Congruence entre la République en France et des présupposés philosophiques idéalistes rationalistes


            La mise en évidence d’éléments de congruence entre la République en France et des présupposés philosophiques idéalistes rationalistes ne vise pas ici à produire une explication des faits sociaux par les idées, mais à proposer des pistes d’une description opératoire de certains faits sociaux à partir d’une modélisation grammaticale. 

 

 

            Il est possible de mettre en évidence certains éléments intéressants de congruence entre des caractéristiques historiques et sociologiques de la République française et une logique philosophique idéaliste rationaliste. 

 

            Dans une thèse de doctorat, intitulée Kant - instituteur de la République -, Jean Bonnet rappelle comment la philosophie de Kant a servi de grammaire de justification théorique à la IIIe République naissante. Kant a ainsi pu fournir une morale laïque, mais acceptable pour le parti des catholiques, à la République. Kant apparaît ménager une voie acceptable entre un matérialisme scientifique athée et un spiritualisme religieux irrationaliste.

            Durkheim a pu de son côté constituer le versant sociologique et positiviste de l’idéalisme rationaliste kantien. Le versant plus spécifiquement politique du républicanisme social étant incarné par le solidarisme de Léon Bourgeois. La tradition rationaliste française est ainsi opposée respectivement: à l’anti-intellectualisme des philosophes de la Nouvelle école syndicalistes révolutionnaires (Bouglé), à l’utilitarisme du libéralisme économique (Durkheim, Mauss), au matérialisme du marxisme (Durkheim).

            L’Etat apparaît comme occupant la place transcendante de l’esprit par rapport au corps social. Il est chargé de coordonner les activités sociales: il assure l’intérêt général contre les intérêts privés des individus. Il garanti une forme de redistribution économique qui s’oppose au laisser-faire du libéralisme. Cette conception de l’Etat constitue une justification congruente avec le centralisme jacobin. Il s’oppose également au projet syndicaliste révolutionnaire d’une gestion de l’économie par les syndicats se donnant pour objectif l’établissement de l’égalité économique. Il s’agit là aussi de maintenir une position modérée entre l’individualisme libéral et l’égalitarisme du communisme.

            La République se caractérise par sa dimension normative de communauté morale, de communauté de valeurs, qui l’oppose au matérialisme marxiste et à l’utilitarisme du libéralisme anglo-saxon. Les valeurs républicaines forment les idéaux transcendants de cette communauté que constitue la nation française. Celle-ci est une communauté spirituelle comme l’énonce Renan et non un fait naturel à la différence du naturalisme réductionniste de la conception allemande de la nation.

            Dans ce cadre, les enseignants, fonctionnaires de l’Etat, adhèrent aux valeurs républicaines qu’ils sont chargés de transmettre à leurs élèves, mais qui justifient également le système dont ils sont une partie. L’école républicaine, gratuite et obligatoire, est financée par le système de redistribution sociale. La fonction de ces enseignants trouve ainsi sa condition de possibilité dans ce système républicain.

            La place qu’occupe la tradition idéaliste rationaliste dans le système d’enseignement philosophique en France, encore aujourd’hui, peut s’analyser comme étant cohérente avec cet ensemble d’éléments: Platon, Descartes, Kant, Rousseau... sont utilisés comme des  justifications philosophiques de certaines des caractéristiques de la République française, et comme critiques implicites de l’utilitarisme libéral anglo-saxon, du matérialisme marxiste et du relativisme postmoderne... 

 

Annexe: République, Etat, réligion/ Philosophie idéaliste rationnaliste, pédagogie magistrale et laïcité.

 

L'Etat moderne s'est constitué par analogie avec Dieu. Il a les carctères théocratiques du pouvoir absolu.

La loi républicaine transcendante représente l'intérêt général et s'impose contre les désirs des individus. 

La laïcité est la religion républicaine. Elle est chargée d'assurer une communauté unifiée de valeurs contre les autres communautés théocratiques... Il s'agit d'une spiritualité qui se veut rationaliste.

Les instituteurs sont sous la troisième République, les hussards noirs de la république, les prêtres de la religion républicaine.

Aujourd'hui, ceux que l'on maintient dans cette fonction sont les professeurs de philosophie. On les forment par le moule des classes préparatoire à la philosophie idéaliste rationnaliste (Platon Descartes, Kant...).

En effet, on peut se demander comment s'explique ce refus aussi arc bouté du "pédagogisme" chez les professeurs de philosophie ? Certes officiellement, il s'agit de maintenir l'autonomie de l'esprit critique face aux pseudo-sciences de l'éducation qui sont les vecteurs d'une technocratisation de l'enseignement et de l'utilitarisme.

Mais on peut également se demander si ce goût pour le cours magistral et les pratiques pédagogiques traditionnelles n'est pas la marque d'un attachement au rôle de prêtre républicain. Le professeur de philosophie n'est pas le défenseur d'une idéologie politique (nous ne sommes plus, depuis la III Rep., au temps de Victor Cousin), mais il est le garant de la justification de la République. Il n'y a qu'a constater le nombre de professeurs de terminale qui professent la morale kantienne. 

Il est par ailleurs interessant de constater les continuités qui existent entre l'enquête sociologique et les méthodes actives en pédagogie et en andragogie. Ces méthodes partagent une approche d'invesitagation, d'expérimentation empirique, de participation collective. L'apprenant est en quelque sorte mis en situation de chercheur. Les liens entre la sociologie du courant institutionnaliste, de la socioanalyse et de la pédagogie institutionnelle montrent effectivement les liens qui peuvent exister entre la méthode d'investigation expérimentale (issue de la psycho-sociologie), la sociologie et la pédagogie (ou l'andragogie). 

 

Sur les rapports entre cours magistral et attitude religieuse:

Huges Lenoir, "Education : un siècle de rupture inachevée ou UBU à l'école". Disponible sur:

http://www.hugueslenoir.fr/index.php?page=education-un-siecle-de-rupture-inachevee

 

 

Annexe: Religion, science et opinion populaire à partir de l'idéalisme rationaliste:

 

Idéalisme irrationaliste

Identifié à la religion

Idéalisme rationaliste

Identifié à la philosophie

Matérialisme rationaliste

Identifié à la science

Sensualisme

Identifié à l'immédiatété du sens commun populaire

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0