La méthode dialectique

 

La notion de dialectique remonte à l’Antiquité où elle s’est maintenue dans l’histoire de la philosophie jusqu’à constituer une dimension centrale des théories de Hegel et de Marx. Pourtant la notion de dialectique subit aujourd’hui une éclipse relative dans l’histoire de la pensée.

 

L’éclipse de la méthode dialectique

 

Avec le régime soviétique, le matérialisme dialectique avait été érigé en méthode de pensée à la fois officielle et pouvant s’appliquer à l’ensemble des domaines de la pensée, y compris aux sciences de la nature.

 

Pourtant, la notion de dialectique, au-delà d’une méthode rigide érigée en dogme officiel, avait l'intérêt de centrer son analyse sur les contradictions au sein de la société et entre les discours.

 

D’une certaine manière, l’effacement de la dialectique, c’est un effacement de l’existence de la lutte des classes sociales et au-delà, de la conflictualité sociale.

 

La méthode dialectique chez Socrate

 

On peut voir une des premières acceptions de la dialectique dans la méthode qu’utilise Socrate avec le dialogue. Dans cet exemple, la méthode dialectique ne vise pas à aboutir à une synthèse, mais prend souvent la forme de la mise en évidence d’une aporie de la pensée.

 

Après Socrate, dans l’Antiquité, avec l’éristique, ou même durant la période médiévale, avec la disputatio, les confrontations dialectiques constituent des méthodes visant à former les qualités de réflexion des apprenants.

 

D’une certaine manière, la philosophie de la conscience monologique de Descartes entend rompre avec cette tradition. Il ne s’agit plus de confronter des opinions entre elles, il s’agit de fonder le savoir sur un principe premier. Descartes affirme l’image individualiste d’un sujet doté d’une raison universelle capable de juger de toutes choses sans avoir besoin d’acquérir des connaissances préalables sur le sujet. Il s’agit uniquement de se fier à ses capacités de raisonnement et de procéder avec méthode.

 

Méthode dialectique et lutte des classes: Proudhon

 

Proudhon reprend de Hegel sa méthode dialectique, mais à la différence de ce dernier et de Marx, il renonce à un dépassement des contradictions dans une synthèse supérieure ou du moins dans une synthèse qui élimine de manière définitive la contradiction.

 

La pensée doit déterminer des séries de contradiction. La réalisation de la justice sociale passe par la réalisation de l’équilibre entre des principes contradictoires, tels que l’autorité et la liberté.

 

Mais la question de la dialectique au sein du mouvement ouvrier, c’est également la question de la lutte des classes et des contradictions sociales qui opposent les classes sociales.

 

Paulo Freire: un penseur de la dialectique

 

L’oeuvre de Paulo Freire est fortement marquée par la démarche dialectique. Elle est la méthode par excellence.

 

Cette dialectique s'exprime d’abord entre la matérialité des conditions sociales et la conscience subjective. La conscience est le produit des conditions sociales, mais elle ne s’y réduit pas. Par l’acquisition d’une conscience critique, l’individu comprend que ce qu’il vit n’est pas une situation individuelle, mais sociale. Il acquiert la conscience de l’importance de transformer la réalité sociale pour améliorer cette situation.

 

Le schème dialectique se retrouve également dans le fait que l'individu prend conscience que cette réalité sociale implique l’existence d’un affrontement entre oppresseurs et opprimés, l’existence de la lutte des classes sociales.

 

Cette conscience critique est atteinte par la mise en oeuvre d’une méthode dialectique, le dialogisme. C’est par le dialogue, et donc l’interaction dialogique, que les individus acquièrent une réflexion critique.

 

Conclusion:

 

 

Il est possible de remarquer que la notion de dialectique a recouvert en particulier deux types de réalité conflictuelle: le conflit social d’un côté et le dissensus verbal de l’autre.

Écrire commentaire

Commentaires : 1