Étude stratégique du syndicalisme révolutionnaire et de sa persistance actuelle en France

 

Un exemple d'analyse stratégique grammaticale

 

            Il s'agit ici d'essayer de dégager la grammaire stratégique du syndicalisme révolutionnaire et de se demander si entre la première décennie des années 1900 et aujourd'hui l'on peut constater des évolutions.

 

1- Stratèges et stratégistes du syndicalisme révolutionnaire:

 

            Le syndicalisme révolutionnaire est un courant syndicaliste et une doctrine qui s'est constituée au sein de la CGT française durant la première décennie des années 1900.

            Un certains nombre de militants syndicalistes révolutionnaires ont été à la fois des stratèges et des stratégistes du syndicalisme révolutionnaire: Pouget, Griffuelhes figurent parmi les plus célèbres.

            Les philosophes de la nouvelle école (Sorel et Berth en particulier) en constituent les stratégistes.

 

2- Les niveaux d'analyse de la stratégie:

 

-        niveau stratégique: objectif du syndicalisme révolutionnaire: Grève  générale expropriatrice, communisme libertaire, gestion de la société par les syndicats

-        niveau opératif: batailles syndicales – ex: loi sur les 8h de travail (bataille offensive)

-        niveau tactique: tactiques d'action directe : tactiques de sabotage, de grève... (Existence de brochure sur ces tactiques : Pouget, L’action directe, Pouget, Le sabotage, Pouget, La grève générale…)

 

3- Grammaire de la culture stratégique du syndicalisme révolutionnaire :

 

La vision du social syndicaliste révolutionnaire se prête d’autant mieux à une analyse en termes de stratégie militaire que les syndicalistes révolutionnaires analysent la société comme principalement traversée par un conflit de classes. La société capitaliste est caractérisé par une guerre sociale entre bourgeoisie et prolétariat.

 

L’action comme principe de base :

Le syndicalisme révolutionnaire est un pragmatisme. L’action, et non la théorie, en constitue la base. Lénine, de son côté, apparaît comme plus intellectualiste, déductif, en affirmant qu’il n’y a pas de « pratique révolutionnaire, sans théorie révolutionnaire ». Pour les syndicalistes révolutionnaires, on pourrait plus tôt dire qu’il n’y a pas de pratique révolutionnaire, sans action directe.

Au sens strict, le syndicalisme révolutionnaire est une sous-stratégie au sein d’un ensemble grammatical plus vase que constitue le syndicalisme d’action directe (comprenant par exemple le guild socialism, anarcho-syndicalisme, syndicalisme autogestionnaire...)

 

Une forme d’action : l’action directe.

Pouget a plus particulièrement théorisé dans une brochure l’action directe syndicaliste. L’action directe désigne toute forme d’action sans l’intermédiaire de représentants. Ce principe disqualifie dans l’action « politique » (entendu au sens large de conflictualité) le recours au système de la représentation politique (la politique au sens restreint d’action politique conventionnelle).

 

Les points stratégiques : les lieux de production

Pour les syndicalistes révolutionnaires, les points stratégiques où doit être mené l’affrontement en priorité, ce sont les lieux de travail. En effet, la lutte des classes est analysée avant tout comme une lutte économique où le travail des prolétaires se trouve exploité par la bourgeoisie.

Le lieux du pouvoir politique n’est pas la priorité de l’action syndicaliste révolutionnaire contrairement au putschisme.

 

Le répertoire tactique :

Les syndicalistes révolutionnaires ont distingués quatre tactiques qui pouvaient être utilisées : la principale est la grève, la seconde le sabotage. Ils préconisent également le boycott et le label syndical.

 

L’organisation : le syndicat

Le syndicat est une organisation de masse qui en droit tend à regrouper l’ensemble des salariés. Pour les syndicalistes révolutionnaires, le syndicat réuni les travailleurs sur une base de classe et non d’idées. Le syndicat est organisé selon une structure fédéraliste. Son mode de fonctionnement interne doit être selon eux non-autoritaire.

