Une managérialisation de la pédagogie

 

 

 

Les courants pédagogiques alternatifs ne sont pas les seuls à s'attaquer à la forme scolaire. Le nouvel esprit du capitalisme conduit les entrepreneurs à considérer que la forme scolaire est une forme archaïque, adaptée au monde industriel, mais inadéquat pour former les travailleurs créatifs de la nouvelle économie.

 

La forme scolaire comme obstacle au nouvel esprit du capitalisme

 

L'école 42 constitue un exemple d'école créée en adéquation avec les attentes du nouvel esprit du capitalisme concernant la formation des travailleurs. Les étudiants y sont sélectionnés sur leurs capacités à s'adapter et à collaborer entre eux pour apprendre (apprentissage “peer to peer”).

 

La forme scolaire classique a disparu : l'école est ouverte 24h/24h, 7 jours sur 7. Il n'y a pas d'enseignants, les étudiants travaillent sur projet et au rythme qu'ils définissent. Il n'y a plus de séparation en années scolaires.

 

Xavier Niel, le fondateur de l'école, déclare à ce propos : « On sait que la formation qu'on va leur apporter, c'est la meilleure formation qui existe. On pense que le meilleur mode d'éducation pour ces jeunes qui sont exclus du système scolaire, il doit être différent. Et être différent, cela veut dire quoi ? Cela veut dire que si on leur met un prof pour 300-400 élèves, cela ne marche pas. Ils sont sortis du système scolaire parce que cela ne marchait pas. Et qu'est-ce que l'on essaye de faire ? On essaye de faire ici ce qui est dans l'entreprise. On essaye de pousser les gens à bosser entre eux et à être capable, si un jour il y a beaucoup de travail, de travailler beaucoup d'heures d'affilée. Et c'est exactement ce que l'on essaye de faire. Et c'est parce qu'il n'y a pas de prof qu'ils apprennent : il n'y a pas quelqu'un qui est au-dessus, qui a le savoir tout puissant et des gens qui sont en-dessous. On essaie qu'ils aient un bon raisonnement, plutôt que d'apprendre par coeur des choses. Pour ces jeunes, le but n'est pas qu'ils aient une culture générale, le but c'est qu'ils soient formés à faire du code informatique, à créer leur boite dans ces secteurs là, à aller travailler dans des sociétés de service s'ils le souhaitent”. (Entretien pour 01 TV Net, 18/09/13).

 

En 1899, l'Ecole des Roches est créée par Edmond Desmolins, sur les principes de l'éducation nouvelle. La thèse de l'initiateur de cette école, c'est que la formation d'une nouvelle élite capitaliste doit s'appuyer sur un nouveau type d'enseignement. En particulier, les rapports autoritaires au sein de l’enseignement ne favorisent pas l’esprit d’initiative. Il faut au contraire laisser les élèves choisir leurs cours, être responsables et favoriser l’autonomie.

 

Pédagogie de la résistance et nouvel esprit du capitalisme

 

Les courants pédagogiques libertaires ont fait de la critique de l'autorité l'axe principal de leur remise en question de la pédagogie traditionnelle et de la forme scolaire. La forme scolaire est considérée comme une institution disciplinaire au sens de Foucault dans Surveiller et punir. C’est ce que Fernand Oury et Jacques Pain avaient appelé L’école caserne.

 

Cependant, Foucault met en avant le fait qu'avec le libéralisme politique, la forme disciplinaire se trouve reléguée au profit de nouvelles formes de gouvernementalité. C’est ce que Gilles Deleuze a appelé les sociétés de contrôle. Luc Boltanski et Eve Chiapello, dans Le nouvel esprit du capitalisme, ont mis en relief le fait que le management dans le capitalisme par projet, avait intégré les justifications de la critique artiste (autonomie, authenticité, participation, créativité…).

 

Néanmoins, les travaux de Christophe Dejours en psychologie du travail, ont montré que les nouvelles formes de management au sein de l'entreprise, même si elles ne passent pas par des formes de leadership autoritaires, conduisent tout autant à des mécanismes de soumission à l'autorité. C'est ce qu'il a appelé dans Souffrance en France, « la banalité du mal », en reprenant l'expression de la philosophe Hannah Arendt. La « banalité du mal » en entreprise se caractérise selon Dejours par le fait que le sujet garde la conscience morale que ce qu'il fait est mal, mais il le fait tout de même alors même que son existence n’est pas menacée.

 

Le cas des lanceurs d'alerte, qui peuvent être des salariés d'une entreprise, conduit à la problématique en psychosociologie des refusants (Philippe Breton, Les refusants). Cette catégorie désigne la minorité des individus qui résistent aux mécanismes de soumission à l'autorité et au conformisme de groupe.

 

Une partie de la réflexion des pédagogies libertaires s'inscrit dans la continuité des travaux sur la soumission à l'autorité dans le régime Nazi. Ces travaux, ce sont par exemple les Etudes sur la personnalité autoritaire menées aux Etats-Unis par des philosophes issus de l'Ecole de Francfort. Cette réflexion se doublait d'autres travaux qui mettaient en lumière le rôle de l'éducation dans l'adhésion aux idées fascistes avec la notion de « pédagogie noire » d'Alice Miller (C'est pour ton bien).

 

La managérialisation de la pédagogie semble se situer à l'opposé de la pédagogie noire décrite par Alice Miller. Néanmoins, même si les méthodes utilisées sont fort différentes, le résultat attendu est le même : il s'agit d'obtenir le consentement et la soumission du sujet à une logique de domination.

