Didactique: essai de philosophie élémentaire

Didactique: Essai de philosophie élémentaire

 

La philosophie élémentaire se veut une démarche qui vise à aborder la philosophie non comme un ensemble de doctrines historiquement constituées, mais en s’appuyant sur des éléments de bases constitutifs  à partir desquels il est possible de reconstruire des logiques philosophiques. Pour employer une métaphore, la philosophie élémentaire consiste à aborder la philosophie comme un jeu de construction composé de briques de couleurs différentes que l’on assemble selon une certaine logique pour produire tel ou tel type d'édifice.

 

            Il est possible de commencer par poser une première distinction élémentaire: substance/relation. La notion de substance peut être divisée en: matière/esprit. A partir de cette première distinction, il est possible de penser également la notion de vivant: en définitif, le vivant peut apparaître comme de la matière ou comme l’effet d’une force spirituelle. Néanmoins, il est possible également de penser le vivant comme relevant de la relation, du flux. On obtient ainsi deux ontologies substantialistes - matière/esprit- et une ontologie non substantialiste - flux (ou relations) -.

 

            Il est possible de distinguer une seconde série d'éléments de base qui s’opposent selon la distinction médiat/immédiat. Il est alors possible d’opposer: intuition/calcul. On peut ainsi distinguer trois types d’immédiateté basique: intuition sensible, intuition intellectuelle, instinct. Du côté de la médiation, on peut placer le calcul et la temporalité.

 

            Il est possible par exemple de combiner la première série: matière/vivant(comme flux)/esprit et la seconde par exemple l’intuition sensible. On obtient alors: l’intuition sensible provient soit du vivant (entendu comme mouvement, flux), soit de la matière, soit de l’esprit.

 

            Il est également possible d’associer des éléments de la seconde série entre-eux. Par exemple, je peux combiner l’intuition intellectuelle et le raisonnement computationnel (calcul), j’obtiens alors l’idéalisme rationaliste. Je peux combiner l’intuition sensible et le calcul, j’obtiens alors l’utilitarisme.

 

            Il est ensuite possible d’analyser à partir de ces deux positions idéalisme rationaliste et utilitarisme comment on parvient à deux ensembles systémiques qui s’opposent sur un ensemble de problématiques philosophiques. Par exemple, dans le cas de l’utilitarisme les actions humaines apparaissent comme mues par l’intérêt sensible, le besoin physique. Dans le cas de l’idéalisme rationaliste, les actions des individus peuvent être déterminées par la connaissance que l’être humain peut avoir de principes spirituels transcendants.

 

Conclusion:

Ce mode d’approche de la philosophie consiste à insister sur la compréhension de la logique d’une position philosophique: a)  sa construction interne b) sa logique systémique interne c) sa logique systémique relativement aux autres positions.

Il s’agit alors d’aborder la philosophie non pas d’une manière dogmatique, mais en comprenant les logiques de construction de chaque pensée philosophique.

 

On  peut obtenir les structures suivantes:

 

 

 

Flux

Flux

Substance

Substance

 

 

Vivant

Vivant

Matière

Esprit

Immédiat

Intuition sensible

-> Sensualisme

Instinct (inné)

 

 

Intuition intellectuelle

-> Idéalisme

 

Médiat

+ raison:

empirisme

utilitarisme

+ Temps:

Expérimentation

(connaissance

acquise par l'action)

(pragmatisme)

+ Raison

-> Matérialisme rationaliste 

+ Raison

-> Idéalisme rationaliste

 

 

Écrire commentaire

Commentaires : 2
  • #1

    Masticating Juicer (mercredi, 10 avril 2013 13:59)

    This particular article was exactly what I was searching for!

  • #2

    Masticating Juicer (dimanche, 21 avril 2013 16:49)

    This is a great article! Thanks for sharing!