 

Le rôle des minorités actives :

Il n’y a pas d’organisation d’avant-garde en dehors du syndicat qui serait censé conduire l’action révolutionnaire. Néanmoins, le mode de fonctionnement prôné par les syndicalistes révolutionnaires favorise l’activisme. Le principe, « un syndicat – une voix », accorde le même poids dans les votes syndicaux au plus petit syndicat et à celui qui la plus grand nombre d’adhérents. De même, lors des votes, par exemple une assemblée générale de grève, on ne compte que les voix exprimées et non les abstentions, aucun quorum n’est exigé. La prééminence est donc donnée aux minorité actives.

 

Une orientation stratégique : La grève générale expropriatrice

L’ensemble des tactiques a pour fonction de préparer le déclenchement de la grève générale et donc du processus révolutionnaire.

Sorel, dans Les réflexions sur la violence, présente la grève générale comme un mythe. La fonction du mythe est d’inciter les troupes à l’action, de les mobiliser.

Il compare la grève générale à la grande guerre napoléonienne où les deux armées se font face sur un champ de bataille. En effet, la grève générale est une stratégie de masse. Elle s’appuie sur l’avantage stratégique du nombre.

 

 

Grammaire philosophique du syndicalisme révolutionnaire :

La stratégie syndicaliste révolutionnaire accorde donc une prépondérance à l’action. Sa grammaire est donc celle d’un pragmatisme et non d’un rationalisme intellectualiste. Elle contient un principe de légitimité minoritaire reposant sur l’action et non majoritaire. Son analyse du social est conflictualiste et sa conception de la politique repose sur le dissensus, le conflit. Les syndicalistes révolutionnaires accordent une prépondérance dans leurs analyses et dans leurs stratégies à l’économique sur le politique. Ils sont matérialistes. Néanmoins, leur conception de l’action révolutionnaire n’est pas déterministe. L’action n’est pas déterminée par l’état des forces productives. Il s’agit d’un autre aspect de leur pragmatisme. L’opportunité d’une action ne peut être connue a priori de manière scientifique, seule l’expérimentation pratique permettra de tester sa pertinence. L’action est un art de la prudence et non une science.

 

4- Actualité de la doctrine stratégique syndicaliste révolutionnaire dans les conflits sociaux :

 

            En examinant les grands conflits syndicaux récents (1995, 2003, 2006, 2010), on peut constater que la grève générale n’a pas disparu comme mythe mobilisateur. On pourrait semble-t-il en voir par exemple une illustration avec l’auto-collant « Rêve général ». Néanmoins quel est encore la puissance mobilisatrice de ce mythe ?

 

Un maintien de la conflictualité au travail, mais qui a subi des évolutions…

            Si l’on s’appuie sur le travail sociologique collectif réuni dans l’ouvrage, La lutte continue (Ed. du Croquant, 2008), même s’il existe une tendance lourde à la baisse du nombre de journée de grève, en particulier reconductibles, depuis les années 1970, en revanche la conflictualité au travail continue d’être importante. Elle a pris d’autres formes tels que les débrayages de quelques heures…

            Les rapports sociaux se caractériseraient ainsi par le maintien d’une forme de guerre sociale de basse intensité.

 

Un émiettement du paysage syndical….

 

Par rapport à la première décennie des années 1900, il n’existe plus une unique confédération syndicale. Le paysage se trouve éclaté en 7 confédérations et unions syndicales. Il est possible à cela d’ajouter la fédération syndicale des enseignants (FSU) à cause du taux de syndicalisation et du poids numérique de cette corporation professionnelle. La stratégie syndicale syndicaliste révolutionnaire « grève généraliste » prédomine à l’Union syndicale solidaire, et continue d’irriguer certains pends de la CGT ou de la FSU, voire de Force ouvrière. Mais elle ne constitue pas l’orientation majoritaire dans les deux principales confédérations française, à savoir la CGT et la CFDT.

