Méthodologie de la dissertation de philosophie

Méthode basique

Méthodologie de la dissertation en classe terminale (version la plus basique possible). Elle consiste sur un sujet donné à problématiser la dissertation en montrant la rupture avec l'opinion immédiate qu'entend effectuer le rationalisme: 


Voici les étapes à effectuer : 

 

Exemple de sujet :

L’art est-il une illusion ?

 

1) Le sujet de philosophie est toujours énoncé sous forme de question. Déterminer les deux réponses possibles à la question :

L’art est une illusion

L’art n’est pas une illusion

2) Déterminer la principale notion du sujet qui sera l’objet du problème philosophique en analysant les relations entre les deux parties du sujet :

L’art est inclus dans l’illusion

Donc ce qui fait problème, c’est la définition de l’art.

C’est donc l’art, la notion du sujet.

L’art n’est pas inclus dans l’illusion.

L’art est la notion du sujet.

3) Définir le terme ou l’expression mis en relation avec la notion. Déterminer quel pourrait être son contraire  :

Illusion : ce qui nous trompe

Le contraire de l’illusion est quelque chose qui ne nous trompe pas sur ce qui est, donc c’est la réalité.

4) Expliquer chaque conceptions de la notion :

L’art est une illusion parce qu’elle s’adresse aux sens. Or les sens peuvent nous tromper.

L’art est une copie de la réalité, donc il serait une manière de nous dire la vérité.

5) Déterminer quelle est la thèse de l'opinion immédiate et sa limite, et quelle est la conception de la raison :

Le point de vue rationaliste considère que les sens nous trompent et qu’il ne faut pas s’y fier. 

Le point de vue de l'opionion immédiate consiste à penser que les images sont la réalité.

Limite: Il ne faut pas confondre l’apparence et la réalité.

6) Déterminer les deux concepts de la notion (= les définitions différentes de la notion) :

L’art est une illusion

L’art est un moyen d’établir la vérité sur la réalité

7) Enoncer le problème philosophique : il consiste à montrer que deux concepts de la notion s’opposent :

L’art est-il une illusion…

… ou est-il un moyen d’atteindre la vérité sur la réalité ?

8) Plan : Commencer par la thèse de l'opinion immédiate et finir par la thèse de la raison en montrant la progression. La conclusion du devoir affirmera la thèse de la raison.

Nous montrerons que pour l'opinion immédiate, l’art serait un moyen de connaître la réalité. Mais cette thèse a une limite, elle confond l’apparence et la réalité.

Par conséquent, nous montrerons dans un second temps que l’art est une illusion pour la raison. Il nous éloigne de la réalité.

 

Remarque: Il est possible de noter qu'une réponse "oui" ou "non" à la question posée par le sujet de philosophie peut recouvrir en réalité plusieurs conceptions philosophiques différentes. C'est l'une des raions pour laquelle la réponse de l'opinion immédiate et la réponse philosophique ne se recouvrent pas. 

Ainsi, la conception d'"art comme illusion" n'a pas le même sens par exemple dans une conception qui renvoie l'art à l'imitation de la réalité et dont le modèle est alors le trompe l'oeil, et l'art comme illusion vitale chez Nietzsche.  

 

N.B : Dans certains sujets, il faut prendre également en compte des termes comme légitime ou « peut-on » qui précisent le domaine dans lequel se pose la question. Par exemple, « légitime » renvoie à la dimension « juste ou injuste » d’un problème ; « peut-on » : à la fois sa possibilité logique et à sa légitimité morale.  Eléments à analyser à l'étape 2: la notion dans sa dimension uniquement morale, ou théorique et pratique en même temps. ex: Peut-on dire que l'art est une illusion ? = Est-il possible et légitime d'adopter une telle définition de la notion d'art. 

 

De manière générale, il est important d'essayer de trouver des exemples qui developpent à la fois les conséquences théoriques et les conséquences pratiques d'une thèse.

 

Contenu des dissertations de philosophie: 

 

- Les dissertations de terminale peuvent être traitées en générale de la manière suivante:

 

I- Le sens commun en reste selon les sujets soit à l'opinion relative immédiate tirée de la sensibilité, soit à l'immédiateté de la nature.

 

II- Au contraire, le philosophe par l'usage de sa raison selon les sujets:

- s'élève à la connaissance vraie, ou du moins universelle, grâce à la raison. 

- soit le philosophe s'élève par sa raison de l'immédiateté de la nature à la culture

 

 

Tableau de problématisation version plus courte:

 

Sujet: « N est-elle « x » ? » : ex: L'art est-il une illusion ?

 

 

 

Thèse: L'art est une illusion

Antithèse: L'art n'est pas une illusion

Notion à problématiser « N »:

L'art

L'art

Définition de « x » et son contraire:

Illusion: ce qui nous trompe sur la réalité

Illusion sensible

Apparence relative

La réalité: ce qui existe en dehors de nous

Réalité

Vérité

Deux concepts

L'art est une illusion des sens qui nous trompe sur la réalité.

L'art nous donne une connaissance vraie sur la réalité

Limite: 

 

L'art est une copie de la réalité, mais ce n'est pas la réalité. Il ne faut pas confondre l'apparence et la réalité.

Problème philosophique (qui oppose deux conceptions de la notion):

 L'art est-il une illusion des sens qui nous trompe sur la réalité...

ou nous donne-t-il une connaissance vraie sur la réalité ?

Thèse rationaliste (conception conforme à la raison)

et opinion immédiate

Thèse rationaliste

Opinion immédiate

Annonce de plan (en allant de l'opinion immédiate vers la thèse rationaliste):

Pour l'opinion immédiate, l'art nous donne une connaissance vraie de la réalité. Mais elle confond l'apparence sensible et la réalité en soi.

D'un point de vue rationaliste,

l'art n'est qu'une illusion qui nous éloigne de la réalité.

Idées permettant de défendre chaque thèses, illustrées par un exemple à chaque fois.

 

 

 

Focus sur la problématisation du sujet: 

 

Tout sujet de philosophie en terminale peut être transformé sous la forme suivante:

 

"N" est-il "x" ? 

 

 "N", la notion

"x", ce avec quoi la notion est mise en relation. 

 

Ex: Reconnaitre la vérité, est-ce renoncer à sa liberté de penser ?

 

Transformable en:

La liberté de penser est-elle compatible avec la reconnaissance de la vérité ? 

 

Ce qui peut être transformé en la formule suivante:

La liberté de penser est-elle définissable par sa compatibilité avec la reconnaissance de la vérité ?

 

On voit ainsi que le sujet de dissertation met en relation une notion qui est le sujet de l'interrogation (dans l'exemple: la liberté de penser) avec une expression ("x"). 

 

Le problème philosophique consiste à savoir si le "x" est inclu ou pas, ou en partie, dans la définition de "N". 

 

Ex: La liberté de pensée peut-elle consister à reconnaitre une vérité objective établie rationnellement ou ne consiste-t-elle qu'à suivre ses opinions subjectives immédiates ?  

 

- Construire une troisième partie dans une dissertation de philosophie

Écrire commentaire

Commentaires : 0