Liberal-libertaire: les enjeux d'une confusion (II)

 

Lire la première partie

 

I- Retour sur l'anthropologie libérale: l'individu hobbesien

 

La notion d'anthropologie libérale peut à juste titre apparaître comme floue. En effet, il existe une diversité de pensées politiques, aux présupposés relativement divers, qui peuvent être classés dans le libéralisme. Afin de préciser ce que j'entends par libéral, je m'appuierai sur l'anthropologie de Thomas Hobbes. L'individu selon Hobbes me semble caractérisé par trois éléments.

Le premier est que l'être humain est appréhendé d'abord comme un être vivant. Ainsi, l'origine de la connaissance se trouve dans la sensibilité que possèdent les êtres vivants : « L'origine de toutes nos pensées est ce que nous appelons SENSATION »15. Les êtres vivants sont caractérisés par leur capacité de mouvement. Chez l'être humain, le mouvement accompagné d'une représentation dans laquelle la fin est imaginée s'appelle le désir: « Cet effort, quand il est dirigé vers quelque chose qui le cause, est appelé APPÉTIT ou DÉSIR, la première dénomination étant la dénomination générale, et l'autre dénomination étant souvent restreinte à signifier le désir de nourriture, à savoir la faim et la soif »16. Il n'y a donc pas ici de différence de nature entre le besoin et le désir. Ce désir peut nous commander de fuir ce qui nous est désagréable, déplaisant: « Et quand l'effort provient de [l'intention de] se garder de quelque chose, on le nomme AVERSION »17. Ce que l'être humain fuit, il le nomme mauvais. Par mauvais, il faut donc entendre ce qui lui est nuisible, inutile: « le mauvais dans les faits et dans la fin est molestum, déplaisant, gênant, et mauvais en tant que moyen : inutile, désavantageux, nuisible »18. Ce qui est bon, c'est ce qui provoque du plaisir. Plaisir et déplaisir sont donc les critères de ce qui est utile au mouvement vital. L'anthropologie hobbsienne est donc en premier lieu « utilitariste »19.

Le deuxième élément, c'est que l'individu possède une liberté naturelle, liée à son mouvement vital, qui pré-existe à toute socialisation et à toute règle sociale: « Par liberté, j'entends [...] l'absence d'obstacles extérieurs, lesquels obstacles peuvent souvent enlever une part du pouvoir d'un homme pour faire ce qu'il voudrait »20. A l'état de nature, les êtres humains sont égaux. Or cette égalité est nécessairement source de conflit: « De cette égalité de capacité résulte une égalité d'espoir d'atteindre nos fins. Et c'est pourquoi si deux hommes désirent la même chose, dont ils ne peuvent cependant jouir tous les deux, ils deviennent ennemis »21. Cet état de nature conflictuel, Hobbes, dans Le citoyen, l'appelle l'anarchie.

Troisième élément: ce qui permet néanmoins aux êtres humains de ne pas s'entredétruire, c'est qu'ils ne sont pas seulement guidés par leurs désirs, mais qu'ils sont également capables de raisonner, c'est-à-dire de calculer leur intérêt. Penser, c'est calculer: « la RAISON, en ce sens, n'est rien d'autre que le fait de calculer (c'est-à-dire additionner et soustraire) les consécutions des dénominations générales admises pour marquer et signifier nos pensées »22.

Ce calcul conduit les êtres humains à considérer que la paix est la condition de leur survie. Ils acceptent donc de conclure un contrat de sécurité qui leur garantit une liberté, mais limitée: la liberté civile. La sécurité est donc la condition de possibilité de la liberté civile. Pour que ce contrat fonctionne, ils doivent confier leur pouvoir de se défendre à un représentant politique, leLéviathan: « J'autorise cet homme, ou cette assemblée d'hommes, j'abandonne mon droit de me gouverner à cet homme, ou à cette assemblée, à cette condition que tu lui abandonnes ton droit, et autorise toutes ses actions de la même manière »23. C'est la naissance de l'État moderne. L'état régalien (ou « veilleur de nuit ») est indispensable à ce que chacun puisse poursuivre en toute sécurité ses activités économiques privées. La position de Hobbes sur l'État peut être davantage rapprochée de ceux parmi les libertariens qui se présentent comme des minarchistes (partisans de l'État minimal), comme Nozick24, que de ceux qui, comme les anarcho-capitalistes, prônent la disparition de l'État, au profit de la pure auto-régulation par la « main invisible » du marché.

Thomas Hobbes entend ainsi fonder la politique sur une méthode qui est selon lui caractéristique de la science moderne. La science part de l'expérience sensible et s'appuie sur le calcul. Il est possible de remarquer également la proximité des présupposés de l’anthropologie de Hobbes et ceux de l'individualisme méthodologique dans l'économie néo-classique. Les deux approches ont pour point commun de prétendre s'appuyer sur une méthode comparable aux sciences naturelles modernes.

 

Enfin, il est possible de souligner deux points de désaccord avec l'anarchisme politique. La liberté d'individus égaux sans l'État conduirait à la destruction de la société et il faut donc recourir à la représentation politique pour échapper à cette situation. Il est ainsi intéressant de remarquer qu'a priori, avant même d'avoir analysé la position de Proudhon, il est possible de supposer que celle-ci diverge de celle de Hobbes. Il nous faut cependant comprendre en quoi c'est le cas.

 

 15 Hobbes Thomas, Le Léviathan, Première partie (1651). Disponible sur: http://classiques.uqac.ca/classiques/hobbes_thomas/leviathan/leviathan.html

 

16Ibid.

 

17Ibid.

 

18Ibid.

 

19 La lecture d'un Hobbes utilitariste est par exemple celle des chercheurs du MAUSS. Voir à ce propos : Dossier : « L'homme est-il un animal sympathique ? Le contr'hobbes », Revue du MAUSS, n°31, 2008.

 

20Ibid.

 

21Ibid.

 

22Ibid.

 

23 Hobbes Thomas, Le Léviathan, Deuxième partie (1651). Disponible sur: http://classiques.uqac.ca/classiques/hobbes_thomas/leviathan/leviathan.html

 

 

Lire la troisième partie

Écrire commentaire

Commentaires : 2
  • #1

    Taneka Bissonette (dimanche, 22 janvier 2017 00:11)


    Hey would you mind sharing which blog platform you're using? I'm planning to start my own blog soon but I'm having a difficult time choosing between BlogEngine/Wordpress/B2evolution and Drupal. The reason I ask is because your design seems different then most blogs and I'm looking for something unique. P.S Sorry for getting off-topic but I had to ask!

  • #2

    Devorah Oates (dimanche, 22 janvier 2017 16:37)


    Hey very cool blog!! Guy .. Excellent .. Superb .. I'll bookmark your blog and take the feeds additionally? I'm happy to find numerous helpful information here within the submit, we want develop more techniques in this regard, thanks for sharing. . . . . .