La technique comme rapport social



Les formes des objets et des dispositifs techniques sous l’effet de la rationalité calculante et mécaniste de la science moderne ont induit un rapport social technocratique.


Que signifie considérer que les objets ou les dispositifs techniques modernes induisent un rapport social ?


Cela signifie que la structure même de l’objet ou des dispositifs techniques induisent une distinction sociale inégalitaire entre celui qui maîtrise la technique et celui qui est au service de la technique ou qui est asservi par elle.


La machine comme rapport social (Simone Weil)


Simone Weil prend l’exemple de la machine pour montrer comment un objet technique par sa structure même peut induire un rapport social technocratique. En effet, il faut quelqu’un qui est chargé de concevoir et de diriger la machine: c’est l’ingénieur. Mais à l’inverse, la machine nécessite des individus qui sont à son service: chargés de l’alimenter, qui travaillent aliénés à son rythme… C’est donc la structure même du fonctionnement de la machine qui induit le rapport social technocratique.


Le dispositif ou l’ensemble technique comme rapport social


Un dispositif ou un ensemble technique qui se présente comme un rapport social est une organisation technique qui induit un rapport social.

Cela peut être le cas d’une organisation administrative ou encore d’une organisation du travail. On peut prendre l’exemple de l’organisation scientifique du travail de Taylor.

Dans ce cas des managers conçoivent et organisent le travail selon un dispositif technique auquel se plient les employés.

Cette organisation technique du travail - qui s’appuie sur des dispositifs d’optimisation quantitatifs - peut engendrer des pathologies du travail: fréquence du turn over, trouble musculo-squeletique (TMS), stress, mal-être et souffrance psychologique, burn-out...

D’une certaine manière en prenant en compte principalement des critères d’optimisation quantitatifs (fixation des objectifs et évaluation des performances…), les travailleurs soumis à ces contraintes quantitatives se trouvent eux-mêmes assimilés à des machines.


Le travail du consommateur comme rapport social


Le travail du consommateur renvoie également à un rapport social technocratique. En effet, l’analyse des dispositifs techniques permet de mettre en évidence l’existence de concepteurs de ces dispositifs et des consommateurs dont le travail se trouve exploité dans le cadre de ces dispositifs.


Il s’agit de machines (automates) qui par exemple demandent au consommateur d’effectuer lui-même un certain nombre d’opérations pour obtenir le service qu’il a payé: comme imprimer un billet…


L’objet technique quotidien comme rapport social


Un certain nombre d’objets quotidiens sont générateurs en eux-mêmes de rapports sociaux. En effet, ils ont été conçus par des ingénieurs d’entreprises capitalistes qui souhaitent induire de la part de l’utilisateur un certain nombre de comportements.


Prenons par exemple une série télévisée: il s’agit d’un dispositif technique qui a été conçu pour induire de la part du consommateur un certain comportement qui le conduit à suivre les différents épisodes de la série. Ce dispositif technique a pour fonction d’assurer une part de marché publicitaire stable dans le temps.


L’outil convivial (Ilitch) et l’autogestion


A la différence de la machine, l’outil convivial suppose que celui qui utilise l’objet technique en reste le maître. L’outil convivial favorise à la fois l’autonomie individuelle et les relations de coopération sociale. Sa structure n’induit pas la distinction entre des individus qui les dirigent et des individus qui sont à leur service.

L’autogestion des entreprises a été considéré dans les années 1970 comme une méthode permettant de sortir du rapport social entre concepteur et exécuteur dans l’organisation du travail.


Conclusion:

La critique de la technique ne vise ainsi pas à disqualifier tous les objets ou les dispositifs techniques, mais seulement ceux dont la structure même induit un rapport social.  

Écrire commentaire

Commentaires : 0