L'apprentissage dynamique


 

Les travaux en psychologie cognitive ont mis en lumière la supériorité de l’apprentissage dynamique sur les formes d’apprentissage passifs en particulier en ce qui concerne une compréhension plus approfondie et une mémorisation à long terme. La fiche suivante propose une méthodologie d’apprentissage dynamique.

 

Cette méthodologie est adaptée pour la compréhension et la mémorisation de connaissances déclaratives pouvant être stockée dans la mémoire sémantique. Pour une meilleure compréhension et donc mémorisation des connaissances sémantiques, il est recommandé de varier les contextes de mémorisation. Cela signifie de multiplier les occasions de réviser l’information formulée sous des formes différentes.

 

Etape 1 : Les lectures.

 

Afin d’améliorer la maîtrise d’un sujet, il s’agit de commencer par lire des ouvrages ou des articles différents portant sur le même sujet.

 

L’étudiant ne prend pas de notes durant ses lectures. Il souligne uniquement les passages importants. En effet, la prise de note ralentit la lecture et elle est donc couteuse en temps et en efforts. En revanche, en particulier pour les documents électroniques, l’étudiant doit se doter d’un système de classement et d’archivage des documents qui permette ensuite de les retrouver facilement. Il est possible d’utiliser les favoris ou des systèmes tels que Diigo.

 

La prise de note ne doit s’imposer que s’il s’agit d’un document que l’étudiant ne peut pas garder à disposition (par exemple sous forme électronique ou de photocopies). Dans ce cas, il s’agit de noter le plan du document et des citations précises avec la pagination exacte.

 

Pendant ses lectures, l’étudiant essaie de dégager les informations intéressantes et importantes et de les organiser mentalement. Le fait de lire sur plusieurs supports différents les mêmes connaissances formulées différemment doit l’aider à déceler les informations les plus importantes et à mieux les comprendre.

 

Si a un certain moment de ses lectures, il ne parvient plus à garder en mémoire les principales informations, il peut noter uniquement la liste des points importants à retenir avec leur ordre d’agencement.

 

La phase de lecture se termine lorsque l’étudiant a le sentiment de relire les mêmes informations importantes et que ces nouvelles lectures deviennent répétitives.

 

Etape 2 : La rédaction d’une fiche de synthèse

 

Cette fiche s’apparente à l’épreuve de note de synthèse des concours administratifs catégorie A.

 

De mémoire, l’étudiant rédige une fiche de synthèse de l’ensemble de ses lectures. Il s’agit d’effectuer une synthèse qui récapitule de manière organisée les principaux points importants que l’étudiant a retrouvé au fil de ses lectures.

 

Etape 3 : La vérification

 

L’étudiant reprend les lectures qu’il a précédemment effectué et il regarde rapidement les passages soulignés pour vérifier la qualité de la synthèse. Il peut alors ajouter à sa fiche des points oubliés, le nom des références ou des citations significatives.

 

Il ajoute à sa fiche la bibliographie des documents  qu’il a lu et qui lui ont paru le plus utiles pour réaliser sa synthèse.

 

Etape 4 : La mise en perspective

 

Il est souhaitable qu’à la fin de sa fiche, il ajoute un paragraphe dans lequel il essaie d’aller plus loin que la synthèse effectuée. Il peut s’agir de dégager une remarque générale qui corresponde à un point commun transversal à l’ensemble de ses lectures sur le sujet ou de la mise en lien de ses lectures avec d’autres connaissances qu’il possède par ailleurs sur ce domaine ou des domaines connexes. Il peut s’agir d’une réflexion critique sur ses lectures.

 

Conclusion :

L’objectif de cette méthodologie est à la fois de favoriser une compréhension plus profonde et une mémorisation à long terme dans la mémoire sémantique.

Il s’agit en outre de gagner en efficacité face à un travail de prise de notes qui est couteux en temps et peut s’avérer parfois moins profitable à long terme. En effet, l’étudiant dispose de notes éparses prises sur différents supports sans en avoir effectué une synthèse. En outre, le temps passant, il ne se souvient plus des informations et de leurs sources. Il ne retrouve plus les informations car il doit alors les rechercher dans des notes éparses.  

 

Remarque 1 :  Il est possible d’utiliser une méthode proche lorsqu’il s’agit de la fiche de lecture sur un ouvrage de référence en format papier. L’étudiant lit l’ouvrage en soulignant les idées importantes. Il rédige sa synthèse de l’ouvrage de mémoire. Il vérifie ensuite la qualité de sa synthèse et complète sa fiche en s’appuyant sur ce qu’il a souligné.

Il est a noter que dans le cas d’un document électronique la méthode peut être différente car il existe des outils qui permettent de souligner directement le document ( et d’ajouter des annotations). L’étudiant peut pendant la lecture ou après effectuer des copier/coller du plan et des citations importantes de l’ouvrage.


Remarque 2: L'apprentissage dynamique est également utilisé pour apprendre un cours ou réviser des partiels. L'étudiant commence par une évaluation diagnostique de ses connaissances sur le sujet. Il relit ensuite son cours pour évaluer ce qui lui reste à apprendre et ce sur quoi il doit concentrer son apprentissage. Il peut procéder par couches successives. La première évaluation et le premier apprentissage peut porter sur la connaissance du plan du cours. Il peut ensuite selon l'ampleur de ce qu'il doit maîtriser fragmenter les apprentissages par chapitres de cours. Il s'agit de renforcer son apprentissage en ne perdant pas de temps sur ce que l'on connaît déjà et en ciblant mieux ce qu'il reste à maîtriser. 

Écrire commentaire

Commentaires : 0