valeur comment la « race » en tant que catégorie sociale constitue un facteur d'organisation inégalitaire de la société. On retrouve en particulier la CRT dans les approches intersectionnelles. La théorie queer s’intéresse pour sa part à la question des identités sexuelles et a connu un renouvellement plus matérialiste, aux Etats-Unis, sous l'effet du courant Queer of color. Ainsi si une pédagogie queer critique de la race semble une problématique très minoritaire, elle s'avère pourtant être au coeur du mouvement Black lives matter, aux Etats-Unis, dont les personnes qui l'ont impulsées se définissent comme queer of color.

 

Traduction de : Mitsunori Misawa, Queer Race Pedagogy in Adult Higher Education: Dealing with Power Dynamics and Positionality of Gay Students of Color »,International Journal of Critical Pedagogy, Vol 3 (1) (2010) pp 26-35

 

La positionnalité, la position sociale des individus, influe grandement ce qu'ils vivent dans la société, leur succès ou leurs échec sociaux. Matin et Gunten ont décrit le terme de « positionnalité » comme un concept qui reconnaît que nous sommes tous en compétition, classés et sexués, et que ces identités sont des positions relationnelles, complexes et fluides, plutôt que des qualités essentielles. Nous vivons tous encadrés par des positions socialement construites dans la société, des adhésions auxquelles, volontaires ou non, nous appartenons. Cette catégorisation automatique s'inscrit dans notre société et souvent également dans notre éducation.

 

La marginalisation et la discrimination sont des enjeux incontournables pour les minorités aujourd'hui. Bien que les personnes de couleur aient obtenu de nombreux droits à travers le mouvement des droits civiques, la race n'a pas disparue de la société. Le racisme est une question discriminatoire aux Etats-Unis depuis leur fondation. La discrimination fondée sur l'orientation sexuelle est également venue aux Etats-Unis avec ses racines européennes. A partir des préjugés de racisme et d'hétérosexisme, les minorités sexuelles de couleur sont au moins doublement discriminées. Certaines d'entre elles sont déchirées entre leur identité raciale et leur identité sexuelle dans la société d'aujourd'hui.

 

Le but de cet article est de présenter un concept théorique de l'intersection de la race et de l'orientation sexuelle, et de décrire la pédagogie queer critique de la race dans l'enseignement supérieur. […]

 

La racisme dans l'enseignement supérieur pour adultes

 

[…] Le domaine de l'éducation des adultes a été dominé par le discours blanc, les voix et les perspectives des minorités n'ont souvent pas été abordées. […]

 

Homophobie et hétérosexisme dans l'enseignement supérieur chez les adultes

 

L'homophobie et l'hétérosexisme créent des environnements non-inclusifs et non-accueillant pour les homosexuels. Plusieurs chercheurs comme Jogose et Dilley ont définit l'homophobie comme la peur irrationnelle et la haine des gays et des lesbiennes. L'hétérosexisme est l'idée que tous sont hétérosexuels. Il est supérieur à toute autre forme d'expression sexuelle.

 

Bieschke, Eberz et Wilson ont déclaré que les programmes éducatifs et la pédagogie influencent la manière dont les apprenants perçoivent les sentiments homophobes et hétérosexistes, l'orientation sexuelle : ce qui oppresse leur vie d'apprenant. Les environnements qui sont négatifs dissuadent les hommes gays de sortir et peuvent conduire à une faible estime de soi.

 

Même si les professeurs et les administrateurs des universités aident parfois les étudiants, Dilley a constaté que les université traditionnelle créaient une norme d'hétérosexisme dans leurs environnement d'apprentissage, avec des professeurs utilisant des pratiques hétérosexistes dans leurs cours.

 

Une fois que les individus commencent à comprendre comment les facteurs environnementaux interagissent avec la sexualité et l'identité, le personnel enseignant devrait construire des environnements qui incluent et aident les étudiants qui souhaitent définir leur sexualité. Afin de créer de tels environnements, les personnels de l'enseignement supérieur doivent être plus conscients et sensibles à la situation de ces élèves. Il est important que les éducateurs soient plus inclusifs dans leurs pratiques au sein de l'enseignement supérieur et écoutent la voix des apprenants et comprennent leurs identités.

