Autrui comme catégorie philosophique transversale


 

L’introduction de la notion d’autrui comme catégorie dans une philosophie induit des transformations qui touchent l’ensemble des champs philosophiques.

 

La notion d’autrui au niveau anthropologique impose une rupture avec les philosophies individualistes qui définissent l’être humain comme un atome. Elle suppose de le penser d'emblée comme un être social dont l’identité personnelle est constituée par un processus de socialisation. La catégorie d’autrui introduit en outre une médiation entre la conscience immédiate du sujet et la conscience réfléchie qu’il a de lui-même qui apparaît à la fois par l’existence d’un autrui réel, celui des relations interpersonnelles, que l’autrui virtuel du dialogue intérieur.

La question d’autrui intervient également en théorie de la connaissance dans les conceptions philosophiques qui considèrent que la vérité ne peut pas être établie par la conscience monologique, mais seulement dans la discussion intersubjective. La rationalité peut alors apparaître comme un effet du dialogue, de la confrontation argumentée.

L’introduction de la catégorie d’autrui peut dans sa dimension sociale et gnoséologique être conçue comme déterminante dans l’élaboration d’une théorie politique démocratique qui fonde alors la décision politique sur la discussion argumentée.

La notion d’autrui impose également une redéfinition de la notion de liberté: dans la mesure où autrui n’est plus pensé comme un limite à la liberté, mais comme une condition de possibilité de celle-ci.

L’existence d’autrui impose enfin une redéfinition de la morale à plusieurs niveaux. L’action morale n’est plus pensée à partir d’un calcul égoïste, mais comme une action altruiste. L’altruisme pouvant renvoyer soit à une action qui suppose la coopération avec autrui, et non comme un conflit, soit qui prend autrui comme fin.

La question d’autrui comme fin amène à poser son statut d’objet de désir. Le fait qu’autrui soit également un sujet empêche-t-il de le réduire à un simple objet ? L’introduction d’autrui supposerait également qu’autrui puisse être la fin réelle du désir en dehors du narcissisme du sujet désirant.

 

Autrui apparaît donc comme une catégorie philosophique transversale dans la mesure où sa mise en oeuvre conduit à la constitution de nouvelles positions sur l’ensemble des champs philosophiques: aussi bien théoriques que pratiques.

 

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0