Self-défense: quelques remarques générales.

 

Objectifs: La self-défense poursuit une finalité principale: la préservation de l’intégrité physique du sujet et si possible d’autrui. C’est pourquoi dans le cadre d’une démarche d’autodéfense, il s’agit d’éviter au maximum les situations de conflit de manière à minimiser les risques d’atteinte à l’intégrité physique.

 

a) La prudence de bon sens dans l’espace public: la première règle de circulation dans l’espace public est la prudence de bon sens. Il ne s’agit pas de se placer dans une logique paranoïaque. Mais il ne s’agit pas non plus d’agir en dépit du bon sens. Cette prudence est valable que l’on soit un homme ou une femme. Cela ne signifie pas que les femmes doivent limiter leur accès à l’espace public plus que les hommes, mais plutôt que tout un chacun, quelque soit son assignation sexuelle, ne doit pas s’exonérer d’un minimum de bon sens et de prudence.

 

b) L’observation de l’environnement pour prévenir les situations à risques: afin d’anticiper les situations d’agression, ou durant une situation d’agression et même après, il s’agit d’être attentif à son environnement. Par exemple, lors d’une situation de conflit, observer comment l’on peut rapidement quitter les lieux et où trouver refuge.

 

c) L’anticipation de l’agression par la fuite: la meilleure manière de préserver son intégrité physique est de prévenir les situations de conflit en les évitant. La fuite constitue le plus souvent la stratégie qui préserve le mieux l’intégrité physique. Lors d’une situation de conflit dangereuse, la meilleure manière de préserver l’intégrité physique, est alors de fuir dès que possible.

 

d) La distance de sécurité individuelle et la sortie de la ligne de mire: chaque individu possède une distance de sécurité qui correspond à l’espace qu’il souhaite qu’autrui ne franchisse pas sans son autorisation. Pour faire respecter cette distance, il est possible de le faire par exemple en reculant soi-même, verbalement (“éloignez vous s’il vous plaît”, “arrêtez-vous”, “stop”...), ou en mettant ses mains et ses bras tendus en protection. Les mains dans cette position constituent à la fois un signe d’apaisement en présentant les paumes à celui qui est en face, mais également une position de protection et donc une garde active.

En cas de conflit, il est préférable de garder la distance de sécurité tout en ne restant pas en face de la personne conflictuelle. Il s’agit alors de se décaler sur le côté.

 

e) Attitude physique et gestion des émotions: Lors d’une situation de conflit, l’attitude physique doit se situer entre deux excès: d’une part l’attitude de victime vulnérable et d’autre part l’agressivité qui augmente le conflit. Il s’agit de rester calme et posé. Il faut paraître assuré sans être arrogant.

Cela n’est pas facile car on peut être envahi par des émotions de peur ou de colère par exemple. De manière à essayer de faire face au mieux à ce type de situation, il est possible de travailler sur la respiration en ayant recours à une respiration ventrale et non pas limitée aux épaules ou au thorax... Il s’agit d’éviter en particulier l’impression de souffle court....

 

f) La négociation verbale: En cas de conflit, il s’agit de privilégier la négociation de manière à éviter l’agression physique. Il faut essayer d’éviter l’effet tunnel du regard et rester attentif à son environnement. Il ne faut avoir ni le regard fuyant, ni regarder dans les yeux, mais plutôt au niveau de la gorge. Il faut parler calmement, en restant poli.

Il faut essayer de faire parler la personne agressive. Si par exemple, il s’agit d’une personne en colère, il faut la conduire à expliciter les raisons de sa colère.

Il ne faut pas répondre aux provocations verbales et quitter le plus rapidement possible les lieux du conflit.

 

g) Danger avéré, riposte immédiate, proportionnalité (art.122-5 du code pénal): en cas de situation d’agression physique, il faut conformément à la législation respecter la proportionnalité. Si on le peut, le mieux est d’esquiver l’attaque ou la saisie et de fuire. Si l’on est saisi et que la personne ne veut pas lâcher, il faut faire lâcher la saisie en n’utilisant la percution que si cela est nécessaire.

L’utilisation des coups, doit être réservé à une situation où il y a un commencement d’exécution (une main qui se lève pour un coup de poing). La riposte doit être immédiate et proportionnée. Il faut essayer de ne pas rester dans la situation d’agression en fuyant rapidement.

Si l’on a reçu un coup, sans avoir réussi à se protéger, et que l’agresseur en reste là, il vaut mieux ne pas riposter et quitter les lieux.

 

h) Les risques des armes de défense personnelles: le port et l’usage d’armes de défense personnelle (exemple couteau) n’est pas légal. En outre, une arme personnelle peut être retournée par l’agresseur contre l'agressé. Enfin, l’on risque de ne pas respecter la proportionnalité.

En revanche, rien n’interdit d’utiliser des objets de la vie quotidienne (comme un trousseau de cléfs) comme arme de défense lors d’une situation d’agression physique.

Face à une agression par arme, il est préférable de ne pas opposer de résistance et de donner les biens matériels qui peuvent faire cesser la menace. En cas d’agression au couteau, lorsqu’on lève les mains, il ne faut pas présenter la face interne des poignets, mais le dos de manière à ne pas exposer les veines.

 

i) La non-assistance à personne en danger (art.223-6 du code pénal) :

Personne n’est contraint par la loi à agir si sa vie ou celle d’autrui est mise en péril.

En revanche, chacun à le devoir de porter secours à autrui d’une manière qui ne met pas sa vie ou celle d’autrui en péril.

Il y a donc des degrés entre “je ne fais rien” et “je vais me sacrifier en jouant les héros ou les héroïnes”.

Si l’on est victime d’une agression en public, il est possible de désigner un des spectateurs de la scène et de le mettre face à ses responsabilités pour qu’il donne l’alerte. Si le premier qui est désigné ne réagit pas, il faut s’adresser à un autre.

 

Conclusion: Enfin, il faut se souvenir qu’en matière d’auto-défense, il n’y a pas de règles universelles, mais simplement des conseils généraux qui peuvent ne pas être valables dans certaines circonstances. Il n’y a donc pas de garanties absolues.  

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0