 

La managérialisation de la pédagogie entend s'appuyer sur le consentement intime de l'individu à sa soumission à la logique capitaliste. On le voit dans l'Ecole 42. L'individu est conduit à accepter de travailler sans limites de temps : « On essaye de faire ici ce qui est dans l'entreprise. On essaye de pousser les gens à bosser entre eux et à être capable, si un jour, il y a beaucoup de travail, de travailler beaucoup d'heures d'affilée ».

 

La logique de soumission ne passe pas nécessairement pas un rapport autoritaire direct. Ainsi, que ce soit à l’école, avec la forme scolaire ou dans l’entreprise, avec le management “feel good management” à la Google, la soumission de l’individu est obtenue grâce à un dispositif. L’école 42 est truffée de caméras de surveillance.

 

Une pédagogie de la résistance à la forme scolaire est avant tout une pédagogie de la résistance à la soumission à l'autorité et au conformisme de groupe. La forme scolaire est une modalité d'apprentissage de la soumission à l'autorité comme peut l'être la famille. Mais une pédagogie managériale est également une autre forme de l'apprentissage de la soumission, cette fois à la logique du capitalisme par projet.

 

Lorsque Xavier Niel déclare que les étudiants de l'Ecole 42 n'ont pas besoin d'avoir de culture générale, c'est qu’effectivement la culture générale permet à l'individu de mettre en perspective la situation qu'il vit et de pouvoir, si nécessaire, en critiquer la logique car il sait que ce qu'il vit n'est pas universel, mais correspond à une expérience sociale historiquement construite.

 

Tactiques de résistance à la pédagogie du nouvel esprit du capitalisme

 

Il s'agit donc non seulement de résister à la soumission à la forme scolaire, mais également à la captation par le nouvel esprit du capitalisme des puissances de travail, de coopération, d'intelligence et de création des individus.

 

Ainsi, si l'injonction dans la pédagogie managériale est de :

 

- « faire travailler les élèves en sous-groupes pour qu'ils apprennent à collaborer entre eux »

 

Une tactique de résistance peut consister à leur apprendre à prendre la parole et à argumenter leurs convictions face à un groupe classe. Car c'est ainsi que peut se former une individualité capable de résister au conformisme de groupe et l'ethos du citoyen en démocratie.

 

- «de s'effacer en tant qu'enseignant pour qu'ils apprennent à travailler de manière autonome»

 

Une tactique de résistance peut être que l'enseignant soit un expert (au sens des arts martiaux) des stratégies d’apprentissage et dans son domaine de connaissance pour permettre aux apprenants de développer leurs capacités de résistance et leur puissance d'agir.

 

- « non plus d'avoir une culture générale (transmission de connaissances), mais de savoir « résoudre des problèmes” »

 

Une tactique de résistance inciterait les élèves à lire pour qu'ils acquièrent la culture générale nécessaire à l'esprit critique. La lecture est une activité de résistance à la colonisation du monde vécu par le techno-capitalisme.

 

- « d'avoir l'esprit d'initiative »

 

Une tactique de résistance consisterait alors à leur donner les capacités de pouvoir s'engager. De ce fait Paolo Freire écrivait: "Le but de l’éducateur n’est plus seulement d’apprendre quelque chose à son interlocuteur, mais de chercher avec lui les moyens de transformer le monde dans lequel ils vivent".

 

- « de développer la créativité des élèves »

 

Une tactique de résistance serait de favoriser le développement de l’« imagination créatrice » des élèves, ce qui leur permet d'envisager que ce qui est pourrait être autrement.

 

Conclusion :

 

De manière générale, favoriser les capacités de résistance des élèves, c'est développer leur « esprit critique » et leur “puissance d'agir” en :

- leur permettant d'acquérir la culture générale nécessaire à l'esprit critique

- en les encourageant à être capable de prendre la parole et de développer leurs convictions face à un groupe

- en exerçant leur imagination créatrice, ce qui leur permet d'imaginer le monde autrement qu'il n'est.

- en leur donnant des outils critiques qui les aident à pouvoir transformer le monde et à s’engager.

 

Annexe :

 

- Sur la managérialisation de la pédagogie :

 

Documentaire 42 born to code (sur l'école 42, créée par Xavier Niel, le PDG de Free)

https://www.youtube.com/watch?v=3OyvOIzxyMQ

 

Sur le management libéré et les nouvelles formes de management:

 

Documentaire: Le bonheur au travail. URL: https://www.youtube.com/watch?v=D6C_MiZPgAw

 

Documentaire: Malades du travail, le syndrome d’épuisement professionnel -

https://www.youtube.com/watch?v=RqStOTVBsas&list=WL&index=13

 

"Bienveillance et exigence":  une devise reprise à l'école et dans l'entreprise

 

"Management: concillier bienveillance et exigence" - URL: http://travailetequilibre.com/2015/04/29/management-concilier-exigence-et-bienveillance/

 

"Exigence et bienveillance", Les echos.fr. URL: http://archives.lesechos.fr/archives/cercle/2012/12/04/cercle_60067.htm

 

"Exigence et Bienveillance", MEDEF. URL: http://medefparis.fr/exigence-et-bienveillance.html

 

Le management et la pédagogie socioconstructiviste:

 

Enseigner le management. URL: http://www.questionsdeclasses.org/?Enseigner-le-management

 

Anarchisme et agilité en entreprise:

 

L'agilité, un anarchisme en entreprise. URL: https://vimeo.com/215624435

Écrire commentaire

Commentaires : 0