 

La persistance de grands conflits sociaux nationaux depuis 1995 et la place de la stratégie grève généraliste

 

            Les grèves de l’hiver 1995, la grève contre les réformes des retraites de 2003, la lutte contre  le CPE (Contrat première embauche), la grève contre les retraites de 2010 constituent les principaux points d’orgues des batailles syndicales de ces 15 dernières années.

            Durant tout ces conflits, la stratégie « grève généraliste » a ressurgie.  On peut constater qu’elle n’est plus nécessairement connectée à un projet révolutionnaire claire. Ainsi, l’Union syndicale Solidaire tente systématiquement de développer cette stratégie, mais ces orientations de congrès ne l’inscrivent pas dans le cadre d’un projet révolutionnaire explicite. Néanmoins, il n’est pas certain que l’existence ou non d’une utopie révolutionnaire (pour reprendre la distinction de Sorel entre mythe et utopie) ait un impact sur la stratégie elle-même. Pour Sorel ou Berth, les syndicalistes révolutionnaires n’avaient pas de projet utopique au-delà du mythe de la grève générale. Ce qui apparaît comme discutable si on tient compte par exemple de Comment ferons nous la révolution ? de Pouget et Pataud.

            Si on a entendu beaucoup scandé dans les cortèges lors de ces conflits le slogan, grève générale, pour autant son effectivité est restée limitée. En témoigne par exemple l’échec des deux appels syndicalistes à la grève générale durant les grèves de 2010 contre les retraites.

 

Les blocages : une adaptation stratégique

 

            Lors du mouvement social de 2006 et celui de 2010, les militants (dans le premier cas étudiants) afin de compenser l’échec de la stratégie de grève générale se tournent vers des actions de blocage. Alors que la grève générale correspond au schéma de la grande guerre classique pour Sorel, les stratégies de blocages se rapprochent plutôt de la « petite guerre » (pour reprendre un terme du XVIIIe s.), ou d’une forme de guérilla. Cette stratégie vise à compenser la faiblesse numérique de la grève. Les manifestations sont massives, mais le niveau du rapport de force que sont capables d’établir des manifestations est plus faible que le blocage de l’économie par des grèves.

            Le blocage repose sur une recherche d’un optimum de force avec une économie de moyens. Pour cela, il s’agit pour les militants de bloquer les points les plus stratégiques de l’économie. Dans une société du capitalisme en réseau, ce qui permet d’assurer les flux de transport de marchandise semble être plus facilement atteignable pour les militants que les lieux de production eux-mêmes qui se trouvent en partie délocalisés ou éclatés. Le blocage ont ainsi visés soit les voix de communication (routes, chemins de fer…), soit le lieux de stockage de l’énergie (les raffineries de pétrole par exemple).

 

Grammaire stratégique et stratégie opérative :

Cet exemple montre la persistance actuelle de la grammaire stratégique du syndicalisme révolutionnaire, mais également son adaptation en fonction du contexte opératif. La grammaire défini des hypothèses stratégiques que les militants adaptent en fonction de la situation et des ressources dont ils disposent.

 

Conclusion :

Les stratèges militaires (Lénine-Staline, Mao…) essaient de dégager des principes de la guerre. Pour la France, ces principes de la guerre ont été défini par le général Foch et ils consistent en trois axiomes : « 1- La concentration des efforts, 2- L’économie de moyen, 3- La liberté d’action ».

Quels seraient les hypothèses (plutôt que les principes dogmatiques) du syndicalisme révolutionnaire ? 1- Privilégier l’action directe (grève) ; 2 – Bloquer ; 3- Massifier.

