L'agir machinique et le travail vivant



Le techno-capitalisme a entrepris un double mouvement d’arraisonnement de la nature et de l’agir humain.


Quantification de la nature et de l’agir humain


La physique moderne se caractérise par ses succès dans l’étude mathématisée de la matière. Il semble que le mode de pensée logico-mathématique s’accorde particulièrement avec l’étude de la matière inerte.


Fort des succès de la mathématisation de la physique, l’idéologie libérale du techno-capitalisme a fait de la quantification monétaire le mode hégémonique de relation au monde. Les ressources naturelles y sont exploitées par rapport à leur valeur quantitatives. La société est pensée par analogie avec la physique comme un ensemble d’atomes dont les actions peuvent être mathématisées. Le travail humain se trouve exploité afin d’en extraire la plus grande valeur monétaire.


Le techno-capitalisme par l’intelligence artificielle cherche à modéliser en le réduisant à un calcul logique la pensée et l’agir humain. Il s’agit de produire des robots qui seraient capables non pas uniquement de produire du travail mort, mais également du travail vivant. A l’ère du techno-capitalisme, le travail vivant est assimilé en particulier à sa capacité créatrice. C’est le capitalisme de l’innovation.


L’agir machinique, c’est tout d’abord le projet de l’intelligence artificielle de modéliser à partir d’un calcul les actions et les pensées humaines afin de le simuler, mais également de les prévoir.


L’agir machinique consiste également à soumettre l’action humaine à des règles machinales:

- ce sont ces organisations du travail néo-tayloriennes dans la grande distribution ou dans les call centers.

- ce sont les formes de standardisation et de rationalisation de l’agir quotidien par les objets et les dispositifs techniques produits par le techno-capitalisme.



Le travail vivant


Mais si la physique moderne parvient à une mathématisation de la nature, les phénomènes émergeants liés à l’organisation du vivant lui sont plus difficilement réductibles.


La créativité du travail humain plonge son origine dans la créativité du vivant. Les études sur la créativité font apparaître des capacités chez les animaux à faire preuve de créativité: soit dans la résolution de problème, soit par le goût que des singes peuvent développer pour l’activité picturale. La créativité du vivant est présente dans sa production d’espèces et de l’infini diversité des individus avec la place de la mutation aléatoire, la plasticité épigénétique du vivant…


L’arraisonnement techno-capitaliste du vivant consiste dans un accaparement de la puissance de production et la fécondité du vivant en particulier par une tentative de la réduire à ses dimensions quantifiables et utiles à la production de profit.


Le travail vivant qui fait passer de la nature à la culture n’est pas le travail productif des ouvriers, mais le travail du care dévolu principalement aux femmes (soin, éducation des enfants, transmission du langage...). Même encore aujourd’hui, c’est le niveau de diplôme de la mère qui est prédictif de la mobilité sociale de l’enfant. Ce travail du care constitue en outre la relation par laquelle l’enfant accède à l’empathie.


Or, quelle place y aura-t-il encore pour l’empathie dans la relation de l’humain à la machine ? Lorsque nos relations se trouvent de plus en plus occupées par des relations avec des machines (des automates) à la logique desquels il faut nous adapter, est-ce que cela ne tend pas à coloniser également nos relations avec les êtres vivants en général et les humains en particulier ?


Enfin, l’arraisonnement techno-capitaliste du travail vivant vise à accaparer la créativité des travailleurs, à prévoir les actions des consommateurs et à orienter leurs désirs, à réduire les subjectivités à la logique de la rationalité marchande.


La simulation du travail vivant par l’agir machinique


L’intelligence articificielle tend à essayer de simuler le travail vivant et la subjectivité qui lui est liée: créativité de l’agir, sentiments, intentionnalité signifiante…


C’est ainsi que les formes actuelles de gouvernementalité et de capitalisme peuvent sembler ne plus avoir la ridigité bureaucratique du mécaniscisme issu de l’époque moderne. La gouvernementalité postmoderne est l’héritière de la cybernétique. Il ne s’agit plus d’utiliser la machine comme modèle pour penser le vivant, mais le vivant comme modèle pour construire les machines. Mais cette imitation de la souplesse et de la flexibilité du vivant par le fonctionnement de la machinerie capitaliste n’est qu’une simulation.


Elle peut produire des effets semblables, mais elle ne repose pas sur les mêmes processus. Ainsi, pour prendre une comparaison, les ordinateurs qui jouent aux échecs et les êtres humains ne procèdent pas de la même manière. Un ordinateur calcule tous les coups, même ceux qui sont à l’évidence non-pertinents. Le joueur d’échec expert a en mémoire un nombre très importants de parties et il sélectionne en fonction de la configuration de jeu, la stratégie présente, dans sa bibliothèque, qui lui parait la plus pertinente.


Les primates sont pour leur part capables de forme de raisonnement abstraits plus élaborés que ce que l’on pensait traditionnellement. Ainsi, ce serait l’environnement qui pour une part ne stimulerait pas l’intégralité des capacités cognitives des animaux. Soumis aux tests cognitifs des chercheurs, les animaux sont capables de formes de raisonnement plus élaborées que ceux qu’ils produisent dans leur environnement naturels.


Il serait ainsi possible de formuler l’hypothèse d’un continuum dans le fonctionnement cognitif au sein du vivant entre l’animal et l’humain, mais non entre l’humain et la machine.


Conclusion:

Le techno-capitalisme simule la vitalité du vivant, sa plasticité. Mais il s’agit simplement d’une simulation qui vise à s’accaparer la puissance de créativité du travail vivant en le réduisant à un agir machinal.



Ref.:


Dejours, Travail vivant t.1 et 2

Haber Stéphane, “Penser le néocapitalisme: vie, capital et aliénation”

Conférence Penser l’émancipation: https://www.youtube.com/watch?v=7-BlHerpBu0


Écrire commentaire

Commentaires : 0