Les ZAD (Zones à défendre): mises en perspectives

Les ZAD (Zones à défendre)


Les logiques de l’information médiatique se concentrent sur l'événementiel sans donner les moyens aux citoyens de mettre en perspective les phénomènes en les replaçant dans l’histoire et la globalité de la situation sociale. Petit essai de contextualisation:


Les années 68: la naissance de l’écologie politique


Les années 68 marquent la naissance de l’écologie politique en France. Parmi les luttes de cette période, on peut citer:


  • La lutte du Larzac: parmi les acteurs des jeunes militants viennent s’installer sur le plateau du Larzac et prêter main forte aux agriculteurs contre la transformation des terres agricoles en terrain militaire. Lanza del Vasto constitue une des figures d’inspiration du mouvement qui s’appuie sur ses pratiques de non-violence.


  • Les luttes anti-nucléaire: le sociologue Alain Touraine (le père de la Ministre Marie-Sol Touraine) prend l’exemple de la lutte contre le nucléaire pour illustrer l’apparition d’un nouveau mouvement social, l’écologisme. En 1977, la Manifestation à Creys-Malville fait un mort lors d’affrontement entre les policiers et les manifestants dans des circonstances similaires à celle de Remi Fraisse: une grenade explosive. Au cours de la manifestation, des bouteilles d'acide auraient été lancées sur les forces de l'ordre.


La constitution de modes de vie alternatifs et autonomes:


  • Les années 1970 se caractérise également par l’apparition d’un mouvement communautaire dans la continuité du mouvement hippie américain

  • Dans la seconde partie des années 1970, en milieu urbain, le mouvement squatt autonome développe également des milieux de vie autonomes.

Depuis les années 1980, avec en particulier la fondation de Earth First, dans les pays anglo-saxons, les Eco-warriors: Ces militants s'apposent à la construction de projets qui détruisent l'environnement en construisant des cabanes dans les arbres. Il s'agit en particulier d'empêcher abattage d'arbres. 


Mondialisation et altermondialisme:


Dans les années 1990, après la chute du mur de Berlin et la conversion de la Chine à l’économie de marché, la mondialisation néolibérale favorise l’extension de l’économie capitaliste à l’ensemble du monde.


En 1992, le Sommet de la terre à Rio en 1992 met à l’agenda de la politique internationale, les questions environnementales, en particulier climatiques.


En 1994, au Chiapas (Mexique), l’EZLN initie un mouvement d’insurrection au moment à l’ALENA, accord de libre échange de l’Amérique du nord, entre vigueur. Ce succèdent ensuite, à partir de 1998, des séries de contre-sommet et des Forum sociaux, qui illustrent l’activité du mouvement altermondialiste.


2008: La crise des subprimes et ses suites…


En 2008, une crise financière aux Etats-Unis se transforme en une crise économique mondiale qui touche plus particulièrement certains pays d’Europe comme la Grèce et l’Espagne.

 

En 2009, un contre-sommet a lieu à Copenhague concernant le climat qui donne naissance au mouvement pour la justice climatique. 


En en 2011, en Espagne, le mouvement des Indignés, et aux Etats-Unis, le mouvement Occupy Wall Street, est constitué par des jeunes issus de la classe moyenne, ayant fait des études, mais confrontés au chômage et à la précarité. Leur mode d’action consiste à occuper et à camper sur des places.


De Notre Dame des Landes au Testet…


Une occupation contre le projet d'aéroport du Grand Ouest à Notre Dame des Landes commence en 2008 et en 2009 a lieu un premier Camp action climat sur le site.


En 2013, un collectif "Tant qu’il y aura des Bouilles" commence une occupation similaire dans la Zone humide du Testet.


  • Qui sont les acteurs de ces luttes ?


On peut distinguer différents acteurs venants de traditions militantes différentes.

Par exemple, au Testet, il y a deux collectifs.

Le premier animé avec des militants plus âgés et proches d’associations plus instituées comme ATTAC ou de partis politiques comme EELV.