 

 

 

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    wlp (lundi, 22 juin 2015 11:33)

    http://www.hermesbirkin.com.co/
    http://www.hermesoutlet.net.co/
    http://www.hollister.us.org/
    http://www.hollisterclothing-store.in.net/
    http://www.insanityworkout.net.co/
    http://www.iphone-cases.us/
    http://www.ralphlaurenpolo.in.net/
    http://www.ray-ban-outlet.us.com/
    http://www.raybans.us.org/
    http://www.rayban-sunglasses.org.uk/
    http://www.rayban-sunglasses.us.org/
    http://www.raybansunglassesoutlet.net.co/
    http://www.raybanwayfarer.in.net/
    http://www.replicahandbags.com.co/
    http://www.replicawatches.us.com/
    http://www.retro-jordans.com/
    http://www.rolex-watches.me.uk/
    http://www.rosherun.org.uk/
    http://www.rosheruns.us/
    http://www.salvatoreferragamo.in.net/
    http://www.soccer-shoes.org/
    http://www.softball-bats.us/
    http://www.suprashoe.net/
    http://www.swarovskicrystal.com.co/
    http://www.swarovskijewelry.com.co/
    http://www.swarovski-uk.org.uk/
    http://www.the-northface.com.co/
    http://www.the-northface.in.net/
    http://www.thenorth-face.org.uk/
    http://www.thenorthface.us.org/
    http://www.thenorthfacejackets.in.net/
    http://www.thomassabo-uk.org.uk/
    http://www.tiffanyandco.net.co/
    http://www.tiffanyjewelry.us.org/
    http://www.tory-burch-outlet.in.net/
    http://www.tory-burchoutlet.us.com/
    http://www.louboutin.jp.net/
    http://www.louis-vuittoncanada.ca/
    http://www.louisvuitton.jp.net/
    http://www.louis--vuitton.org.uk/
    http://www.louisvuitton.so/
    http://www.louisvuittonas.com/
    http://www.edhardy.in.net/
    http://www.levisjeans.com.co/
    http://www.bcbgdresses.net/
    http://www.bebeclothing.net/
    http://www.harrods-london.co.uk/
    http://www.guccishoes.com.co/
    http://www.ralphlaurenoutletonline.us.org/
    http://www.true-religion.com.co/
    http://www.truereligionjeans.net.co/
    http://www.truereligion-outlet.com.co/
    http://www.uggaustralia.net.co/
    http://www.uggboots.net.co/
    http://www.uggbootsclearance.com.co/
    http://www.uggsonsale.com.co/
    http://www.uggsoutlet.com.co/
    http://www.uptocoachoutlet.com/
    http://www.vansshoes.us/
    http://www.weddingdressesuk.org.uk/
    http://www.yogapants.com.co/
    http://www.ugg-boots.us.org/
    http://www.poloralphlaurenoutlet.net.co/
    http://www.burberryoutletonline.ar.com/
    http://www.toms-outlet.net.co/
    http://www.michaelkors.in.net/
    http://www.christianlouboutinoutlet.net.co/
    http://www.toryburchsale.com.co/
    http://www.pradaoutlet.com.co/
    http://www.longchamp-handbags.in.net/
    http://www.longchampoutlet.com.co/
    http://www.chanel-bags.com.co/
    http://www.truereligion-outlet.us.org/
    http://www.abercrombie-and-fitch.us.com/
    http://www.timberlandboots-outlet.net/
    http://www.timberland-shoes.com/
    http://www.tommyhilfiger.net.co/
    http://www.tommy-hilfigeroutlet.com/
    http://www.tomshoesoutlet.com/
    http://www.toms-outlet.in.net/
    http://www.toms-shoes.com.co/
    http://www.hollisterclothing.in.net/
    http://www.newbalance-shoes.org/
    http://www.converse--shoes.net/
    http://www.lululemonoutlet.com.co/
    http://www.nfl-jerseys.in.net/
    http://www.cheapjerseys.us.org/
    http://www.rolex-watches.us.com/
    http://www.rolexwatchesforsale.us.com/
    http://www.p90xworkout.in.net/
    http://www.giuseppezanotti.com.co/
    http://www.maccosmetics.net.co/
    http://www.instyler.in.net/
    http://www.mizunorunning.net/
    http://www.handbagsoutlet.com.co/
    http://www.hilfigeroutlet.in.net/
    http://www.kate-spade.com.co/
    http://www.katespade-outlet.com.co/
    http://www.kate-spades.com/
    http://www.longchamp.us.org/
    http://www.longchamp.com.co/