Editorial: Tunisie, la révolution des jeunes diplômés. Et, ici ?


On entend souvent dire ces dernières semaines que la révolution tunisienne trouverait l’une de ses principales sources dans l’existence de cohortes de jeunes très diplômés qui ne trouvent pas de travail et en particulier d’emplois correspondant à leur qualification.

Tout cela est expliqué, comme si en France, cela n’était pas le cas également.

Ici nombreux sont les jeunes possédant un bac+5, voire même plus, qui ne trouvent pas d’emploi. Ce qui est valable pour la Tunisie, pourrait donc bien l’être pour la France, à savoir que tout cela pourrait déboucher sur un important mouvement de révolte de la jeunesse.

La notion de révolution dans le discours médiatique semble depuis ces dernières semaines être devenue acceptable dans les pays de l’autre côté de la Méditerranée, dans les pays arabes.
Comme si les révolutions ne pouvaient avoir lieu que contre les régimes autoritaires et que nos démocraties libérales étaient exemptes de tout défaut.

Peut-être cela explique-t-il également à quel point ce qui se passe actuellement en Islande (l’élection d’une constituante composée de citoyens, la nationalisation des banques..) que certains ont qualifié - semble-t-il de manière exagérée - de révolution, a occupé une place si réduite dans le discours des médias dominants ?

Sait-on jamais si tout cela ne pourrait pas donner de mauvaises idées aux citoyens et à la jeunesse des démocraties libérales ?

Irène Pereira

Pour des éléments d’analyse de l’expérience islandaise controversée: s’agit-il d’un révolution? Une émission d'arrêt sur image avec des points de vue contrastés: http://www.arretsurimages.net/contenu.php?id=3763

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    Solomon (lundi, 23 juillet 2012 06:43)

    Worthwhile info. Fortunate me I discovered your web site by accident, I bookmarked it.