Les motivations des enseignants

 

 

Bien souvent, on s’intéresse à la motivation des élèves. Les enseignants doivent motiver les élèves. Mais se pose également la question de leur propre motivation. Un enseignant peu motivé n'aura-t-il pas un impact délétère sur la motivation des élèves ?

 

Motivations altruistes et motivations intrinsèques

 

Les recherches sur le sujet distinguent trois types de motivations principales : les motivations altruistes (comme « s'occuper d'enfants »), les motivations intrinsèques (comme « le désir d'enseigner »), des motivations extrinsèques (le salaire, les vacances...).

 

Les travaux mettent en avant le fait que les motivations concernant le désir de s'occuper d'enfants sont assez présentes parmi les enseignants dans le premier degré :

 

« Ce sont en effet les enseignants du primaire qui déclarent le plus largement une motivation altruiste. Book, Byers et Freeman (1983) affirment par exemple que l’enseignement est considéré par une majorité de ces enseignants comme étant une forme de parentalité dont l’objectif serait le développement du concept de soi des élèves. Les enseignants minimiseraient la part « académique » de leur métier au profit des facettes psychologique et de socialisation des élèves. (RFP) »

 

Motivations et rapport à la formation initiale

 

Jean-Louis Berger et Yannick D'Ascoli font l'hypothèse qu'il pourrait y avoir un lien entre le type de motivation des enseignants et leur rapport à la formation initiale :

 

« En effet la faible satisfaction que les étudiants rapportent quant à leur formation pédagogique, par exemple en France (Rayou & van Zanten, 2004), le manque d’engagement de certains dans leur formation ou encore l’abandon de la profession pourraient s’expliquer par des aspects motivationnels. (RFP) »

 

En effet, les enseignants qui auraient avant tout des motivations intrinsèques auraient une satisfaction plus grande vis-à-vis de la formation initiale que ceux qui sont animés par des motivations altruistes ou extrinsèques.

 

Conclusion :

 

Il est possible de constater que les travaux sur les motivations des enseignants ne font pas état d'une motivation qui peut être présente dans les propos des enseignants : « la réparation de son propre parcours d'élève ».

Les enseignants peuvent avoir le souhait de se démarquer du fonctionnement dominant du système scolaire ou de l'attitude de certains enseignants. Dans ce cas, ce qui semble être mis en avant, c'est la « malveillance » ressentie à travers des propos.

Il est possible que dans ce cas, les enseignants soient également centrés davantage sur les dimensions relationnelles que sur les apprentissages des élèves.

Il est alors possible de se demander si les motivations altruistes chez les enseignants ne sont pas susceptibles de renforcer les malentendus sociocognitifs entre les élèves en difficulté scolaire et l'école.

 

 

Bibliographie :

 

Jean-Louis Berger et Yannick D’Ascoli, « Les motivations à devenir enseignant : revue de la question chez les enseignants de première et deuxième carrière », Revue française de pédagogie [En ligne], 175 | avril-juin 2011, mis en ligne le 11 juin 2011, consulté le 10 janvier 2016. URL : http://rfp.revues.org/3113

 

CGT, Les enseignants entre motivation et désillusion, 2012. URL : http://www.ugict.cgt.fr/articles/references/les-enseignants-entre-motivation-et-desillusion

 

Hatem Roland, « Les effets miroirs de la motivation », Les cahiers pédagogiques. URL : http://www.cahiers-pedagogiques.com/Les-effets-miroir-de-la-motivation

 

Giordan André, « Le désir d'apprendre : un oublié de l'école... », 2010. URL : http://www.ecolechangerdecap.net/spip.php?article61

 

Lallez Raymond, Etude sur la motivation des enseignants. UNESCO. 1995. URL : http://unesdoc.unesco.org/images/0010/001001/100130fb.pdf

 

OCDE, L'efficacité des enseignants se heurte au manque de motivation. 2009. URL : http://www.oecd.org/fr/presse/lefficacitedesenseignantsseheurteaumanquedemotivationetauxmauvaiscomportementsenclasse.htm

 

 

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0