De l’autre, le collectif "Tant qu’il y aura des bouilles" est formé de jeunes qui s’organisent de manière horizontale et prônent un mode de vie alternatif.


(Voir à ce propos: La ZAD de Sivens: une expérience libertaire dans le Tarn, Le monde libertaire, 23-29 octobre 2014).


Site Internet: Collectif pour la sauvegarde de la zone humide du Testet


Site Internet: Tant qu’il y aura des bouilles (Collectif de la ZAD du Testet)


  • Dans quelles logiques militantes s’inscrivent les occupant des ZAD ?


Leur discours s’appuie sur trois éléments en particulier:


  1. La critique écologique: ces projets sont dénoncés pour leur impact sur l’environnement

  2. Le lien entre critique écologique et orientation économique capitaliste: ces projets s’inscrivent dans le cadre d’une économie mondialisée (aéroport) et d’une économie productiviste (barrage d’irrigation pour l’agriculture intensive)

  3. A cela, les occupants opposent un autre mode de vie que celui de l’économie capitaliste mondialisée qui induit une destruction de l’environnement. Il s’agit de vivre de manière autonome c’est à dire en faisant par soi-même ("Do it your self") et non en se rendant dépendant d’une économie mondialisée.


Le répertoire d’action: l’occupation et la mise en place d’un milieu de vie alternatif et autonome


Cette pratique était présente comme on l’a vu dès le début dans le mouvement écologiste, mais il a été également très présent ces dernières années dans le cas des contre-sommets (comme le camp du VAAAG en 2003) et des mouvements Indignés et Occupy déjà cités.

Mais l’aspiration à un mode de vie autonome est aussi présent dans le milieu squatt, alternatif ou autonome, et dans la mise en place de communautés néo-rurales autonomes d’inspirations libertaires et écologiques. La notion de ZAD n’est pas sans rappeler d’ailleurs la notion de Zone d’autonomie temporaire d’Hakim Bey.


Conclusion: Les mouvements d’occupation de ZAD s’inscrivent dans la continuité de pratiques militantes et de luttes plus anciennes présentent en particulier dans l’histoire de l’écologie politique. Mais l’apparition de ces mouvements s’effectue dans le contexte d’une situation d’accentuation de la crise économique. Celle-ci conduit à précariser un nombre croissant de jeunes, issus des classes moyennes et doté d’un fort capital culturel. Ces derniers lient leur situation sociale de précarisation économique à une orientation économique plus générale qui induit également une crise écologique. Le mouvement des ZAD leur permet d’affirmer trois dimensions de leur protestation: le lien entre crise économique et crise écologique d’une part et d’autre part le refus du mode de vie promu par la société de consommation mondialisée.


Documents:


"Retour sur l'émergence du mouvement pour la justice climatique" (Entretien avec M. Hardt).

Disponible sur: http://www.cairn.info/revue-mouvements-2010-3-page-58.htm

 

Durand Cédric, "Ce que veut le mouvement pour la justice climatique", Contretemps.

Disponible sur: http://www.contretemps.eu/interventions/ce-que-veut-mouvement-justice-climatique

 

Documentaire: Tous au Larzac (2011)

 

Documentaire: Les insurgés de la Terre (2011)*


Livre-film, Les sentiers de l’Utopie (2011)


Documentaire:  Notre Dames des luttes (2012)

 

Documentaire: Notre Dame des Landes - La révolution verte (2013)

 

Documentaire: La lutte de Sivens (2014)


* Le documentaire "Les enragés de la terre" montre entre autre comment, aux Etats-Unis, les lois anti-terroristes de l'après 11 septembre ont été utilisées pour classer comme terroristes les mouvements radicaux de défense de l'environnement. Il est ainsi possible de se demander si dans le contexte actuel de lutte contre le "djiadisme", la multiplication des ZAD pourrait aboutir à un processus similaire. 

Écrire commentaire

Commentaires : 0