 

Théorie critique de la race

 

La théorie critique de la race (CRT) repose sur le fait que la couleur de la peau soit un identifiant utilisé pour catégoriser cette personne par d'autres personnes de couleur de peau différente. La race est un facteur important dans le développement humain et dans les constructions sociales.

 

Selon Delgado et Stefancic, « le mouvement de la théorie critique de la race (CRT) est un collectif de militants sociaux et de chercheurs s’intéressant à la recherche et à la transformation de la relation partagée par la race et le racisme, et le pouvoir ». Solorzano l'a également définit comme « un cadre ou un ensemble de perspectives, de méthodes et de pédagogie de base qui cherche à identifier, analyser et transformer les aspects structurels et culturels de la société qui repose sur la subordination et la marginalisation des gens de couleur ». Bien qu'il n'y ait pas une seule caractéristique génétique possédée par chaque membre d'un groupe racial, ils partagent des caractéristiques sociales. […]

 

Delgado et Stefancic ont distingué six thèmes importants de la CRT : a) le racisme est endémique et ordinaire b) le déterminisme matériel : notre système basée sur la blanchéité sert des buts matériels et psychologiques c) La race est socialement construite d) Différents groupes minoritaires sont racialisés à différents moments, selon les besoins économiques (processus connu sous le nom de racialisation différentielle) e) Les individus n'ont pas d'identité particulière (une notion connue sous le nom d'intersectionnalité et d'anti-essentialisme f) Une voix unique de couleur, qui existe à cause de l'oppression historique et actuelle, peut communiquer des histoires aux blancs qui sont peu susceptible de les connaître.

 

Asch a déclaré : « La CRT est sceptique quant à la réalisation du type de transformation sociale qui permettrait aux groupes historiquement exclus d'atteindre et de conserver une place précieuse dans le vie américaine ». La CRT aide les personnes qui ont été marginalisées en raison de leur couleur de peau à articuler leurs voix dans la société pour obtenir un statut plus égal dans la société pour leur « race ».

 

Théorie queer

 

La théorie queer est une technique d'analyse des textes sociaux dans le but d'exposer leurs significations, les distinctions et les rapports de pouvoir dans la culture qui produit ces textes. Les analyses révèlent de problèmes culturels complexes et les problèmes sont liés à la réglementation des comportement qui aboutissent souvent à l'oppression des minorités sexuelles. La théorie queer examine tout ce qui se passe entre le normatif et le déviant, en particulier les activités sexuelles et les identités. La théorie queer s’intéresse également aux comportements normatifs et aux identités qui sont qualifiées par le terme « queer ». Ainsi, la portée étendue de la théorie queer couvre tous les comportements humains. La théorie insiste sur le fait que tous les comportements sexuels, tous les concepts reliant les comportements sexuel aux identités et que les catégories de sexualités normatives et déviantes sont des constructions sociales. La théorie queer passe de « l'explication de l'homosexuel moderne » à l'interrogation sur le fonctionnement de l'hétérosexualité et de la binéarité de genre. (…)

 

La pédagogie de la race queer (QRP) pour des environnements d'apprentissages inclusifs

 

(…) Les enseignants pour adulte doivent s'efforcer d'aborder autant de questions qu'ils le peuvent pour pratiquer la QRP. Les enseignants pour adultes doivent prendre en compte les diverses positions, comme l'apparence physique, la race/ethnicité qui sont plus faciles à prendre en compte car plus souvent visuellement identifiables (bien qu'il soit difficile de s'attaquer aux problèmes raciaux/ethniques). En outre, il est important (mais difficile) pour les éducateurs adultes de déterminer quelles autres positions existent dans leur classe en étudiant les élèves (par ex. l'orientation sexuelle). Sissel et Sheared ont déclaré que « selon le rôle des gens dans la société, où ils sont situés dans la société et comment, ils détermineront si et dans quels contextes elles se trouvent dans la marge ou au centre ». Ainsi, lorsque les éducateurs d'adultes élaborent un plan de leçon, ils doivent prendre en compte la position sociale des apprenants.

 

Les éducateurs rencontreront probablement des dimensions critiques dans l'enseignement supérieur contemporain lors de leur pratique de la QRP. Selon Kumashiro, la création d'un système démocratique éducatif n'est pas facile car les éducateurs doivent lutter contre certaines formes d'oppression, comme le racisme et l'hétérosexisme. Il a également écrit qu'il y a des interactions, des perspectives concernant la race, le sexe, l'orientation sexuelle, la classe et la culture. Certaines personnes cumulent différentes positions minoritaires dans la réalité. Il a déclaré que de telles intersections de catégories spécifiques les rendent souvent invisibles dans la société. Il les appelle « intersections troublantes ». Il a ainsi déclaré que si les enseignants pour adultes veulent créer des environnement d'apprentissage, ils doivent reconnaître et travailler à travers ces paradoxes et prendre en compte l'étudiant queer of color en contestant à la fois le racisme et l'hétérosexisme.

 

Pour que les enseignants pour adultes puissent pratiquer le QRP, ils doivent préparer des activités pour les apprenants afin qu'ils puissent explorer en profondeur la pédagogie et la dynamique d'apprentissage. La QRP a deux composantes à ce niveau : la construction d'une communauté avec des contre-arguments et l'examen de stéréotypes relatifs à la positionnalité.

 

L'un des objectifs de la QRP est d'encapacité les minorités sexuelles de couleur afin qu'elles puissent penser de façon critique. Le contre-storytelling permet aux minorités sexuelles de couleur d'explorer leur histoire de vie. Cette approche narrative invite les étudiants à partager leurs propres histoires avec leurs camarades qui peuvent avoir des expériences similaires. Cela contribue également à créer une communauté d'apprentissage où les gens se sentent en sécurité afin qu'il puissent suivre leur apprentissage tout au long du semestre. Il s'agit de créer un tel environnement en pratiquant la QRP dès le début pour les minorités sexuelles de couleur.

 

Ce partage de contre-histoires aide à créer un environnement inclusif où les étudiants peuvent explorer différentes positions comme la race et l'orientation sexuelle.

 

La deuxième composante consiste à examiner les stéréotypes, à développer et utiliser les compétences de pensée critique. Encourager l'émergence de praticiens critiques réflexifs est un autre objectif de la QRP. Une des stratégies de la QRP est de traiter diverses dimensions critiques avec les perspectives de l'éducation à la diversité, de la lutte contre les stéréotypes et de l'éducation multiculturelle. Parce que les stéréotypes sont associés à la positionnalité et connotent la hiérarchie du pouvoir dans la société, cette composante devient une QRP. L'examen des stéréotypes exige des capacités de réflexion critique pour analyser comment et pourquoi les gens ont des stéréotypes. En déconstruisant l'épistémologie de la positionnalité, les gens apprendront à utiliser la pédagogie et le pouvoir en tant qu'éducateurs et apprenants de façon plus inclusive.

 

Les participants à la QRP utiliseront une approche expérientielle de l'apprentissage, comme le partage d'expérience de vie personnelle, d'histoires, afin de réfléchir sur leur vie et d'apprendre sur eux-mêmes. Ces deux composantes aident les apprenants à développer leurs propres voix de participants. Toutes les composantes de la QRP sont un continuum qui va du développement d'une communauté d'apprentissage à la déconstruction des stéréotypes. Historiquement, les groupes marginalisés n'ont pas été en mesure de développer leur propre voix parce que la voix des minorités a été étouffée par les dominants. (…)

 

Conclusion

 

Dans une nation démocratique, toutes les personnes devraient avoir des droits égaux. L'enseignement supérieur devrait être accessibles à toutes les personnes. (…)

 

Dans un tel environnement, l'apprentissage se dégrade pour certains apprenants qui ont de multiples points de vue minoritaires. Lorsqu'un environnement d'apprentissage contient des apprenants variés, il est essentiel que les éducateurs fassent en sorte que tout le monde soit inclu et traité de manière équitable. Créer un environnement d'apprentissage pour les étudiants queer of color est important. Pour que les éducateurs puissent créer de tels environnements, ils doivent prendre consciences des positions et de la dynamique de leurs apprenants. En ce sens, une perspective pédagogique queer critique de la race améliore la sensibilisation des éducateurs sur la façon de créer un tel environnement d'apprentissage pour les minorités sexuelles de couleur dans l'enseignement supérieur pour adulte.  

 

 

Annexe:

 

Présentation du contre-storytelling (https://justpublics365.commons.gc.cuny.edu/06/2013/5-steps-counter-storytelling-storify/)

Écrire commentaire

Commentaires : 0